Vertiges – Ménière

Etourdissements – Vertiges – Syndrome de Ménière

Après 75 ans, 35% des sujets âgés se plaignent d’étourdissements, d’instabilité et de vertiges les gênant dans leur vie quotidienne. La chute est parfois le signe patent de ce trouble de l’équilibre (cause de fracture dans 7% des cas). A ne pas confondre avec les phobies de hauteur (cf. Argentum nitricum).

L’équilibre normal est assuré par trois systèmes : muscles et articulation, muscles oculaires et canaux semi-circulaires.

L’étourdissement est un symptôme subjectif lié à un dérèglement de la perception de la position du corps dans l’espace. Lors du vertige, le patient a l’impression de tournoyer, cette sensation s’accompagne souvent de sueurs, de nausées, de vomissements et de l’incapacité de se tenir debout.

L’étourdissement est essentiellement lié à l’hyperventilation, l’hypotension orthostatique, et les déficits multisensoriels de la personne âgée (presbyastasie).

Les vertiges vrais sont liés au nerf auditif, branche vestibulaire, dont la séméiologie est riche, exploré par :

  1. Le signe de Romberg (malade debout, talons joint, yeux fermés)
  2. L’épreuve de la marche aveugle (déviation toujours du même côté)
  3. L’épreuve des index de Barany (rencontre verticale et horizontale)

Les vertiges représentent environ 3% des consultations en médecine générale. Généralement bénins, ils peuvent aussi être le premier symptôme d’une affection vasculaire ou tumorale grave. Les vertiges peuvent avoir des origines variées :

  • causes otologiques : post traumatique (coup de fusil, pétard … ou choc cranien), Névrite vestibulaire (contexte fébrile, intoxication médicamenteuse ?), osmotique (sur une dysfonction rénale : problème d’eau de l’oreille interne)
  • syndrome vestibulaire périphérique (atteinte des récepteurs labyrinthiques ou de la 8ème paire : testé par les épreuves calorimétrique, audiométrique) : Schannome (tumeur – faire un fond d’œil), ou central (lésion du tronc cérébral ou du cervelet : IRM), toujours à situer dans un cadre général,
  • ou général : vasculaire (avec bourdonnement d’oreille unilatéral), métabolique (hypercholestérolémie > 10 mol/ml) …

Parfois, il faudra d’emblée confier votre patient au spécialiste (ORL) pour préciser le diagnostic clinique. Le vertige vestibulaire se manifeste par un vertige permanent sur une longue durée, avec des illusions de mouvements perçues comme externes : « le sol bouge ». Nausées et vomissements sont des signes d’accompagnement fréquents.

Les causes générales devront être systématiquement recherchées :

  1. réflexes (épine irritative : carie dentaire, sinusite…)
  2. intoxication (éthylique ou médicamenteuse : aspirine, quinine, streptomycine …) voir plus bas
  3. insuffisance artérielle vertébrobasilaire lié à l’artériosclérose (grand âge), vasculaires (l’hypo ou l’HTA) : faire pratiquer un doppler carotidien
  4. insuffisance rénale (l’oreille interne, c’est de l’eau !)
  5. l’anémie drépanocytaire ou la polyglobulie
  6. les collagénoses ou le diabète, ainsi que des maladies infectieuses qui peuvent toucher l’oreille (ex.: la grippe)…

Songez toujours à préciser les antécédents (épisode unique ou itératif ?) et les symptômes d’accompagnement (troubles visuels ou neurologiques) pour trouver la cause du vertige :

–> Par troubles nerveux :

  • Actea racemosa (s) … charnière cervicale fragile et spasme vasc. sur problématique affective ?
  • Argentum nitricum … dissociation temporo-spatiale. Romberg positif : déséquilibre à la marche, incoordination du mouvement et précipitation. Vertige psychogène qui persiste les yeux fermés.
  • Borax (na) … aggravé en s’inclinant en avant, en descendant l’escalier. Sensibilité au bruit ++.
  • Chenopodium anthelm. (ph) … rechercher aussi une verminose…
  • Conium maculatum (au) … refoulé, passif, frileux, dépressif (mais aussi de cause organique : SEP)aggravé en tournant la tête, en étant couché, en se levant, amélioré dès qu’il ferme les yeux + +
  • Cyclamen (na) … vertiges avec étincelles devant les yeux (ou troubles de la vue).
  • Phosphoricum acid. … tous les sens sont exacerbés = ne supporte plus le bruit, les émotions …

–> Par troubles circulatoires (athéromatose, hyperlipémie, pincement cervical …), parfois accompagné d’un bourdonnement d’oreille unilatéral :

  • Baryta carbonica … frileux, égaré, dur d’oreille (vertiges de l’artérioscléreux).
  • China (as) … vertiges de l’anémique, après une hémorragie ?
  • Ferrum metal … vertiges d’hypotension, en regardant vers le bas.
  • Glonoïnum (s) … céphalée battante et congestion (vertiges de l’insolation ou de la poussée d’HTA aiguë).

