MTC Généralités : 3 – Une introduction à l’examen clinique et au diagnostic

Introduction à l’Examen Clinique

Le but de cet article est de donner quelques informations de base sur l’examen clinique en médecine chinoise, afin de situer quelques remarques situées dans les premiers séminaires.

 

Tout d’abord, l’examen clinique en médecine chinoise comporte 4 temps

 

  1. Interrogation ( Anamnèse)
  2. Observation
  3. Palpation
  4. Auscultation / Olfaction

 

Interrogation

Classiquement, l’Interrogation en médecine chinoise répond à 3 parties :

  • Questions générales (âge, métier,…)
  • Questions sur le motif de consultation
  • « Les 10 Questions »

 

« Les 10 Questions » sont une série de 10 questions spécifiques à la médecine chinoise, qui aideront à poser un diagnostic. Il s’agit de :

  1. Questions sur le froid et la Chaleur
  2. Transpiration (jour, nuit, localisation)
  3. Tête et corps : douleurs, vertiges, céphalées
  4. Thorax et abdomen : douleurs, distension
  5. Les orifices clairs : yeux, oreilles, nez, bouche
  6. L’Alimentation (diététique, régimes, appétit, digestion)
  7. Le sommeil
  8. Pédiatrique
  9. Les orifices du bas : selles et urines
  10. Gynécologique (règles, grossesses, accouchements, leucorrhées)

 

Observation

Il s’agit d’observer le corps du patient, pour obtenir un maximum d’informations (rougeurs pouvant témoigner de chaleur, sudation, état des tissus pouvant témoigner d’un vide ou de tensions…).

 

L’accent est mis sur l’observation

  • du teint
  • de la langue : des ouvrages entiers ont été écrits à ce sujet

 

Par ailleurs, de nombreuses méthodes d’observation ont été mises en œuvre tout au long des siècles de médecine chinoise :

  • théories sur les typologies
  • observation du visage
  • observation des yeux (méthode dite des « cinq roues »)
  • observation des veinules de l’index

 

Palpation

Cette partie concerne deux aspects :

  • La prise de pouls : capitale, nous y reviendrons (là aussi, de nombreux ouvrages existent à ce sujet)
  • La palpation : palpation de l’abdomen, palpation de la colonne, palpation des méridiens.

 

Olfaction et Auscultation

Il s’agit ici de sentir l’odeur du patient et d’écouter sa voix (faible, forte, voilée…)

 

L’ensemble des éléments collectés permet de survoler l’ensemble des fonctions du corps, et d’établir un diagnostic selon la méthode choisie.

Et surtout, elle permet d’établir si on est dans une situation de plénitude ou de vide, de biao ou de li (pathologie touchant les couches superficielle ou profonde), de chaleur ou de froid, de yin ou de yang.

Une introduction au Diagnostic

L’examen clinique, en Médecine Chinoise, a pour but de récolter un maximum d’informations, de les regrouper, pour comprendre quels sont les déséquilibres qui affectent le patient.

Pour ce faire, il existe en Médecine Chinoise un grand nombre de méthodes diagnostiques. Ces méthodes seront présentées au 4ème Séminaire.

Il existe ainsi, les méthodes diagnostiques :

  • selon les méridiens
  • selon les Zang Fu
  • selon les substances fondamentales
  • selon les six couches
  • selon les trois foyers
  • et d’autres encore …

Mais il en est une qui est systématiquement à utiliser à la fin de l’examen clinique, la méthode des 8 principes (Ba Gang 八纲).

Cette méthode est une approche diagnostique de base, donnant des règles directrices pour l’examen. Elle répond à 4 critères :

  • Biao – Li : la maladie touche-t-elle la surface (biao 表) ou la profondeur ? (li). Les couches Biao du corps sont la peau, les muscles, et les cou li (entre les deux). Les maladies de type Biao sont typiquement le rhume par vent froid par exemple. La profondeur correspond aux organes Zang-Fu. Une maladie de type Li serait typiquement une tachycardie, dyspepsie,…
  • Han – Re : la maladie montre-t-elle du froid (Han 寒)ou de la chaleur (Re 热)? Des signes de froid sont un teint pâle, une crainte du froid, des urines longues et transparentes…. Des signes de chaleur sont un pouls rapide, un visage rouge,…
  • Xu – Shi : la maladie reflète-t-elle un Vide (Xu 虚) ou une Plénitude (Shi 湿). Un vide correspond à un vide de Zheng Qi (正气) : le corps ou la fonction en question est en insuffisance (par exemple, être fatigué après avoir passé une nuit blanche). Une plénitude correspond à un trop-plein d’un agent pathogène (externe ou interne), qui altère le fonctionnement du corps. Par exemple, une personne fatiguée pendant un gros épisode grippal.
  • Yin – Yang : Est-ce que la maladie est de type Yin (阴) ou Yang (阳)?

La grande utilité de cette méthode est de détecter les caractéristiques fondamentales de la maladie, et d’en déduire les méthodes de traitement. En effet, sur une maladie de type Xu, on va plutôt chercher à renforcer le corps. Dans le cas d’une maladie de type Shi (plénitude), on cherchera plutôt à éliminer l’agent pervers.

A propos de l'auteur
Jean-Laurent Barbier
Ingénieur de l'Ecole Nationale Supérieure de l’Aéronautique et de l’Espace (Toulouse, France). Acupuncteur de l'Institut Shao Yang à Lausanne (Suisse). Ostéopathe de l'Ecole de Lausanne-Belmont.