Verrues

   Les verrues

« Tumeurs bénignes d’origine infectieuses » pour l’occidental, elles frappent environ 10 % de la population générale, surtout les adolescents. Histologiquement, ce sont des proliférations de papilles dermiques, induites par la rencontre d’un virus HPV (dont on compte actuellement 50 sérotypes), sur un terrain favorable (baisse du niveau immunitaire le plus souvent), la transmission sexuelle est d’ailleurs bien établie dans les localisations ano-génitales.

La régression spontanée est observée dans 50 % des cas environ en moins de deux ans. La thérapeutique est indiquée surtout du fait du risque de contagiosité, de l’évolution chronique, de la douleur ou gène qu’entraînent certaines localisations.

La médecine traditionnelle chinoise considère qu’il s’agit d’une « non gestion des chairs » (Rate-pancréas). L’aspect viral est représenté par une « attaque de la Chaleur externe » à la peau, explique-t-il. L’aspect interne est lié au « feu du Foie » par la colère (caractère psychologique) qui finalement « assèche le Sang« , de sorte qu’il se crée des « nouures sèches à la peau ». De plus les verrues sont de localisation méridienne (observez sur quel « Tsin kan » elles se développent) !

Le traitement classique est essentiellement local : agents kératolytiques (ac. lactique + ac. salicylique = Duofilm), cryothérapie à l’azote liquide (- 196°), curetage chirurgical, électrocoagulation sous anesthésie locale, laser CO2, ionophorèse par le bicarbonate de soude (verrues en mosaïque des extrémités)… parfois complété par une immunothérapie générale : isoprinosine ou interféron alpha. 

Le traitement homéopathique est souvent difficile et nécessite d’être adapté à chaque type de verrue. Pour l’homéopathe, c’est une dermatose végétante, couverte par deux remèdes essentiels :

  • Thuya occidentalis (na) … des plis de flexion, suintantes (sycose humide)
  • ou Causticum (am) … papillome corné saignant facilement (sycose sèche)

et leur nosode : Medorrhinum … si la situation est chronique, récidivante

Choix des remèdes complémentaires …

NB. Les effets d’un traitement bien choisi peuvent se faire attendre plusieurs semaines, puis la verrue grossit, avant de se décoller de la peau saine « à l’emporte pièce ».

* SELON LA CAUSALITE :

  • VERRUES DISSEMINEES CHEZ L’ENFANT : Magnesia sulf. (// tr. digestifs, après vaccin hépatite)
  • PUBERTE : Calcarea carbonica, Natrum muriaticum, Ferrum magneticum
  • MENOPAUSE : Cinnabaris (hg), Lachesis
  • DESEQUILIBRE HORMONAL : Bovista (mg), Sepia, Ferrum picricum
  • TROUBLES HEPATIQUES : Berberis (al), Lycopodium, Natrum carbonicum
  • CHOC NERVEUX (colère ou non-dit) : Ambra grisea (na), Castoreum (cu), Natrum mur., Staphysagria (na) … verrues sensibles

* SELON L’ASPECT :

PLANES : Berberis (al), Natrum mur., Natrum sulf., Dulcamara (na)

PEDICULEES, DENTELEES :

  • Cinnabaris (hg) … condylomes
  • Lycopodium … souvent humides ou saignantes
  • Nitricum acidum … fissurées, saignantes et sensibles

     DURES, CORNEES :

  • Antimonium crudum … hyperkératosique
  • Causticum … saignant facilement
  • Fluoricum acidum … avec alopécie et varices
  • Sempervivum (ac) … aphtes et verrues cornées

MOLLES, CHARNUES :

  • Calcarea carbonica … lipomes, loupes, kystes
  • Nitricum acidum … pédiculées, saignantes

Les kératoses séborrhéiques (ou verrues séborrhéiques) :

Ce sont des lésions cutanées bénignes survenant le plus souvent chez le sujet âgé. Il s’agit de lésions intra-épidermiques. Elles sont très fréquentes et surviennent aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Elles apparaissent le plus souvent après 50 ans, mais des cas ont été décrits chez des adultes jeunes (dès l’âge de 15 ans). Elles sont rares chez les sujets à peau pigmentée.

L’évolution est bénigne et chronique. Les lésions se multiplient progressivement et leur taille augmente, ainsi que leur épaisseur.

Pour ralentir cette diffusion, utilisez : Baryta carbonica, Graphites ou Thuya occ.

NB. Il n’y a aucun risque de transformation néoplasique.

