Chromogranine A

Chromogranine A (CgA)

Pourquoi faire cet examen de biologie médicale ? Pour aider au diagnostic des tumeurs neuroendocrines. Les symptômes évocateurs d’une tumeur carcinoïde peuvent comprendre des bouffées de chaleur, des diarrhées, une respiration sifflante.

Bien que généralement considérées comme rares, l’incidence des tumeurs neuroendocrines est en augmentation. Les médecins généralistes doivent donc être familiers avec leurs manifestations et les moyens diagnostiques et thérapeutiques utilisés. Les symptômes peuvent être dus à leur activité hormonale, aux conséquences de l’invasion locale ou à une complication hémorragique.

Le pronostic dépend de la localisation, du grade et du stade initial de la tumeur. Le diagnostic se fait à l‘aide de techniques endoscopiques, radiologiques et de médecine nucléaire. Une sécrétion hormonale sera recherchée en cas de symptômes évocateurs. Les options thérapeutiques sont vastes et doivent donc faire l’objet d’une discussion multidisciplinaire avant leur mise en œuvre.

Y-a-t’il des précautions particulières à prendre avant l’examen ?
Il peut vous être demandé de jeûner pendant au moins une nuit avant le recueil de l’échantillon et d’arrêter à l’avance certains médicaments tels les inhibiteurs de la pompe à protons. Veuillez vérifier les instructions de votre laboratoire avec votre médecin avant que la prise de sang ne soit effectuée.

La CgA est une protéine libérée dans le sang par les cellules neuroendocrines. Ces cellules neuroendocrines et les glandes endocriniennes qui les contiennent, peuvent être le siège de nombreuses tumeurs, bénignes et malignes. Cela comprend les tumeurs carcinoïdes, les phéochromocytomes, les insulinomes, le cancer du poumon à petites cellules, les neuroblastomes et d’autres tumeurs neuroendocriniennes. Beaucoup de ces tumeurs sécrètent de grandes quantités d’hormones – comme la sérotonine, les catécholamines, ou de l’insuline – en continu ou par intermittence, ce qui provoque des symptômes caractéristiques.

Faux négatifs : Certaines tumeurs neuroendocrines ne libèrent pas les hormones attendues !

Faux positifs : Les concentrations sanguines en CgA peuvent être élevées dans d’autres situations pathologiques, telles que les maladies du foie, une maladie inflammatoire de l’intestin, une insuffisance rénale, une insuffisance cardiaque et en cas de stress. Ces causes possibles d’élévation des concentrations sanguines en CgA doivent être prises en compte lors de l’interprétation du résultat…

Dans quel but est-il prescrit ?

Le dosage sanguin de la chromogranine A est utilisé en tant que marqueur tumoral. Il peut être demandé en association ou à la place du dosage de l’acide 5-hydroxyindolacétique (pour aider au diagnostic des tumeurs carcinoïdes et du phéochromocytome). Il est également utilisé pour surveiller l’efficacité du traitement et détecter une récidive de la tumeur. Parfois il peut être demandé de doser des hormones spécifiques, telles que les catécholamines, pour aider au diagnostic et à la surveillance d’un phéochromocytome.

Comment un médecin peut-il localiser une tumeur carcinoïde ou neuroendocrine ?

Cela se fait habituellement par des examens d’imagerie tels que les radiographies, la tomodensitométrie, l’imagerie par résonance magnétique ou d’autres examens de médecine nucléaire.

Comment le médecin peut-il dire si une tumeur est bénigne ou maligne ?

Il doit procéder à une biopsie ou enlever chirurgicalement la tumeur et faire analyser au microscope les cellules tumorales.

Bibliographie :

– Association des Néoplasies Endocriniennes Multiples (AFNEM): www.afnem.fr

– Institut Gustave Roussy, pour le phéochromocytome: www.gustaveroussy.fr/fr/page/pheochromocytome_3340

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.