Maladie de Crohn

Print Friendly, PDF & Email

La maladie de Crohn (MC), également appelée iléite ou colite ulcéreuse

 

C’est une maladie inflammatoire chronique (auto-immune) de l’intestin (voir chapitre “MICI”) pouvant atteindre tous les segments du tube digestif (de la bouche à l’anus), avec une nette prédilection pour l’iléon terminal. La maladie se déclare préférentiellement entre 20 et 40 ans, elle évolue par poussées entrecoupées de rémissions.

Les causes en sont multiples, la vaccination paratyphoïde (TAB-DT), largement répandue dans les armées et le service de santé a certainement sa part de responsabilité (tableau de typhoïde chronique). On pourra donc utiliser pour commencer : Para typhoïdinum B ou Luesinum.

Symptomatologie = diarrhée chronique (5 à 8 selles par jour), douleurs abdominales, fébricule et perte de poids.

Ses symptômes sont proches de la RCH au début, mais alors que celle-ci saigne, intéresse surtout le colon gauche et évolue par poussées, le Crohn est plus chronique et a des complications infectieuses qui peuvent s’organiser en fistules. En outre, elles présentent toutes deux : 

  1. une répercussion osseuse : l’ostéoporose qui peut survenir, même en dehors de toute corticothérapie, et des manifestations articulaires (axiales ou périphériques) s’observent dans 30% des cas. Une supplémentation en Fer (Spiruline) + vitamine B12 (anémie), Calcium + Vit. D (risque osseux) devra être envisagé.  
  2. une fréquence augmentée de cancers digestifs (grêle = 30% après 25 ans d’évolution) et de lymphomes.

La biologie montre un syndrome inflammatoire banal : CRP et VS augmentés, leucocytose et polynucléose. Le diagnostic s’effectuera par iléocoloscopie + biopsie (ulcérations aphtoïdes), mais il n’y a pas de corrélation stricte entre rémission clinique, biologique et endoscopique ! 

Diagnostic différentiel : maladie de Verneuil, tuberculose iléo-cæcale, iléite infectieuse, colite iatrogène (AINS ou radique), sigmoïdite diverticulaire, cancer colique …

Pensez à une maladie de Crohn en cas d’aphtes buccaux ou de lésion ano-périnéale récidivante : c’est son mode de révélation dans 30% des cas (fissure, ulcération, abcès, fistule ou sténose … les abcès se chronicisent pour se fistuliser en des orifices cutanés multiples avec placard inflammatoire).

Langue d’un patient avec une maladie de Crohn évolutive, ayant bénéficié (?!) d’une colectomie totale …

Le traitement classique repose sur les salicylés (Pentasa), les corticostéroïdes (1 mg/kg/jour) au long cours (attention aux complications virales) et les immuno-suppresseurs (azathioprine ou méthotrexate). Une phase d’alimentation sans résidus ou même uniquement parentérale est proposée dans les phases de poussées.

Le traitement chirurgical (résection de 30 cm d’iléon) est utilisé en dernier recours. Des anticorps anti TNF (dont Infliximab qui a obtenu une AMM) sont actuellement à l’étude : 2/3 de sujets répondeurs, mais il existe une atténuation de la réponse lors des retraitements.

NB. l’arrêt du tabac (facteur aggravant) est impératif dans le Crohn (contrairement à une action plutôt bénéfique dans la RCH ?!).

Ces patients ont un profil psychologique particulier : la majorité de ces patients refuse le statut de « malade chronique », ils conservent une activité professionnelle à temps complet (90%) et ont une réussite sociale en moyenne meilleure que celle de la population générale (problématique luétique – Rein ?).

Remèdes plus spécifiques de la maladie de Crohn en phase aiguë (30 CH) = Cadmium sulf. ou Cadmium bromatum (zn) brûlures digestives, asthénie, parésies, évolution tumorale. Veratrum alb. (as) colique aiguë avec crampes abdominales et diarrhée, sueurs froides et faiblesse.

