Vitamine K

La vitamine K

C’est une vitamine liposoluble (c’est-à-dire soluble dans les lipides, mais insoluble dans l’eau), synthétisée par les bactéries de la flore intestinale (dont Escherichia coli) et intervenant dans la synthèse de facteurs de coagulation sanguine (« Koagulation Vitamin » en allemand). Découverte en 1929 et synthétisée en 1939, elle s’associe à la vitamine D pour fixer le Calcium sur les os.

Il en existe trois formes : vitamines K1, K2 et K3 (seule cette dernière peut être toxique à forte dose)

Les médicaments anti-vitamine K (utilisés chez les patients présentant un risque de thrombose) empêchent la régénération de la vitamine K (ceci en inhibant 2 enzymes qui la régénèrent). On peut utiliser la vitamine K en gouttes dans les problèmes hémorragiques. 

La vitamine K1, est apportée par l’alimentation. On la trouve en particulier dans les légumes verts (brocoli, choux, épinard, laitue) et dans l’huile de soja. Elle est résistante à la cuisson, mais se détruit à la lumière.

Une grande partie des apports en vitamine K2, qui participe à l’ossification, est assurée par les bactéries de la flore intestinale. Cette vitamine est également présente dans le foie, le lait, le fromage, le yogourt et les huiles de poisson.

Les besoins en vitamine K, de l’ordre de 45 µg/jour chez l’adulte, sont très largement couverts par l’alimentation et par la sécrétion de la flore saprophyte.

VitamineK

 

A propos de l'auteur
Catherine Cattaert
Docteur en Pharmacie, Pharmacienne d'industrie. Praticienne MTC Actuelle présidente de IMH (association)