Froid et Chaleur (Han – Re)

Froid et Chaleur : Han – Re

 

Ce chapitre se penche sur les causes externes de la maladie …

Le SHANG HAN LUN est un livre écrit par GHENG JI (dynastie de Han, 150-219), pour le diagnostic des maladies engendrées par les facteurs externes. Il met en avant le traitement par les tisanes et la sudation. Il prend le point de vue BIAO LI (pénétration des maladies de l’externe à l’interne) : école SHANG HAN.

L’école du WEN BING (dès 1592) concerne les fièvres et prend le point de vue des trois Foyers. Elle décrit la progression des maladies de “vent-chaleur” à travers les 4 couches.

A/ les “6 couches de protection” de l’organisme contre le froid et les contraintes climatiques :

Pour les chinois, l’interaction Ciel – Terre trouve ses manifestations dans les différents climats et les énergies qui leur sont appropriées. Ces manifestations sont encore appelées les “6 qualités du ciel” ou “facteurs pathogènes externes” (Su Wen chapitre 75 : “Les causes de toutes les maladies sont les énergies perverses du froid, de la chaleur …“) =

  • Le Froid – La Chaleur – La Sécheresse …qui blessent le Yang
  • L’Humidité – le Vent (Feng) – Le Feu … qui blessent le Yin

Dans quelles conditions sommes-nous dans cette situation ?

  • Climat en excès, par exemple, trop de froid en hiver, ce qui va nécessiter de notre organisme la consommation d’un surcroit d’énergie
  • La faiblesse du Qi du patient, qui devient agressibilité : “Le pervers afflue là ou il y a un vide de correct
  • Energie déplacée : par exemple froid en été (et cas des vols intercontinentaux !)

L’invasion se fait à l’externe : la peau, la bouche, le nez. Les maladies de causes externes apparaissent rapidement et se diagnostiquent par l’examen, les maladies de fragilité interne apparaissent progressivement et se base surtout sur l’interrogatoire (surmenage, activité sexuelle …).

La cause peut être isolée ou elles peuvent se combiner (ex.: Froid + Vent + Humidité / Vent + chaleur …). Le diagnostic n’est pas évident et se fait par les manifestations cliniques, surtout la frilosité (WU HAN = “crainte du froid”, qui survient de façon soudaine et non soulagée par les couvertures) et la fièvre : “Un vrai froid peut donner des signes de fausse chaleur, comme une vrai chaleur peut donner des signes de faux froid

  • Signes de froid en haut = vide de yang (la chaleur monte) : pâleur, signes digestifs hauts …
  • Signes de froid en bas = vide de yang : selles, douleurs abdominales basses, membres froids, oedèmes, symptômes gynécologiques (leucorrhées) …
  • Signes de chaleur en haut = céphalées, faciès et yeux rouges, odontalgies, oppression respiratoire
  • Signes de chaleur en bas = selles sèches, douleurs, rougeurs, oligurie …

De plus, il peut y avoir changement de l’une dans l’autre :

  1. un syndrome chaleur peut évoluer progressivement vers un syndrome froid (cas des chocs septiques)
  2. un syndrome froid peut évoluer progressivement vers un syndrome chaleur (coup de froid qui induit une fièvre à 40° !)

 

Le FROID (HAN) est une énergie qui prédomine en hiver, mais pouvant sévir en d’autres saisons (moins durement). C’est un facteur pathogène qui blesse le YANG QI, comme les TRAUMATISMES = ALGIES. Evolutions :

** Syndrome VIDE : l’énergie Wei Qi est insuffisante, la protection n’est plus assurée, le FROID pénètre : fièvre (= combat du pervers et du correct), transpiration ++, “crainte du vent”, céphalées, douleurs et raideurs cervico-dorsales … type Ferrum phos. en homéopathie

Traitement = les point King qui commandent Wei Qi + chasser le Vent : 20 VB (feng Tchre) / 12 (feng) et 60 V (feu) / 7P / 14 + 16 DM / 4 + 11 GI (ting) / 3 IG (bois)