On peut aussi penser à : Arsenicum album, China (as) diarrhée épuisante, Gambodgia (mg), Podophyllum (s), Nitricum acid. (ac) fistule anale …

Un Bilan Nutrition-Santé va permettre de quantifier les différents aspects du problème et de choisir un draineur végétal adapté.

Si vous souhaitez réaliser un BNS12 ou 24, cliquez sur ce lien : www.mybiobox.com

Le potentiel évolutif de la maladie se maintient à long terme : la maladie rechute périodiquement !

  1. après 3 ans d’évolution, 1/3 des malades est en poussée, 1/3 en rémission sous traitement, 1/3 sans traitement
  2. 20 ans après le diagnostic, les chiffres sont de ¼, ½ et ¼, mais 80% des patients ont nécessité une intervention chirurgicale. Quelques-uns ont eu un adénocarcinome iléal ou colique (8%), d’autres une thrombose veineuse, des occlusions, des perforations ou fistules (entéro-génitales ou anopérinéales) …

Organo et Sérothérapie : « Foie » +  « Diencéphale » + « SRE » + « Colon » et « Neuro-vasculaire »  NB. Etude sur 18 mois : 80% d’amélioration

 

Etude de cas de maladies de Crohn étudiées à travers les BNS :

1/ Une patiente suivie de 2011 à 2016 :

Mme Loulette B., née en 1937, souffre d’une maladie de Crohn depuis 30 ans. Elle a subit une colectomie gauche en 1978. Traitée longtemps à la cortisone (1,60m pour 66 kg), elle est actuellement à l’actapulgite, à l’Asacol (salicilate) et Pantoprazol (IPP si brûlures d’estomac). Elle se plaint de douleurs abdominales diffuses et d’épisodes de diarrhée, traités par des doses de Morphine.

Le premier BNS montre un état inflammatoire sub.aigu (hyper Alpha1+2), un stress oxydatif (Euglobulines élevées) et des tests lipidiques perturbés. Une prescription de BARDANE (Arctium lappa) + sels de sodium (Natrum aceticum + Natrum bromatum + Natrum selenicum 6DH) améliore le tableau clinique.

Revue l’année suivante : plus que 2 à 3 selles par jour, presque normales. Le second BNS montre une amélioration nette de tous les paramètres. Une cure de pro et pré biotique est essayée, avec des sels de soufre (Magnesia sulfurica + Natrum sulfuricum + Zincum sulfuricum 6DH).

Revue l’année suivante : va bien. Le BNS de contrôle fait apparaitre un état d’acidose sur sécheresse (hypo Alb. / hyper Alpha1), qui se manifeste par des douleurs tendino-musculaires, rachidiennes essentiellement (cervicale et lombo-sacrées). Une prescription d’ONAGRE (Oenothera biennis) et de CURCUMA améliore le tableau clinique.

Revue l’année d’après : retour de quelques épisodes de diarrhée et douleurs, calmées par du CHRYSANTHELLUM (Chrysanthellum americanum) et de l’HE naturelle de SERPOLET appliquées sur le ventre, à la demande.

Revue en 2016, car elle a pris du poids (72 kg) et se plaint de ne plus supporter les légumes et les fruits (mais assez bien le chocolat !). On découvre en l’interrogeant que la situation a décompensé depuis une fracture de l’épaule il y a 3 mois, durant laquelle elle a pris des AINS (qui irritent l’intestin et font grossir !).

 

2/ Maladies de Crohn, cas extraits de la base de données de MyBioBox :

Cas n°1 = Homme 38 ans, déjà opéré 3 fois

Paramètres perturbés =

  • Elevés : Ammonium (Lycopodium : sécheresse tissulaire) et Arsenicum (difficulté à se détendre)
  • Bas : Acide (fissure anale)

Traitement proposé = THEA CHINENSIS (précurseur GABA) + SILICEA 6DH (sel de Schüssler)

Cas n°2 = Enfant de 15 ans, sous immunosupresseur (Imurel) + corticoïde, régime sans sel et sans résidu

Paramètres perturbés = bilan hypo typique des immunospressions !

