Enseignement de phyto-aromathérapie

Organisation de notre enseignement de botanique et de phyto-aromathérapie  

L’herboriste est un professionnel du bien-être à part entière. Il est amené à récolter et transformer les plantes dans le respect des règles de sécurité, d’hygiène et de protection de l’environnement. Pour ce faire, il suit rigoureusement toutes les procédures de fabrication et de contrôle de la qualité.

En tant que détaillant, il assure le conseil et la vente de produits de bien-être, le plus souvent à base de plantes et de substances naturelles voire issues de l’agriculture biologique. Il veille à répondre à la demande du client par le choix d’un produit bien adapté, tout en étant conscient des limites d’utilisation et des risques liés à une utilisation abusive (personnes à risques, autres médications, etc.). il est amené éventuellement à dispenser des conseils d’hygiène de vie.

Le métier d’herboriste requiert de la part de ceux et celles qui l’exercent :

▪ une excellente connaissance des plantes et de toutes les autres substances végétales, minérales ou animales utilisées, de leurs propriétés médicinales et du bien-fondé de celles-ci,

▪ des connaissances de diététique et de physiologie,

Les cours permettent à l’étudiant d’observer, de toucher, de manipuler les plantes médicinales en vue de leur identification et de leur utilisation.

Il apprendra à connaître toutes les étapes de production et de transformation des plantes jusqu’au produit fini (extraits et formes galéniques), tout en appréhendant les risques, liés à chaque étape, concernant la qualité et l’efficacité du produit.

Ces cours constituent une option de 3ème année de Naturopathie, mais vous allez vous y préparer en suivant notre enseignement FMC (Formation médicale continue – c’est à dire après n’importe quel cursus de santé). Sur ce site vous trouverez les dossiers correspondant à ce cours dans le “Cyber-Campus” :

  1. Herbier (plus de 600 plantes médicinales)
  2. cours de Botanique et Phyto-aromathérapie (disciple transversale à toutes les filières)

Pour être efficace dans la compréhension (et le conseil) des plantes, il faut avoir une bonne connaissance de la botanique dans son ensemble et physiologie organique, c’est ce qui fait l’originalité de notre enseignement : chaque famille botanique est rattachée à une dysfonction d’organe particulière (avec une validation biologique, dès qu’elle existe). 

Nous développons notre enseignement sur la base de la chronologie du développement des plantes sur notre planète. En voici les principaux chapitres : 

………………………………… 

Introduction : les différents référentiels d’action thérapeutique, intérêt du pentagramme des régulations d’organes de la MTC et du contrôle de l’effet thérapeutique sur l’homme par la méthode des BNS (12 et 24).         

.                  

La pharmacopée

  1. Terpènes                                               
  2. Alcaloïdes                                               
  3. Saponines                                               
  4. Stérols                                                            
  5. Flavonoïdes                                               
  6. Quinones                                               
  7. Tanins                                                           
  8. Acide salicylique                                                
  9. Vitamines                                     

Formes galéniques et posologie                         

L’ère primaire

  1. A.1 les Algues                                   
  2. A.2 les Champignons                       
  3. A.3 les Lichens                                   
  4. A.4 les Mousses                                   
  5. A.5 les Fougères                                   
  6. A.6 les Prèles                                   
  7. A.7 les Lycopodes                         

L’ère secondaire                        

  1. B.1 les conifères primitifs                       
  2. B.2 les pinacées                                   
  3. B.3 les Cupressacées                       
  4. B.4 les Chlamidospermes                         

L’ère tertiaire : Les plantes à fleurs                       

  • Socio-écologie                        
  • Les plantes des milieux extrêmes           
  • Les plantes alimentaires                         

Les Monocotylédones             

  1. C.1 archaïques : Aracées            
  2. C.2 les Liliacées                                   
  3. C.3 les Zingibéracées                       
  4. C.4 tropicales : Broméliacées …           
  5. C.5a évoluées : les Graminées            
  6. C.5b : les Orchidées                         

Les dicotylédones apétales           

 1/ à fleurs unisexuées : Amentifères (le monde des arbres)           

  • D.1 les Bétulacées                       
  • D.2 les Salicacées                       
  • D.3 les Juglandacées                       
  • D.4 les Fagacées                                    
  • D.5 les Urticales :                        
  • D.5a les Moracées           
  • D.5b les Ulmacées            
  • D.5c les Urticacées           
  • D.5d les Cannabinacées                       
  • D.6 les Santalacées / Loranthacées              

2/ à fleurs hermaphrodites           

  • E.1 les Polygonacées                       
  • E.2 les Pipéracées                       
  • E.3 les Chénopodiacées                       
  • E.4a les Caryophyllacées                        
  • E.4b les Nyctaginacées                                   
  • E.5 les Cactacées                                   
  • E.6 les Aristolochiacées                         

Les dicotylédones dialypétales           

Les Thalamiflores                        

F.1 les dialycarpiques à pétales nombreux           

  • F.1a  les Renonculacées                       
  • F.1b  les Berbéridacées                       
  • F.1c  les Ménispermacées                       
  • F.1d  les Nymphéacées                       