* SELON LA PIGMENTATION :

  • BRUNES : Sepia, Causticum, Chelidonium, Graphites (la « crasse du vieillard »)
  • ROUGES : Thuya occ., Natrum sulfuricum, Calcarea carbonica

* SELON LA LOCALISATION :

Face =

  • Dulcamara (na) ou Castoreum (cu) … front
  • Causticum … papillome corné, du bord des narines ou des paupières.

Paupières = Cinnabaris (hg) … aspect de crasse sénile, Nitricum acidum (ac) … verrues pédiculées + lèvres, Staphysagria (na), Thuya occ. (na), Dulcamara (na) ou Causticum

Nez = Causticum, Nitricum acidum, Thuya occ.

Menton = Condurango (au) + commissures des lèvres coupées

VerruesCou

Cou = Antimonium crudum (as), Cinnabaris (hg), Dulcamara (na), Natrum mur., Nitricum acidum (ac), Staphysagria (na), Thuya occ. (na) … bilatérales pédiculées, Strontium carbonicum

Sternum = Nitricum acidum, Mercurius auratus

Membre sup. = Baryta carbonica, Calcarea carbonica, Ferrum

Coude = Baryta carbonica surtout, avec : Calcarea fluorica, Ruta (si), Silicea

Main = Ferrum picricum (fe) … petites, groupées, planes ou pédiculées, mains « pleines de verrues »

Paume = Chelidonium, Natrum carb. ou Strontium carb. … verrues planes de la paume

Dos de la main =

  • Berberis (al) ou Nitricum acidum … disséminées de la face dorsale,
  • Sarsaparilla (am) … jointures, verrues cornées
  • Dulcamara … planes, brunes, larges et lisses du dos de la main

Doigts = Lac caninum (na), Sarsaparilla (am) jointures

  • index = Ferrum magneticum (et poignet), Natrum muriaticum
  • médius = Natrum sulfuricum
  • extrémités = Dulcamara, Sepia (mg) prurigineuses
  • ongles = Causticum (am) sous unguéales, ou Graphites (ch1) péri unguéales

 

Les condylomes (condyloma acuminata) apparaissent chez l’adulte (1% de la population a été atteinte par cette MST) dans la région ano-génitale. L’aspect est celui de 5 à 15 petits nodules qui peuvent proliférer en forme de chou-fleur. Ils sont induits par un virus HPV type 6 ou 11 (90% des cas) sur 80 génotypes différents. Les HPV 16 et 18 semblent associés à l’évolution vers un cancer du col utérin (1 à 2% des condylomes génitaux)

          Thuya occ. + Nitricum acidum (condylomes saignant facilement)

  • monsieur = Cinnabaris (hg) condylome du gland, Lycopodium (al) du fourreau

(les bourses, la région anale et les plis inguinaux peuvent également être touchés)

  • madame = Sabina (na) ou Staphysagria (na) … vulve et périnée

Traitement classique : excision, laser, cryothérapie ou cautérisation à l’acide trichloracétique.

avec : Luesinum … condylomes autour du rectum : en MTC, le méridien de vessie entoure le rectum !

  • Pieds = Thuya occ. + Antimonium crudum (as) plantaires, indurées et hyperkératosiques (7 CH alternés)
  • Avant-pied = Teucrium scorodonia (si) ou Sulfur
  • Talon = Platina ou Euphorbia, mais aussi = Natrum muriaticum, Sepia, Silicea

Remèdes homéopathiques complexes :

Thuya complexe n°37 (Lehning) = Thuya occ., Dulcamara, Nitricum acid., Pulsatilla, Kalium bich. …

Complexe « Homéodose 28 » (Boiron) = Dulcamara, Nitricum acid., Silicea, Staph., Thuya occ.

Complexe lab. Reckeweg : « R 21 » Medorrhan (Thuya D30, Psorinum D30, Medorrhinum D30, Vaccinium D30)

Phytothérapie :

1) locale : imprégnation de la verrue et du tissu sain avoisinant avec une des deux H.E suivantes : Thuya occ. (mais allergisante !) ou Sauge off. (1 goutte matin et soir durant 2 à 3 semaines)

2) générale, si les poussées se succèdent ou si les verrues se généralisent (cas des immunodépressifs) traitement général avec : Viscum album fermenté (Iskador) ST7/ST6/ST5 (lab. Weleda) deux injections sous-cutanées par semaine.

verrues  sortie massive de verrues !

Oligoéléments / Lithothérapie (une ampoule par jour, en perlingual et en alternant) :

  • Monazite D8 (Thorium, Caesium, Lanthane, Yttrium),
  • Celestite D8
  • Diopside D8 (Silicium, Calcium, Magnésium)

ou Mn-Cuivre / Cuivre-Or-Ag (alternés)

ou Poudre de Calcaire d’huître (c’est-à-dire Calcarea carb. !)

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.