Caries

   La “maladie carieuse”

La carie est une maladie infectieuse due à des microbes STREPTOCOCCUS MUTANS, qui prolifèrent dans un contexte particulier (génétique de l’hôte, régime alimentaire). Lorsqu’ils s’accumulent à un endroit (notamment entre les dents, sous des anciens plombages ou des couronnes mal adaptées), ils deviennent virulents et entrainent la déminéralisation de votre dent. La carie nait et un trou se forme. La carie ne concerne pas seulement les dents vivantes, par conséquent elle n’est pas toujours douloureuse.

Les facteurs favorisant cette maladie :

  1. Manque d’efficacité de la salive dans la lutte antibactérienne,

  2. Fragilité de l’email,

  3. Anatomie ou malpositions dentaires,

  4. Couronnes mal adaptées.

Les facteur aggravants cette maladie :

  1. Les habitudes alimentaires (sucres +++),

  2. La grossesse. …

Les différentes reconstitutions :

  1. Carie débutante, petite carie, les composites (matériaux apparentés aux résines) conviennent parfaitement. Ils sont esthétiques mais leurs solidités et herméticité sont limitées. Ils offrent l’avantage de ne pas comporter de métal. L’amalgame pourrait également convenir mais, pour plusieurs raisons (inesthétique, contenant du mercure, fait de métal entrainant la corrosion), il est de moins en moins employé de nos jour.
  2. Carie plus volumineuse. Sur ce type de carie, les amalgames et les composites ne peuvent offrir une garantie de durée. En effet, ces matériaux, au fil des années, se fissurent, le joint avec la dent s’agrandit, devient perméable aux bactéries, engendrant des reprises de caries. L’inlay – en résine ou en céramique, présente une morphologie beaucoup plus précise, préserve mieux les parois résiduelles et permet de maintenir la dent vivante et de reproduire la couleur naturelle.

  3. Carie atteignant le nerf : la dent doit être dévitalisée. Une dent devitalisée est extrêmement fragile parce que la dentine n’étant plus irriguée, devient cassante. De plus, la dent a tendance à noircir. La fracture de dents dévitalisées est, avec le « déchaussement », la principale cause d’extraction. Ces dents doivent impérativement être protégées avec une couronne.

En MTC, la lyse osseuse correspond à un “vide de Yin” (c’est à dire à une atteinte de la structure) avec perturbation du mouvement de l’EAU (= os et dents / rein / surrénales)

En homéopathie, on trouve ces caractéristiques aux symptômes des remèdes de la Luèse (pathologies du rein – minéralisation et de l’eau), ce sont d’ailleurs les « acides » qui attaquent les dents ! Dans ce type d’évolution pathologique, il nous parait important de faire préciser l’état des autres phanères : cheveux (alopécie ?), poils (décalvante ?) et ongles (points blancs, fissures, etc…). 

Nous trouvons à la rubrique “caries dentaires” du répertoire de Kent, les remèdes suivants :

Degré 3 : Antimonium crud. / Belladonna / Borax / Fluoricum acid. / Mercurius sol. / Mezereum (hg)/ Natrum carb. / Sepia / Staphysagria (na)

Degré 2 : Hyosciamus (ca)/ Lachesis / Phosphorus / Phosphoricum acid. / Sulfur

Degré 1 : Medorrhinum

Il existe aussi une rubrique “caries du collet” où nous trouvons :

Degré 2 : Thuya occ. (na)

Degré 1 : Calcarea carb. / Luesinum

Dans le répertoire de Boger, nous découvrons au mot-clef “caries dentaires“, les remèdes suivants :

Degré 2 : Calcarea carb. / Kreosotum (ac) / Staphysagria (na)

Degré 1 : Antimonium crud. / Belladonna / Borax (na)/ Chamomilla / Lachesis / Mercurius sol. / Mezereum (hg)/ Natrum carb. / Plumbum / Sepia

Les BNS de ces patients sont normo-floculants dans l’ensemble. Deux paramètres s’imposent néanmoins assez systématiquement (en position hyper-floculante sur l’ensemble des patients) : Aurum et Argentum nitricum.

La prédominance de réactivité à ces remèdes (métaux lourds) confirme le problème causal d’atteinte fonctionnelle du pôle Rein (minéralisation). Ces conclusions sont à rapprocher de notre observation des gingivites … Sous cet aspect, on peut presque alors considérer la carie comme une sorte d’aphte de la dent !

Si vous souhaitez réaliser un BNS12 ou 24, cliquez sur ce lien : www.mybiobox.com

Cas particulier : la carie de la petite enfance est une carie qui atteint les dents primaires, surtout celles qui sont en avant et en haut chez les enfants jusqu’à l’âge de 5 ans. Elle est aussi appelée “caries du biberon” parce qu’elle peut être initialisée lorsque l’enfant s’endort avec le biberon/la tétine demeurant dans sa bouche. L’utilisation du biberon favorise un contact prolongé entre le liquide de celui-ci et la surface des dents. C’est un type de carie très agressif qui a tendance à se propager rapidement

Nous utilisons presque toujours – en prophylaxie – le mélange de “sels de Schüssler” suivant : Calcarea fluorica + Calcarea phosphorica + Natrum muriaticum + Silicea 6 DH aa

Anthroposophie : Caries ou tâches blanches sur les dents : « Sels calcaires » (lab. Weleda), matin et soir (3 mois) + “Kieserite + Magnesite + Fluorite” 6 DH aa (lab. Weleda) à midi

Revue des dentistes pratiquant une approche énergétique …

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.