F.2 – les dialycarpiques ligneuses à essences :            

  • F.2a les Magnoliacées                       
  • F.2b les Monimiacées                        
  • F.2c les Myristicacées                       
  • F.2d les Lauracées                         

F.3 les Pariétales :            

  • F.3a  les Papavéracées                       
  • F.3b  les Crucifères                         

Les Pariétales sans latex :           

  • F.3c  les Violacées                                   
  • F.3d  les Droséracées                                    
  • F.3e  les Passifloracées                                   
  • F.3f  les Cucurbitacées                         

F.4 les Malvales primitives :            

  • F.4a  Cacaoyers, Kolatiers …           
  • F.4b  les Tiliacées                                    
  • F.4c  les Malvacées                       
  • F.4d  les Euphorbiacées                           

Les Disciflores                       

  • G.1a  les Rutacées                                   
  • G.1b  les Citronniers                        
  • G.2  les Géraniacées                       
  • G.3  les Tropoéolacées                       
  • G.4  les Linacées                                    
  • G.5  les Erythroxylacées                       
  • G.6  les Hippocastanacées                        
  • G.7  les Polygalacées                        
  • G.8  les Celastracées                        
  • G.9  les Iliacées                                    
  • G.10  les Rhamnacées                       
  • G.11  les Ampélidacées                        
  • G.12  les Anacardiacées                         

Les Caliciflores                       

  • H.1a  les Rosacées                       
  • H.1b – les Hamamélidacées                       
  • H.1c – les Platanacées                       
  • H.2  les Saxifragacées                       
  • H.3  les Crassulacées                       
  • H.4  les Fabacées                                    
  • H.5a  les Myrtacées                       
  • H.5b – les Lythracées                       
  • H.5c – les Combrétacées                       
  • H.6  les Ombellifères (Apiacées)                         

Les dicotylédones gamopétales    

Pentacycliques                        

  1. I.1 les Ericacées                                   
  2. I.2 les Primulacées                       
  3. I.3 les Plumbaginacées                        
  4. I.4 les Styracacées                         

Tétracycliques superovariées           

  • J.1  les Oléacées                                   
  • J.2a  les Gentianacées                       
  • J.2b  les Strychnos                       
  • J.2c  les Loganiacées                       
  • J.3  Apocynacées et Asclépiadacées             
  • J.4  les Convolvulacées                       
  • J.5  les Borraginacées                       
  • J.6  les Solanacées                       
  • J.7  les Scrofulariacées                       
  • J.8  les Labiées                                     

Tétracycliques inférovariés                        

  • K.1  les Campanulacées                       
  • K.2  les Rubiacées                       
  • K.3  les Caprifoliacées                       
  • K.4a  les Valérianacées                       
  • K.4b  les Dipsacacées                       
  • K.5a  les Composées (Astéracées)                       
  • K.5b  les  Ambrosiacées                         

Attention ! Les plantes ont des actions complexes et peuvent interférer avec des médicaments allopathiques. 

Nous n’hésitons pas à élargir la discussion sur le rôle des plantes dans les diverses civilisations humaines : aliments, drogues, teintures et autres usages … exemples :

www.cuisiflor.com/fleurs_comestibles.htm

www.passiondulivre.com/livre-92263-teindre-avec-les-plantes-les-plantes-tinctoriales-et-leur-utilisation.htm

Module de Botanique et Phyto et aromathérapie … En Wallonie, avec pour enseignant mr. Michel Debray

Détails des dates et lieux : www.udsasbl.com

Réflexion … Les Belges, les Allemands, les Suisses peuvent se procurer librement des plantes médicinales dans leurs herboristeries. Là, on prend le temps de leur expliquer les effets thérapeutiques des plantes. On leur recommande les meilleures préparations. On leur indique les précautions d’usage.

Car, dans ces pays, il existe un diplôme officiel d’herboriste. On assiste même à un vrai renouveau de la profession : de nombreux emplois sont créés et c’est tout le monde qui en profite.

Pendant ce temps, en France, on continue de nous priver des bienfaits des plantes médicinales :

  • Seules 148 plantes sont en vente libre en dehors des pharmacies.
  • Aucun conseil ne peut vous être donné si vous achetez vos plantes ailleurs que dans une officine.
  • La France ne compte plus que 15 herboristeries contre 23’000 pharmacies.
  • Le diplôme d’herboriste a été supprimé par le régime de Vichy il y a 77 ans !

Une mission au Sénat a été lancée en mai dernier sur un possible retour du diplôme d’herboriste en France.

La France est un des pays les plus riches du monde pour sa flore, grâce à la diversité de ses terroirs et de ses climats. Nous sommes aussi le pays de l’herboristerie, avec une connaissance des vertus des plantes qui remonte aux druides celtiques, aux Romains, en passant par les monastères du Moyen-Âge et toutes les traditions locales de guérisseurs.

Ce patrimoine gigantesque et irremplaçable, transmis à travers des centaines de générations, semblait perdu depuis les années 60 où nous sommes entrés dans le consumérisme et le monopole de la médecine dite « scientifique » mais qui est surtout « chimique » !!!!

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.