1ère année d’homéopathie : 3ème séminaire (1)

3ème séminaire du cours d’homéopathie (1ère année)

Programme :

L’enseignement d’Homéopathie 1ère année comporte six modules à étudier successivement d’octobre à juin. Chaque module requiert 20 à 25 heures de travail personnel et se conclut par un webinaire (ou séminaire sur un week-end). Dans cette 3ème section du cours d’homéopathie, sont à étudier en vue du webinaire :

  1. Les diathèses et les stades de construction de la personnalité
  2. Matière Médicale : Remèdes du TUBERCULINISME
  3. Matière Médicale : Remèdes de la PSORE

Ce troisième webinaire présente les stades de construction de la personnalité développés par Françoise et Jean-Yves HENRY à l’IMH durant les années 1993-2013. Profitant des apports d’autres disciplines comme la psychanalyse, cette conception met en perspective les différentes phases de développement en s’appuyant sur la Matière Médicale. Cette perspective facilite en retour la mémorisation des remèdes homéopathiques et vous permet de vous repérer dans le maquis de la MM.

………………………………………

La pratique conjointe de l’homéopathie et de la MTC permet de voir que le système des diathèses peut se « connecter » assez facilement au Système des Cinq Éléments de la MTC. En se référant à la MM des remèdes pour chaque diathèse, c’est-à-dire à la clinique, on peut construire une sorte de « chemin de vie » de la naissance à la mort :

Phases de construction de la subjectivité :

TUBERCULINISME (narcissisme) —> PSORE (Oralité/analité) —> LUÈSE (Phallique) —> ADAPTATION (Latence) —> SYCOSE (Moi social)

(Poumon)                                              (Foie)                                      (Rein)                                 (Rate-pancréas)                 (Coeur)

Phases de développement des maladies :

TUBERCULINISME + PSORE (inflammations aiguës) —> SYCOSE (inflammations froides : humides ou sèches) —> LUÈSE (maladies lésionnelles) —> Mort !

(caractérisées par des rougeurs)                                           (caractérisées par des hypertrophies)                                (caractérisées par des ulcérations)

Note : Aux trois diathèses Hahnemanniennes (en gras) s’ajoutent dans notre vision organique deux diathèses « post-Hahnemanniennes », le TUBERCULINISME et l’ADAPTATION (NB. Rappel de la définition d’une diathèse = “fragilité”, mode réactionnel spécifique, propension à exprimer préférentiellement certains types de symptômes selon des modalités propres à la diathèse considérée).

.

SHahnemann

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les § 2 et 3 (TUBERCULINISME et PSORE) présentent ainsi respectivement 28 et 31 remèdes sous une forme condensée dans notre mini-MM, à apprendre et à connaître en vue de l’examen (il y a donc une soixantaine de remèdes à connaître pour la 3e session). Dans cette mini-MM, pour faciliter la mémorisation, les noms des remèdes figurent dans la couleur correspondant à celle de leur pôle diathésique en MTC.

 

§ 3.1 – LES DIATHÈSES ET LES STADES DE CONSTRUCTION DE LA PERSONNALITÉ

DU TUBERCULINISME ET DE LA PSORE… JUSQU’À LA SYCOSE : QUELQUES NOTIONS DE PSYCHOLOGIE

Note : Pour tirer le meilleur parti de ce qui suit, la lecture préalable de l’ouvrage de HENRY, Françoise et J-Yves, “Matière Médicale diathésique” (éditions IMH, 2009) est fortement recommandée.

Au début du XXe siècle, à la suite des travaux de S. FREUD et de ses disciples, la psychanalyse introduit la notion de discours inconscient, conflictuel, où s’affrontent des instances différentes, voire opposées, en arrière-plan du discours conscient. Ce discours inconscient est fait du désir et de ses variantes (rôle primordial des pulsions).

Reconnaître que le fondement de l’être humain, le moteur de ses actes est inconscient, découvrir que les productions de l’homme et de son esprit ne sont qu’une manifestation de cet inconscient et non la vérité fondamentale du sujet, voilà qui a de quoi justifier beaucoup de résistance de la part du corps médical. En introduisant la sexualité comme objet d’étude, la psychanalyse s’en prenait à la morale et à la religion. En découvrant la sexualité infantile, la psychanalyse souillait, rendait douteuse toute pureté, toute beauté. La parole même devenait suspecte : un mot peut en cacher un autre. Un symptôme que l’on a fait taire finit toujours par trouver une autre voie pour s’exprimer.

