Annona muricata

Print Friendly, PDF & Email

Le CorossolierAnnona muricata, est un petit arbre de la famille des Annonaceae, originaire du nord de l’Amérique du Sud, cultivé dans les régions tropicales pour son fruit comestible, le corossol. Le terme « Corossol » est aussi utilisé pour désigner l’arbre.

Il mesure jusqu’à 25 cm de long et peut peser entre 1 et 3 kg. Son aspect extérieur est d’un vert sombre du fait de son écorce piquée d’épines et sa chair est blanche et pulpeuse avec des graines noires indigestes. A La Réunion, sapotille (qui vient du nom du fruit en Inde, Sapadille). A l’Ile Maurice, où il est très consommé, on lui donne le nom de coronsol. Au Mexique comme à Londres, on le trouve sous forme de jus de « Guanabana ». En Indonésie, on l’appelle sirsak ou nangka Belanda (« jacquier hollandais ») et en Malaisie, durian Belanda (« durian hollandais »), ce qui laisse entendre que ce fruit a été introduit dans la région par les Hollandais.

Alors qu’il est d’un goût bien différent, le corossol est parfois confondu avec la pomme-cannelle ou avec l’asimine (pawpaw en anglais), fruit d’une autre espèce d’annonacée.

Sur le plan nutritionnel, le corossol est riche en glucides, notamment en fructose, et il contient des quantités assez importantes de vitamine C, vitamine B1 et B2. Sa chair est composée en grande partie d’eau, ce qui en fait un fruit diurétique, et il contient des nutriments tels que du fer, du phosphore et du potassium.

La chair du corossol est comestible et a un goût à la fois sucré et acidulé. Cela en fait un fruit exploité dans l’agro-alimentaire pour la confection de glaces et de jus. Son goût évoque pour certains celui des chewing-gums Malabar et de manière plus concrète, une approche du litchi ou de la mangue par son gout fleuri, délicat, frais, exotique et persistant. Sa texture filandreuse rappelle quant à elle celle de la rhubarbe.

Tout comme les feuilles de la plante, la chair et les graines du corossol sont utilisées en médecine traditionnelle. Les principales propositions dans le cadre de médecines populaires sont les effets diurétiques, comme antispasmodique digestif, pour les troubles du sommeil, les troubles cardiaques, les maladies parasitaires.

Mais attention, d’après le Memorial Sloan Kettering Cancer Center, les alcaloïdes (acétogénines) contenus dans le fruit (pulpe et graines) peuvent tuer certaines cellules nerveuses. Ce sont de puissantes neurotoxines à l’origine de maladies neurodégénératives et la recherche suggère une corrélation entre la consommation de corossol et certaines formes atypiques de parkinsonisme !

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.