Végétariens – végétaliens – véganes

Régimes d’exclusion « philosophiques »

Le végétarisme est une pratique alimentaire qui exclut la consommation de chair animale pour des motivations diverses liées à l’éthique, leur religion, leur culture ou leur santé, mais d’autres facteurs peuvent motiver l’adoption d’un régime végétarien, comme la critique des méthodes de traçabilité, d’élevage et d’abattage, l’impact environnemental ou encore le refus par principe de l’exploitation animale.

La définition la plus large du végétarisme correspond à l’ovo-lacto-végétarisme qui consiste à consommer des végétaux, des champignons et des aliments d’origine animale, comme le miel, les œufs, le lait, ainsi que leurs produits dérivés. Il s’agit du végétarisme occidental. Le végétarisme indien, autorise la consommation de produits laitiers, mais exclut les œufs.

FruitsSaison

 

Le végétalisme est une pratique alimentaire qui exclut les produits animaux (viandes, poissons, crustacés, mollusques) et les sous-produits d’origine animale (produits laitiers, œufs, gélatine, miel, etc…).

Les végétaliens consomment des aliments provenant des règnes végétal (graines, légumes, fruits, fruits à coques, huiles végétales, épices, etc…), fongique (champignons comestibles, levures alimentaires, levain, etc…) et bactérien (bactéries lactiques comme le bifidus dans le soja fermenté ou le leuconostoc dans la choucroute, ainsi que les sous-produits de plusieurs espèces de bactéries comme source de vitamine B12).

 

ProtVeg

 

Le véganisme est un mode de vie consistant à ne consommer aucun produit ou service issu des animaux ou de leur exploitation. L’adoption de ce mode de vie découle généralement d’une idéologie qui propose une redéfinition normative de ce que devraient être les relations des humains aux animaux. Cette idéologie peut prendre la forme de l’antispécisme, un mouvement selon lequel la même considération morale devrait être accordée aux différentes espèces animales. Plus généralement, le véganisme peut s’inscrire dans une action pour la défense des droits des animaux.

Au-delà de l’adoption d’une pratique alimentaire végétalienne (qui exclut la viande et le poisson, mais aussi les produits laitiers, les œufs et le miel), le véganisme exclut la consommation de tout autre produit issu des animaux, de leur exploitation ou testé sur eux (cuir, fourrure, laine, soie, cire d’abeille, cosmétiques et médicaments testés sur des animaux ou contenant des substances animales). Il exclut également l’utilisation d’animaux dans le cadre des loisirs (chasse, corrida, cirques, zoos, etc.).

On nomme communément végane la personne qui opte pour le véganisme. Le mot « végan » est aussi utilisé au masculin. Le mot vegan est utilisé en 1946 par Fay K. Henderson, qui publie le livre de cuisine Vegan recipes. Il faut attendre 1951 pour que la Vegan Society annonce une définition officielle.

NB. Ces régimes posent le problème de l’apport suffisant d’acides aminés essentiels (protéines), de fer et de vitamine B12. Une bonne connaissance des supplémentations est nécessaire pour éviter les carences.

 

Gastronomie, végétarisme et détox ?

Les créateurs rivalisent d’idées pour mettre au point de délicieux petits plats, équilibrés et même détox ! Saluons ces avancées pour faire coincider gastronomie et diététique idéale, comme celle-ci, appliquée aux glaces :

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.