DMLA

Dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) 

C’est une atteinte maculaire bilatérale, plus ou moins symétrique, débutant le plus souvent après 55 ans et devenant la principale cause de malvoyance des personnes âgées de plus de 75 ans. Avec le vieillissement de la population, le nombre des patients atteints va crescendo ! 

La dégénérescence maculaire liée à l’âge ou DMLA est une maladie qui entraîne une perte progressive de la vue pouvant aller jusqu’à la cécité complète. Elle est caractérisée la disparition peu à peu des cellules de l’épithélium pigmentaire rétinien puis de celles des photorécepteurs situés dans la macula. C’est un processus lent et il peut se passer cinq à dix ans avant que le sujet ne perde sa vision centrale. Le stress oxydant est impliqué dans le développement de la maladie. L’augmentation de la consommation de lutéine et de zéaxanthine, deux caroténoïdes qui constituent le pigment maculaire, a montré des effets protecteurs de la macula. La lutéine et la zéaxanthine ont notamment des propriétés antioxydantes.

Il en existe principalement deux formes :

  1. La forme atrophique (ou « sèche ») qui est une perte progressive des photorécepteurs (85 à 90 % des cas).
  2. Une forme exsudative (ou « humide », 10 à 15% des cas) qui se caractérise par l’apparition de néo-vaisseaux choroïdiens, identifiables à l’angiographie à la fluorécéine. L’œdème progresse autour de ceux-ci, entrainant des déformations visuelles et une perte de la vision centrale. 

Des avancées considérables ont été faites ces dernières années dans le domaine de la DMLA, tout d’abord par la mise en évidence de plusieurs gènes liés à cette affection, mais aussi par des études épidémiologiques qui ont démontré le rôle du tabac et du surpoids dans le développement de celle-ci.

Puis, l’arrivée d’agents anti-angiogéniques (anti-VEGF, injectés dans l’oeil) a changé la prise en charge des formes exsudatives de l’affection (amélioration de la vision dans 40% des formes exsudatives).   

 

Un bilan sanguin BNS est indispensable ++, car ces affections impliquent l’inflammation, le métabolisme des lipides et l’angiogénèse. Elles sont d’ailleurs parfois secondaires à une maladie de système : HTA, diabète, maladie de Horton…

Si vous souhaitez réaliser un BNS12 ou 24, cliquez sur ce lien : www.mybiobox.com

Homéopathie : remèdes le plus souvent utilisés

  • Arsenicum album ou Phosphorus (grand remède de l’œil)
  • Pulsatilla ou Silicea  … congestion veineuse           
  • Lachesis                    congestion artérielle, + à gauche
  • Lycopodium             problème inflammatoire et métabolique + à droite
  • Pensez aussi à : Alumina, Argentum, Nux vomica, Veratrum viride, Zincum

Micro-nutrition : AGPI Oméga 3, vitamines anti-oxydantes (ACE), levure de bière (riche en Sélénium) / Chrome / Phosphore et …

.

OPTIVISIUM … est à base de Lutéine et de Zéaxanthine, il contribue :

  • au maintien d’une vision normale (Vitamines A, B2 et Zinc).
  • à protéger les cellules contre le stress oxydatif (Vit. B2, C, E et Zinc).

Sérothérapie : “Oeil” + “Foie” + “SRE” et “Neuro-vasculaire” 

 

Anthroposophie : formule des rétinopathies dégénératives et vasculaires =

Betula cortex D2 + Galène D8 + Retina D8 + Secale cornutum D6 + Tabacum D6 aa

Conseils nutritionnels : légumes riches en pigments jaunes (choux, épinards, brocolis), safran …

Association de patients atteints de DMLA : www.association-dmla.com

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.