Employer les moxas et massages, les tisanes chaudes …

** Syndrome PLENITUDE : le Froid bloque l’énergie, entrave la circulation dans les méridiens (surabondance de Qi malfaisant). Fièvre avec “crainte du froid”, non améliorée par la chaleur, absence de transpiration, dyspnée, courbatures … type Belladonna en homéopathie

Traitement = faire transpirer  (8, 9 et 10 P / 1 et 2 Rein) et circuler : 13 + 14 DM / 4 GI / 7 R (métal)

Plantes = Ephedra, Cinnamonum, Glycyrrhiza

Le froid (qui mange le Yang) se caractérise par des contractions et stagnations entravant la libre circulation du sang et de l’énergie : il produit des occlusions. Douleurs de la tête et du cou, lombalgies. Attention, il y a un “froid externe” et un “froid interne” :

  • Froid externe = Yang insuffisant : frilosité améliorée par la chaleur, absence de soif et de sueurs, fièvre, douleurs des muscles et des articulations. Symptomatologie rhumatismale de type Froid : il y a des difficultés de bouger, des douleurs calmées par la chaleur et aggravées par le froid.
  • Froid interne = l’abondance de YIN donne une fausse chaleur : frilosité améliorée par la chaleur, symptomatologie digestive (Rate-Est.) : vomissements, borborygmes, diarrhée, pyurie …

Les méridiens Vessie et IG constituent le TAE YANG, “grand méridien” de régulation contre le froid. “Plus de sang que d’énergie”, il défend la surface du corps.

Points = tonifier le Yang et disperser le Yin en excès

3 + 4 + 8 + 12 RM / 4 + 14 + 20 DM / 4 GI / 36 Est / 6 + 8 Rt (Tsri) / 22 Vessie (assentiment du TR – surrénales)

 

La CHALEUR (RE) est une énergie qui prédomine en été. C’est un facteur pathogène YANG d’origine :

  1. Externe = attaque de chaleur perverse : INFECTIONS, qui peut se transformer en FEU (qui trouble l’esprit et ira jusqu’au coma).
  2. Interne = excès de Yang QI qui repousse le Yin à l’externe : extrémités froides, sueurs profuses, soif de froid, langue rouge, enduit jaune (ex.: fièvre Typhoïde) … Le terme FIEVRE en MTC indique que le front et de dos des mains du patient sont chauds au toucher, pas forcément une fièvre effective ! La force de la fièvre reflète l’intensité du combat entre le facteur pathogène et le Qi du corps.
  3. Transformation de “froid de surface” en “chaleur interne” : après une attaque de froid, fièvre, agitation et anxiété (Aconit)
  4. Passage de la chaleur au froid : forte fièvre et transpiration : le yang part avec le Yin, vomissements, diarrhée, faciès pâle, membres froids (Baptisia dans le Choléra) …

Sa manifestation est en haut. Le danger est qu’elle disperse et consume les liquides organiques, affectant la tête et les yeux, la langue (sécheresse), le patient a soif, a des signes de chaleur à la VB : goût amer dans la bouche, les urines sont rares et jaunes. Le froid et la chaleur peuvent être localisées (haut-bas) ou imbriqués.

Les méridiens VB et TR constituent le SHAO YANG, “grand méridien charnière” de régulation contre la chaleur. Ces deux énergies externes (froid et chaleur) sont les plus fréquemment impliquées dans la vie de tous les jours :

  • Vide de Yang = refroidissement externe
  • Vide de Yin = échauffement interne
  • Plénitude de Yang = échauffement externe
  • Plénitude de Yin = refroidissement interne

Points = nourrir le Yin  et disperser le Yang

6 + 16 RM / 20 (pae roe) + 26 DM / 3F / 20 GI / 1 Est / 6 MC (lo) / 6 Rt / 25 (gaz) + 40 Est (lo + glaires)

 

La SECHERESSE (ZAO) est l’énergie de l’automne, saison très sèche en Chine (pays de mousson), consumant les liquides, elle sèche le nez et la gorge jusqu’à perturber les fonctions du Poumon.INFLAMMATIONS. Signes de chaleur à l’estomac : soif de boissons froides, fuit la chaleur, ballonnements et constipation.