Pour les psychologues, l’expérience de la vie s’acquiert en 6 étapes principales, que nous rattachons aux CINQ ÉLÉMENTS et que nous appelons « cycle diathésique » de développement de la personnalité) :

Étape 1 1ère année de vie : « le pouvoir d’exister »

  • « Tout en ce monde vient de ce que l’on existe » (LAO TSEU, VIe siècle avant J.C.).
  • MTC : pôle POUMON (= poumons, peau, gros intestin, thymus : MÉTAL)
  • (cf. les limites du corps, la distinction soi <—> non soi)
  • Homéopathie : TUBERCULINISME (voir ci-dessous)

Étape 22e année de vie : l’oralité (FOIE) puis l’analité (VB —> REIN)

  • « le pouvoir de faire » « La connaissance naît de l’action » (SOPHOCLE)
  • MTC : pôle FOIE (= BOIS, pôle métabolique)
  • Homéopathie : PSORE (voir ci-dessous)

Étape 3 3e année : le stade phallique ; « le pouvoir de réussir »

  • « Les choses que nous devons apprendre à faire, nous les apprenons en les faisant » (ARISTOTE)
  • MTC : pôle REIN (= EAU, surrénales, os, cartilages, utérus, prostate …)
  • Homéopathie : LUÈSE (voir 4e section)

Étape 4 – de 4 à 6 ans : l’Œdipe, fin des trois stades pulsionnels REIN —> RATE

Étape 5 – de 7 à 12 ans : la latence ; « le pouvoir de penser »

  • « Toute la science n’est rien d’autre qu’un raffinement de la pensée quotidienne » (Albert EINSTEIN)
  • MTC : RATE (=TERRE, pôle de la mémoire immunitaire, de la mémoire et de l’ADAPTATION au monde)
  • (voir 5e section)

Étape 6 – le puberté et vieillesse : l’identité sociale ; « le pouvoir de régénération »

  • « Le destin d’un homme est dans son caractère » (HÉRACLITE)
  • MTC : CŒUR (=cœur, intestin grêle, thyroïde, vaisseaux : FEU)
  • Homéopathie : SYCOSE (voir 5e section)

Note : les couleurs correspondent aux couleurs traditionnelles de la MTC

DiathèsesOrganiques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fig. 2 : Les diathèses du développement et le Pentagramme de la MTC

 

LIENS ENTRE LA PSYCHOLOGIE, LA MTC ET LA MM homéopathique

Dans une conception diathésique, il est essentiel de prendre en compte les avatars de la construction de la personnalité en relation avec les problématiques de vie des polychrestes de la MM. Le développement de la personnalité vu sous l’angle de l’homéopathie diathésique permet de repérer les troubles du comportement :

POUMON : problématique fusionnelle
Pathologie = patient « border-line » ž addictions, homosexualité, manipulateurs, perversions (intra-familiales)

FOIE : la gestion de l’altérité (la rencontre avec “les autres”)

  • Pathologie de l’oralité = Névrose d’angoisse, žattaque de panique
  • Si problématique de contrôle (analité) = Névrose phobique, TOC

REIN : problématique de “domination” (la “confrontation”)

Patho = névrose obsessionnelle -> perversité (extra-familiale)

RATE : la crise œdipienne (socialisation : cf. l’adaptation au monde !)
Difficulté à retenir ses pulsions —> Psychoses (différentes formes, gravité et durées)

CŒUR : problématique identitaire et sociale (le temps des nouveaux repères et des “bandes”)        ž

Patho = Névrose hystérique

Cette mise en avant de l’histoire des malades est importante, car un remède bien choisi peut opérer un changement de perspective, modifiant fonction et structure, libérant bien des inhibitions et préjugés, pour assurer une autonomie plus grande. Le remède homéopathique peut être considéré comme la “réponse symbolique” et énergétique aux symptômes, expression d’un refoulement qui n’est plus suffisamment opérant au sein de la réalité psychique du patient, c’est à dire du trouble de sa position dans le monde (diathèse) et sa tension actuelle (remède).

