IRC et hypothyroidie chez le chien

Accueil Forums Forum de discussions IRC et hypothyroidie chez le chien

Ce sujet a 2 réponses, 2 participants et a été mis à jour par Anne BASQUIN Anne BASQUIN, il y a 1 an et 8 mois.

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Auteur
    Messages
  • #15034
    Anne BASQUIN
    Anne BASQUIN
    Participant

    Bonjour,
    Bonjour,
    Ma chienne cocker anglais de 12 ans a eu une glomérulonéphrite aigue en septembre dernier d’étiologie inconnue (test lepto négatif..) :depuis une échographie de controle ne montre plus de lésions au niveau du rein mais l’urée reste élevée (0.970g/l pr une norme entre 0.147 et 0.567 g/l (et une valeur initiale de 1.132 g/l)) .les plaquettes et le chlore sont juste ds les normes basses et tous les autres parametres sont strictement normaux ainsi que les analyses d’urine .Une hypertension artérielle est associée .Le traitement actuel est TM lespedeza capitata + TM aubépine (1 goutte/kg de poids)et Eps cassis + ortosiphon +piloselle +olivier(2.5ml/jour de chaque sorte) ainsi qu’ erythrite 8dh et hematite 8dh en alternance (2 granules 3 x/j ).
    Face à une grande fatigue ,une analyse TSH /T4 a été demandée et les résultats indiquent une TSH bien augmentée( 1.6 ng/ml pour une val. norm . <0.5 ) et une T4 ds les normes :Le vétérinaire propose un test d’épreuve thérapeutique à l’hormone thyroidienne. Qu’en penser ? les différentes pathologies peuvent-elles etre rattachées les unes aux autres ? que proposeriez vous ?
    A noter des antécedents de hernie discale et d’allergie alimentaire( boeuf ,agneau ,blé ,soja …) régularisée par un régime adéquat .

    Je vous remercie par avance pour l ‘interet que vous voudrez bien porter à ce cas .

    #15075
    Jean Yves Henry
    Jean Yves Henry
    Admin bbPress

    Il serait intéressant de savoir la créatinine + SDMA (diméthylarginine symétrique > capable d’identifier une dysfonction rénale déjà à partir de 40% de perte tissulaire) ainsi que les enzymes hépatiques. Car, selon l’historique, je pense que le point faible siège au niveau du foie qui joue un rôle important dans l’apparition des allergies/intolérances alimentaires ainsi que pour ses influences sur la fonction thyroïdienne (on est en présence d’une hypothyroïdie débutante – compensée > TSH augmentée !). L’hypertension est, très probablement le résultat de tout cela suite à l’engorgement organique engendré.
    En attendant, je vous conseille de lui administrer du « chelidonium majus + curcuma xanthoriza » que vous trouverez dans les gouttes de Weleda « Choleodoron », ou bien vous pouvez les faire préparer séparément en 1 DH en les donnant en alternance le soir (20 gts, avant le repas). Il serait préférable d’ajouter des globules en 6 DH de “Bromum iodatum” pour aider la thyroïde à retrouver un rythme plus physiologique.
    Espérant d’avoir répondu à la question je vous prie de recevoir mes salutations cordiales. O. Ianni, D.M.V.
    P.S. Le test de stimulation hormonale ne donnera probablement pas d’autres renseignements utiles, car la TSH est déjà assez élevée !

    #15078
    Anne BASQUIN
    Anne BASQUIN
    Participant

    BONJOUR ,

    Faisant suite à votre réponse pour laquelle je vous remercie vivement , je vous communique qques valeurs prises lors de la phase aigue d’apparition soudaine de la glomerulonephrite et la prise en charge initiale de ma chienne en septembre 2016 : la créatinine était à son arrivée le 14 /09 à 15 mg/l pour une norme entre 4 et 14 MG/L et une urée à 1,4 g/l pour une norme entre 0.2 et 0.6 et après 24 h de perfusions (et traitement par antibios et corticos) une créatinine à 13 mg /l (valeur de référence 4-14 mg/l) et une urée à 0.9 g/l (valeur 0.2 -0.6) .Depuis la créatinine est toujours restée ds une valeur moyenne normale et l’urée est restée élevée avec une valeur aux alentours de 0.95 g/l . Le SDMA n’a jamais été fait.

    A cette occasion ,un bilan hépatique avait été effectué pour aider à définir l’origine de la glomerulonephrite :

    -albumine 35g/l (normes 26-40)

    -cholesterol total 2g/l ( normes 1.1-3.1)

    -glucose 1.1g/l (normes 0.8-1.3)

    -GPT (ALAT) :65 U/l (17-78)

    -PAL: 52 U/l (15-85)

    Le bilan hépatique ne montrait aucune spécificité ou anomalie à ce moment : peut -on malgré tout envisager une faiblesse du foie ? Ces paramètres sont ils suffisants pour signifier un engorgement de cet organe ?

    Merci encore à vous

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.