Acouphènes

Les acouphènes (en anglais “tinitus” = bourdonnements/sifflements d’oreilles)

 

Si vous allez consulter votre médecin pour des acouphènes, vous risquez d’être déçu. Dans le « meilleur des cas », après vous avoir examiné les tympans, il risque de vous dire qu’il ne peut rien faire, et vous enverra chez un autre spécialiste. Et si vous avez moins de chance, vous pourriez ressortir avec une ordonnance… pour des médicaments non seulement inutiles, mais parfois même potentiellement dangereux ! Certains médecins prescrivent carrément des vasodilatateurs, des antiépileptiques, des corticoïdes, des anxiolytiques ou encore des antidépresseurs. C’est à croire qu’on vous prend pour un fou.

acouphenes

Selon une étude britannique, environ 19 % de la population des villes souffre d’acouphènes. Les acouphènes sont des bruits entendus par le patient en absence de stimulus. Ils disparaissent souvent spontanément. Perturbant notre quotidien, ces sifflements peuvent avoir plusieurs causes :

  • Si le bourdonnement est bilatéral, c’est un “problème d’eau” (oreille interne / rein / surrénales),
  • Si le bourdonnement est unilatéral, c’est un “problème de sang” (rachis cervical / ganglion sympathique supérieur / plexus vasculaire de l’oreille).

Ils sont couvert en homéopathie par de nombreux remèdes. On pensera d’abord à :

  • Anacardium (am), Arnica ou Staphysagria (na) après opération,
  • Aurum (contexte d’HTA et d’hypersensibilité auditive),
  • Causticum (am) avec diminution de l’ouie,
  • Digitalis (as) avec pouls lent,
  • Lycopodium (al) insupportables, antécédent de lithiase
  • Manganum (mn) au décours d’une SEP,
  • Plumbum (pb) avec artérite périphérique…

Chez les jeunes : Magnesia carbonica ou Phosphorus … Avec EFFICOMPLEX n°1 (si notion de surcharge hépatique) ou n°3 (si infection / congestion ORL chronique)  

Chez les personnes âgées : Baryta carbonica (artériosclérose), Cicuta virosa, Petroleum … Avec EFFICOMPLEX n°5 (si notion de surcharge vasculaire)

NB. Le cis-platine, anti-mitotique largement utilisé pour ses effets de blocage de l’ADN tumoral, a aussi des effets secondaires neurologiques qui peuvent survenir dans la demi-heure qui suit l’injection : troubles de l’audition (perception et acouphènes) et pertes d’équilibre. Ce phénomène est lié à l’altération des mécano-récepteurs qui perçoivent les ondes sonores et la verticalité.

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.