« Guérir, c’est aguerrir », c’est à dire faciliter son adaptation, réorganiser son vécu sur des bases nouvelles, intégrant la « nouvelle donne ». Cela permet le réinvestissement sur de nouveaux objets (relations humaines) en reconnaissant la réalité du changement (souvent une perte)… La capacité à vivre, « l’épreuve de vérité », passe par un travail de deuil (de ce qui a été, qui n’est plus et ne sera jamais plus), processus indispensable à un nouvel investissement : l’accepter pour l’intégrer à son histoire, afin de réinvestir un futur possible.

BIBLIOGRAPHIE :

  • EY, H., BERNARD, P. et BRISSET, Ch., Manuel de psychiatrie, Masson, 6e édition,1989
  • HENRY, Françoise, Quand Freud rencontre Hahnemann, IMH, Genève, 2007
  • HENRY, Fr. et J-Y., Matière Médicale diathésique, IMH, Genève, 2008
  • LAPLANCHE, J. et PONTALIS, J.B., Vocabulaire de la psychanalyse, PUF, 1992

 

 

§ 3.2 – MATIÈRE MÉDICALE : LES REMÈDES DU TUBERCULINISME

RAPPEL : Configuration générale des 24 GROUPES de P. KOLLITSCH

Note : P. KOLLITSCH organise les groupes de remèdes autour de deux axes :

  1. l’axe horizontal XX’ (des abscisses) : sépare les remèdes aux symptômes les moins graves, “chauds” plutôt réversibles comme une inflammation, un spasme, une congestion, un œdème, etc. (en haut), des remèdes aux symptômes les plus graves “froids”, plutôt irréversibles, comme une ulcération, une sclérose, une dégénérescence, une gangrène etc. (en bas)
  2. l’axe vertical YY’ (des ordonnées) : sépare les corps oxydants – secs (à gauche) des corps réducteurs – humides (à droite) ou « hydratants »

Kollitsch

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fig. 3 : Configuration générale des Groupes de Kollitsch, in Paul KOLLITSCH, p.21, “Homéopathie – Matière Médicale Thérapeutique”, réédition Helios Genève, 1989 (épuisé : mais vous pouvez nous en demander des photocopies).

Nous avons vu comment les groupes de KOLLITSCH s’inscrivent dans le Pentagramme de la MTC (les « Cinq éléments » ou « Cinq Mouvements »). Les diathèses hahnemanniennes peuvent également s’inscrire dans le Pentagramme :

— Psore (hahnemanienne) = Psore + Tuberculinisme (diathèses organiques)

— Sycose = Adaptation + Sycose (diathèses organiques)

— Luèse = Adaptation + Luèse (diathèses organiques)

Note : Les couleurs utilisées ci-dessous correspondent aux couleurs traditionnellement associées aux Cinq Éléments (ou « pôles » organiques, ou « diathèses organiques»). Leur utilisation facilite la mémorisation.

Nous avons étudié (2e section) les deux cycles figurés par le Pentagramme :

  • CYCLE « SHENG » (engendrement) : FEU ž TERRE ž MÉTAL ž EAU ž BOIS ž  ž
  • CYCLE « KO » (contrôle) : EAU ž FEU ž MÉTAL ž BOIS ž TERRE ž ž

PentagrammeHoméo

 

 

 

 

 

 

 

 

Il ne faut pas les confondre avec la dynamique du cycle diathésique de développement de la personnalité (cf. tableau ci-dessus) :

MÉTAL   BOIS   EAU   TERRE   FEU
POUMON ž FOIE ž REIN ž RATE ž CŒUR
 Tubercul.   PSORE   LUÈSE   Adaptation   SYCOSE

 

Fig. 5 : Les groupes de KOLLITSCH et les relations symptomatiques et physiopathologiques (poster FFMI) :

PosterDétails

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES CINQ PÔLES ORGANIQUES OU « DIATHÈSES organiques », c’est à dire “fragilités tissulaires”.

Note 1 : Les couleurs correspondent aux couleurs traditionnelles de la MTC

Note 2 : Les 24 familles de remèdes sont regroupés autour des “corps simples” de KOLLITSCH (nomenclature en français). Ils ne doivent pas être confondus avec les remèdes homéopathiques correspondants (qui portent des noms latins).