Certains médicaments allopathiques sont des “facteurs sécheresse” (ex.: diurétiques)

Les méridiens GI et Estomac constituent le YANG MING, “grand méridien” de régulation contre la sècheresse, qui contient donc “beaucoup de sang et d’énergie”.

 

L’HUMIDITE (SHI) est l’énergie de fin d’été, qui en Chine est une période chaude et humide, causant de nombreuses maladies. L’humidité et les OEDEMES sont caractérisés par la viscosité, la stagnation, la lourdeur et le gonflement articulaire, l’obstruction. Elle est un facteur pathogène YIN qui bloque le Yang et obstrue la circulation du QI. ALLERGIES. Abdominale : ventre plein et douloureux, ballonnements, vomissements et diarrhée.

Les méridiens Rate et Poumon constituent le TAE YIN, “grand méridien” de régulation contre l’Humidité. Une consommation excessive d’aliments gras et sucrés +++ (effet glycogène !) favorise l’humidité. De nombreux médicaments allopathiques (ex.: les IPP, les corticoïdes, les AINS) sont aussi des facteurs d’humidité !

 

Le VENT (FENG) est l’énergie prédominante au printemps, mais elle peut aussi sévir dans n’importe quelle autre saison. Le vent peut envahir le corps après une transpiration ou pendant le sommeil. Dans nos société modernes, le vent, facteur EMOTIONNEL (effet SEDATIF), est la cause principale de nombreuses maladies, il s’associe aux autres énergies climatiques pour pénétrer l’organisme ! Il y a un vent externe et un vent interne :

  • Vent externe = peur du vent (Chamomilla en homéopathie !) et crainte du froid, douleurs tendino-musculaires erratiques, manifestations aiguës, symptomatologie de la face (gorge irritée, nez bouché …), urticaire, maladies éruptives (vent-chaleur = fièvre et sueurs)
  • Vent interne = par vide de YIN ou de Sang du FOIE : “C’est le sang qui calme le vent” et une grand chaleur peut produire du vent : vertiges, fibrillations, signes génitaux, convulsions …

Les méridiens Foie et MC constituent le JUE YIN, “grand méridien” de régulation du Vent. Certains médicaments allopathiques sont des “facteurs vent” (ex.: psychotropes) !

 

Le FEU (HUO) est l’énergie de l’été, c’est un agent pathogène brûlant (ex. insolation), destructeur des tissus. Les liquides sont consumés +++, le sang lésé et l’esprit (SHEN) troublé (confusion mentale = délire). La radiothérapie, comme l’insolation sont un facteur FEU : avec impact VASCULAIRE. Bouche et langue rouge très sèche, crainte de la chaleur, forte fièvre avec membres froids, soif. Faiblesse générale du yang des reins …

Les méridiens Rein et Coeur constituent le SHAO YIN, “grand méridien” de régulation du Feu.

Points = feu : la solution est à l’eau, chauffer avec des moxas : 6 + 8 JM / 4 DM (surrénales)/ 15 + 23 V

 

B/ les “4 couches de progression” d’une maladie de chaleur :

La MTC décrit parfaitement le développement des maladies infectieuses par les quatre stades de « pénétration de la chaleur nocive : XIE WEN »

En Chine, l’école des maladies de type CHALEUR (WEN BING) a bien compris le phénomène infectieux. Il comprend l’idéogramme Vent et celui de l’insecte, c’est à dire des bactéries transportées par le vent (1644).

De la surface à la profondeur, ce processus FENG (anti-génique) déclenche une production de FEU (fièvre supérieure à 39°) qui peut pénétrer au travers des quatre couches énergétiques, qui sont (de la surface à la profondeur) :

  1. WEI (l’énergie défensive) … organes peau, ORL et colon (Gros intestin)
  2. QI (l’énergie motrice) … organe Poumon, Vésicule biliaire …
  3. YONG (l’énergie nourricière)  …  organe Rate – Pancréas – Estomac
  4. XUE (le sang) …  Cœur et vaisseaux (MC), puis Foie et Reins

1ère couche : WEI (en MTC : l’énergie défensive)

Les “attaques externes” touchent l’épiderme et les muqueuses en premier : crainte du froid et fièvre simultanée !