–> Par troubles digestifs (avec hyper cholestérolémie le plus souvent) :

  • Absinthium … éthylisme, tendance à tomber en arrière.
  • Nux vomica … aggravé le matin, après le repas et stimulants (café, alcool, médicaments).

Le « syndrome de Ménière » est l’association de = surdité + vertiges + bourdonnement d’oreilles bilatéral

 

Pour la MTC, deux mécanismes sont à rechercher :

  1. le « vide d’eau du Rein » (cf. liquide de l’oreille interne)
  2. ou un « Feu du Foie » (mécanisme intoxicatif et vasculaire).

Les remèdes à envisager (la pratique d’un BNS est souvent déterminante pour trouver la cause) :

  • Alumina … sujet parétique, sec,amélioré après le petit déjeuner (vertiges de type ataxie tabétique).
  • Chininum sulfuricum ou Salicylicum acidum … hypo-accousie après abus de quinine ou d’aspirine
  • Lachesis (ge) … au lever, en ménopause, avec Sanguinaria
  • Mandragora (ca) … anxiété et excitation (car solanée !)
  • Petroleum … vertiges + surdité + céphalée occipitale.
  • Phosphorus … vertiges en se levant, pendant le mal de tête (troubles de l’équilibre du vieillard), aggravé le matin, au moindre mouvement, mettant les pieds par terre, en ouvrant les yeux
  • Tarentula hisp. (ge) … hyper-réflectivité, avec céphalée, aggravé la nuit.
  • Theridion (na) … hypersensible aux bruits, aggravé en fermant les yeux.

Oligo-éléments : alternez

  1. Manganèse + Cobalt … le matin
  2. Iode + Soufre … le soir

Cas clinique : BNS d’une jeune femme de 30 ans, en surpoids léger (82 kg/ 1,72 m) avec crises de vertiges rotatoires, répétés, sans cause évidente. Elle a un antécédent de vascularite de Wegener en 2004, traitée par corticoïdes et immunosuppresseur.

On y observe une triple dysfonction :

  1. acidose tissulaire (hypo Albumines / hyper Alpha 1),
  2. hyperlipémie (hyper Mn, S, Ph …),
  3. stress oxydatif (Euglobulines élevées)

La correction de ces troubles par CALENDULA OFF. 1 DH, anti-oxydants, sels et acides gras oméga 3, a permis la disparition du syndrome vertigineux en quelques semaines. 

Si vous souhaitez réaliser un BNS12 ou 24, cliquez sur ce lien : www.mybiobox.com

Homéopathie complexiste (lab. Heel) : Surdité et vertiges peuvent être classés en phases 4 et 5 endo ou neurodermiques. On utilisera : VERTIGOHEEL comprimés ou gouttes (contient = Ambra grisea, Cocculus, Conium, Petroleum) ou COCCULUS-Homaccord.

Avec, selon le cas : UBICHINON Compositum, CEREBRUM Compositum et ALETRIS-Heel (fatigue), CIMICIFUGA-Homaccord (rachialgies), OSTEOHeel (otosclérose), NUX VOMICA-Homaccord (intoxication chronique éthyl, café ou tabac) ou BARIUM Compositum (vieillissement).

NB. Ototoxicité : l’organe de corti, les stries vasculaires et les terminaisons nerveuses peuvent être endommagées par de nombreuses drogues et produits chimiques …

  1. Antibiotiques = Streptomycine, gentamycine (10%), ampicillines, érythromycine, colimycine …
  2. Diurétiques = furosémide, mannitol, acide éthacrynique ….
  3. Analgésiques et antipyrétiques = salicylates, quinine, chloroquine …
  4. Antimitotiques et métaux lourds = Cis-Platine, Or, Mercure, Plomb, alcool, monoxyde de carbone …

Le laboratoire Heel propose des dilutions antidotes de certains de ces médicaments ototoxiques : STREPTOMYCIN-Injeel, CHININUM SALICYLICUM …

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.