 

Pôle “Métal” : Poumon / Gros intestin / Muqueuses et Peau / Ovaires

Les “limites du corps” et l’énergie … Pathologie = hypostructure / Tuberculinisme

PHOSPHORE [P] … (Polycrest du pôle métal / énergie) constituant important des tissus (ATP) et du noyau cellulaire (ADN). Mais toxicité : poumon, foie, reins … le Phosphore induit des réactions spastiques, puis des hémorragies et, un peu plus tard, des signes de dégénérescence (foie, pancréas, tissus nerveux ou osseux)

ZINC [Zn] …  (Adaptation du pôle Métal) existe à l’état de trace dans le sang, tissu nerveux, thymus et organes endocrines. Il induit des spasmes, une dépression nerveuse, une tendance à la paralysie.

ARSENIC [As] … (Fonction du pôle Métal) aggravation du phosphore : spasmes => paralysies avec incapacité à se détendre. Ces inflammations périodiques => dégénérescences, ulcération, cachexie.

GERMANIUM [Ge] = la plupart des VENINS de la MM (polarité “Sang” du pôle Métal), dont LACHESIS … sont des substances albuminoïdes (riches en zinc), toxiques +++, empoisonnement par inhibition du SN et hémolyse.

SILICIUM [Si] … (Structure du pôle Métal) constituant des tissus : conjonctif et ectoderme. Important remède de ce groupe = PULSATILLA
La silice induit des troubles de la nutrition avec déminéralisation (faiblesse et sécheresse), sclérose et suppurations chroniques (ex.: la Silicose !).

TUBERCULINUM … et les tuberculines

 

Pôle “BOIS” : Foie et Vésicule biliaire / Tendino-musculaire / Androgènes

La “mise en mouvement” … Pathologie = hypofonction / Psore

SOUFRE [S] … (Polycrest du pôle Bois)  insuffisance des éliminations => intoxication => réaction centrifuge : congestions / réactions d’oxydation. Le plus important remède de la MMH : 6000 symptômes au répertoire de Kent !

FER [Fe] …  (polarité “Sang” du pôle Bois) constituant des noyaux cellulaires (hémoglobine) oxygénation générale de l’organisme spasmes / congestions localisées.

CUIVRE [Cu] …  (blocage de “l’Adaptation” du pôle Bois) : spasmes violents (crampes, convulsions, épilepsie) / parasitoses

MAGNESIUM [Mg] … (polarité “Energie” du pôle Bois) : constituant des matières protéiques (os, système nerveux, muscles, génital), action minéralisante (fixe le carbone) et spastique (contraction muscles lisses)

MANGANÈSE [Mn] … (pôle “Structure” du pôle Bois) : action catalysante (enzymes et mitochondries). Rhumatismes inflammatoires et dégénérescences nerveuses.

 

Pôle “EAU” : Rein / Vessie / Os et cartilage / Surrénales / Utérus – Prostate

Les structures (Yin), la volonté, le réservoir de l’eau … Pathologie : lésions des structures par hyperfonction

OR [Au] … (Polycrest du pôle Eau / structure) les sels d’or => dégénérescence scléreuse (cf. chrysothérapie), paralysies et tendance ulcéreuse

ARGENT [Ag] … (blocage de “l’Adaptation” du pôle Eau) : irritation muqueuse chronique avec tendance à la sclérose et aux paralysie. Ses sels : ulcérations

ALUMINIUM [Al] … (polarité “Sang” du pôle Eau) : toxique : action lente et chronique vers une dégénérescence scléreuse avec tendance à la sècheresse / dessication de la peau et des muqueuses. Remède principal du groupe = LYCOPODIUM

CHARBONS 1 (combustibles) et 2 (comburés) … (Structures et fonctions du pôle Eau). Remède principal de ces groupes = GRAPHITES et CARBO VEG.

 

Pôle “TERRE” : Rate-Pancréas / Estomac / Sein / Cortex / Hypophyse

L’adaptation, la lymphe, la gestion des chairs, la mémoire (alimentaire, immunitaire et idéative) … pathologie : obésité ou maigreur, troubles digestifs hauts, pus et obsessions.