La peau et les poils étant “l’avers du Poumon” en MTC, on observe :

  • une fièvre (sans frissons), des céphalées et des courbatures qui suivent le trajet des TSIN KAN (les méridiens tendino-musculaires de surface),
  • des maux de gorge (quelqu’en soit la cause, car la porte du Poumon est la gorge !), toux, crachats, nez bouché,
  • les bords de la langue et la pointe sont rouges (excès de Yang).

Cette phase correspond en homéopathie au stade les remèdes fébrifuges. En homéopathie complexiste, on peut utiliser à ce stade : Gripp-Heel, Engystol et/ou Euphorbium comp. (lab. Heel).

 

2 ème couche : QI (en MTC : l’énergie profonde)

Plus grave, car si l’énergie est atteinte, la fonction est compromise !

Situation qui peut succéder à une atteinte de la première couche ou apparaître immédiatement suite à une attaque directe, on observe :

  • des frissons : Wei Qi est vaincu !
  • une fièvre avec sueurs +++, soif et agitation anxieuse
  • la langue est rouge (si sec : la chaleur a consommé les liquides)
  • symptômes d’obstruction douloureuse dans les méridiens ( syndrome BI)

Le tableau varie selon l’organe atteint :

  1. Poumon = expectoration jaune et épaisse, avec oppression thoracique,
  2. Vessie = mictions difficiles et rougeâtres, troubles des règles.

En homéopathie complexiste (lab. Heel), on peut utiliser à ce stade Echinacea comp., Lymphomyosot (Myosotis comp. en Suisse), Gynacoheel (si gynécologique) …

 

3 ème couche : YONG  (la nutrition et les liquides sont concernés)

Signes d’aggravation du stade précédent :

  • forte fièvre (surtout le soir) avec délire et agitation,
  • éruptions possibles, langue rouge avec enduit jaune et pouls rapide.
  • les fonctions de l’estomac et des intestins sont perturbées : douleurs abdominales et diarrhées (ex.: la “grippe intestinale”)

En homéopathie complexiste, on peut utiliser à ce stade Mercurius-Heel et Tonsilla comp. (si ORL), Chelidonium homaccord (lab. Heel)..

 

4 ème couche : XUE (sang et liquides organiques)

Dernier stade de pénétration de la maladie, le danger est important car le sang et les liquides organiques concerne des organes tels que le Cœur, le Foie et les Reins. Chose importante, le psychisme est toujours concerné, car “le sang véhicule l’esprit” … la vie du malade est en jeu !

Causes :

—  suite de pénétration des autres couches (par agent infectant particulièrement nocif, traitement peu adapté ou mal conduit), ex.: hépatite virale aiguë, HIV+ en décompensation)

—  ou attaque directe : “chaleur au sang”  (ex.: empoisonnement, septicémie, choc sérique ou accès palustre).

Signes :

  • fièvre avec agitation et confusion mentale +++, raideurs musculaires (Foie),
  • hémorragies et dessèchement (bouche, gorge, lèvres),
  • langue écarlate, sèche, racornie … noire !

On pourra utiliser les formules complexes du lab. Heel : Galium-Heel. + Ubichinon comp.

Questions à soulever par le thérapeute devant une « chaleur au sang » sans cause décelable : problème de la quantité d’énergie (Qi), de sang (Xue), d’eau (poumon + rein) –> “Bois” trop sec (foie) !

  1. toute vaccination est considérée en MTC comme une attaque de FENG (agression/vent) qui nécessite une réponse fébrile : dialectique “Feu” <—–> “Feng” : « Un Feu est combattu par un Feng et un Feng est combattu par un Feu». Si la réaction fébrile n’a pas lieu, le patient passe à la phase de Reckeweg suivante (2 –> 3 allergique, 3 –> 4 acidose localisée (ex.: réactivation virale), 4 –> 5 MAI !)

       2 –  les maladies éruptives sont une nécessité, car “chaque transformation doit              être précédée d’un feu ” … disent les textes anciens !

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.