— Bas : Albumines (sécheresse tissulaire/maladie organique) et Magnesia (douleurs chroniques)

Traitement proposé = REGLISSE (Glycyrrhiza glabra) + SILICEA 6DH (sel de Schüssler)

Cas n°3 = Homme 42 ans, Crohn sous immunosupresseur (Imurel) + corticoïde depuis un an (léger surpoids)

Paramètres perturbés = bilan hypo typique des immunospressions, sauf paramètre Arsenicum (tension nerveuse – boulimie)

Traitement proposé = CURCUMA XANTHORRHIZA (antioxydant + anti-inflammatoire digestif)

 

Cas n°4 = Femme 52 ans, Crohn + polyarthrite rhumatoïde (2 MAI !). Sous Ambrel (anti TNF alpha) + Methotrexate (immunosuppresseur)

Paramètres perturbés = bilan hypo typique des immunospressions, sauf paramètre Alpha 2 (tendance inflammatoire sub-aiguë des muqueuses)

Traitement proposé = REGLISSE (Glycyrrhiza glabra)

 

Cas n°5 = Femme de 28 ans, Crohn depuis 18 mois, traité par Penthasa. Autre problème : acné et eczéma.

Paramètres perturbés =

  • Zinc et Iode élevés (signe une intolérance alimentaire)
  • Hypo Alpha 1 (tendance anémique – en cours d’allaitement !)

Traitement proposé = REGLISSE (Glycyrrhiza glabra)

 

Cas n°6 = Homme de 69 ans, Crohn depuis l’âge de 27 ans. Traité par Salazopirine (salicilé) et Questran. Ablation Iléon + petite zone du colon en 1992 pour occlusion. Actuellement sous corticoïde (Penthocort) 1 à 3 gélules par jour, selon la clinique. Evite le gluten depuis 10 ans, ce qui l’a amélioré. Prend complément 11 vitamines + Oligo-éléments + glutamine (4 gel./jour). Douleurs et conjonctivite améliorées par acupuncture et Qi Gong.

 

Remarques sur ces cas :

Un BNS12 (12 paramètres) et un test ImuProScreen (22 paramètres de base) semblent représenter le bilan minimum pour bien comprendre le niveau évolutif de cette affection chronique aux multiples visages.

Si la REGLISSE (Glycyrrhiza glabra) 1DH 30 gouttes/jour semble être le meilleur traitement en phase aiguë du Crohn et de la RCH, on ne pourra pas le prolonger longtemps du fait de ses effets secondaires (risque de poussée d’HTA). Prévoir par exemple de l’utiliser 15 jours par mois ?

SILICEA 6DH (sel de Schüssler) est un bon remède des auto-immunités et des infections chroniques. On peut aussi la donner sous forme de poudre de PRELE (Equisetum arvense)

Les pré et probiotiques,ainsi que les protecteurs de muqueuse digestive, peuvent avoir un bon effet…. Pianto ?

FLORIUM… probiotiques lyophilisés (1 gélule = 10 milliards de lactobacilles, bifidobactéries et streptococcus thermophilus)

ENTERO-PROTECT…  contient des acides aminés (L-Glutamine, Glutathion, L-Taurine, L-Méthionine) qui contribuent :

  • au maintien de muqueuses normales (vitamines A, B2, B3, B8)
  • au fonctionnement normal du système immunitaire (vitamines A, B6, C, D3)
  • à un métabolisme énergétique normal (vitamines B1, B3, B5, B6, B8, C, magnésium)
  • au métabolisme normal des macronutriments (Vitamine B8, Chrome)
  • à protéger les cellules contre le stress oxydatif (vitamines B2,C,E)

Le FOIE est un acteur capital de régulation des auto-immunités (cf. cycle de Jayle, par feed-back sur les excès d’AC). Il faudra donc arrêter définitivement l’alcool et les médicaments hépato-toxiques (statines, fibrates, IPP …)

Alimentation anti-inflammatoire avec le “Modulen” (si pas d’intolérance au lait):
http://www.nestlenutrition.ch/healthcare/fr/Products/Pages/Modulen-IBD.aspx

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.