MERCURE [Hg] …  (Polycrest du pôle Terre / adaptation) métal très toxique car se fixe sur Système Nerveux et le foie : il entraine des réactions violentes de détoxication sur muqueuses, la peau et les reins.
Point central polydirectionnel de l’évolution pathologique : quand les phénomènes inflammatoires font place à suppuration, aux ulcérations, sclérose, gangrène !

BARYUM [Ba]  …  (polarité “Sang” du pôle Terre) métal alcalino-terreux proche du Calcium, mais aggravé avec tendance aux néo formations (ex. verrues) ou à la sclérose ++

PLOMB [Pb] …  (Fonction, polarité foie du pôle Terre) métal lourd toxique : spasmes avec vasoconstriction, tendance paralytique par sclérose, exemple paralysie spastique.

ACIDES [Ac] H+ = PROTON, noyau de l’HYDROGENE …  (Structure du pôle Terre) causticité : action ulcéreuse violente + tendance hémorragique. Toxicité : acidose localisée –> cachexie

ÉTAIN [Sn] … (polarité “énergie” et immunité du pôle Terre) proche du Silicium, mais action toxique : réactions algiques et spasmodiques, puis dégénérescence des tissus : immunodéficience (tuberculose, HIV), système nerveux, poumons, reins.

 

Pôle “FEU” : Coeur / Intestin grèle / Vaisseaux / Thyroïde

Pathologie : hyperstructure pathologique (physique et mentale)

POTASSIUM [K] … (Polycrest du pôle “Feu”) ion principal des espaces intra-cellulaires. Inflammations marquées (avec œdème ou sécheresse) et sclérose (induration). Son excès arrête le coeur !

CALCIUM [Ca] …  (Fonction – et réservoir du sang – du pôle Feu) élément essentiel de toute matière protéique : nutrition  / assimilation TD / OS ++ / patient hydrogénoïde et craintif 

IODE [I]  …  (Adaptation du pôle Feu) constituant des tissus glandulaires. Action : irritation, inflammation, induration (et bien sûr, tous les troubles thyroïdiens). NB. : parfois symbolisé par « Io », mais cela ne correspond pas à la nomenclature internationale de Mendeleïev.

SODIUM [Na]  …  (polarité “Energie” du pôle Feu) ses sels règlent les échanges de l’eau entre protoplasme et noyau + les mécanismes d’assimilation et d’élimination des sels dissous dans l’eau et l’équilibre osmotique : sécheresse et oedèmes, fatigabilité physique et mentale (tristesse) extrême

AMMONIUM [Am]  …  (“Eau” du pôle Feu) aggravation de Na et K (sécheresse et raideurs). NH3 et NH4+ = clé de la synthèse des protéines. Important remède de ce groupe = CAUSTICUM

 

Certains remèdes ont des périodes d’aggravation caractéristiques. Celles-ci sont à rapprocher du rythme circadien des 12 méridiens d’accupuncture (2h chacun) :

 

LES REMÈDES DU TUBERCULINISME : dossier suivant !

 …………………………………………………………………………………………………….

NOTE : Ce qui précède est un support de cours. Le site medecine-integree.com est une base de données en accès libre qui permet à chacun d’approfondir ses connaissances à partir des notions présentées ci-dessus, dans le domaine de la santé et des systèmes de soins intégratifs (c’est-à-dire qui mettent si nécessaire en œuvre, et de façon coordonnée, plusieurs approches thérapeutiques complémentaires).

Le module Homéopathie – 1ère année requiert 20 à 25 heures de travail personnel par session. Il y a six sessions dans l’année réparties d’octobre à juin sur 4 webinaires et 2 week-ends espacés de 4 à 6 semaines. Un examen de fin d’année (QCM et QRC) sanctionne le travail de l’année et permet de valider le module.

 

A propos de l'auteur
Jean-Pierre Duboc
le dr. Jean-Pierre Duboc est le rédacteur-coordinateur de cet enseignement d'homéopathie. Mathématicien de formation, il exerce depuis 1994 la médecine intégrative avec l’approche systémique de l’homéopathie (couplage de la Matière Médicale homéopathique avec la biologie et la Médecine Traditionnelle Chinoise) développée par Jean-Yves Henry.