Hedera helix

alt   HEDERA HELIX 

Liane (Araliacée) à feuilles persistantes, dont les fruits (baies bleues violette groupées en grappes) murissent en hiver. Les rameaux portent au milieu des entrenœuds des crampons parfois difficiles à enlever à mains nues, qui sont des racines transformées émettant de nombreux poils ventouses grisâtres qui s’accrochent à un support (mur, arbre, arbuste, etc.). Ces racines modifiées n’ont aucune fonction absorbante : le lierre n’est pas une plante parasite (à la différence du Gui par exemple). Les fruits du lierre grimpant sont des baies (8 à 10 mm) bleu violet groupées en grappe. Ils sont toxiques pour l’homme mais jouent un rôle fondamental pour les oiseaux à la fin de l’hiver. Généralement cultivée comme plante ornementale, jusqu’à 50 m de long.

 

NOM FRANÇAIS : Le Lierre grimpant, Bourreau des arbres, Herbe de saint Jean (Ang.: Commun ivy / All.: Gemeiner efeu) 

PRINCIPES ACTIFS (partie utilisée = la feuille) : saponosides ++, flavones, stérols et tanins. Contient aussi de l’iode, du zinc, cuivre, manganèse. 

INDICATIONS :

Les fruits sont purgatifs et émétique (provoquent des vomissements), ils ne sont plus utilisée a ce jour, car ils ont déjà causé la mort accidentelle d’enfants imprudents.

Employé surtout en usage externe : crème contre la cellulite et pommade analgésique. Les feuilles appliquées fraîches sur les brûlures et les érythèmes, font cesser l’inflammation et calment la douleur. En cataplasme elles servent d’excitant et de résolutifs très utiles dans les engorgements froids, les ulcères indolents. La plante détend la peau crispée et, surtout calme les douleurs provoquées par la cellulite. Elle diminue l’empâtement de façon notable et assouplit les régions envahies par les nodosités. Son action est des plus efficaces sur les vergetures provoquées par la distension, des téguments (grossesse, obésité). On la met également à profit contre les crevasses, les gerçures et les piqures d’insectes. Ces cataplasmes saupoudrés de sucre, de charbon ou de cannelle râpée, assainissent la surface des plaies gangréneuses et suppurantes et hâtent leur cicatrisation.

On utilise également les feuilles de lierre pour les problèmes du foie, de la rate et de la vésicule biliaire. C’est un remède des douleurs rhumatismales, des névralgies, du lumbago, de la sciatique.

Expectorant (cf. “Prospan”, sirop du lab. Medapharma). Des essais cliniques allemands ont confirmé l’efficacité de cette plante dans les symptômes de la bronchite chronique et de l’asthme bronchique chez les enfants. En 1988, la Commission E allemande a reconnu l’usage des feuilles de lierre grimpant pour traiter les infections et les inflammations des voies respiratoires et les symptômes de la bronchite chronique d’origine inflammatoire.

Références :

1 Ducerf Gérard, L’encyclopédie des plantes bio-indicatrices alimentaires et médicinales -guide de diagnostic des sols volume 2, éditions Promonature, 2008, 351 p. (ISBN 2-9519258-6-7)

2. Fleury de la Roche A. LES PLANTES BIENFAISANTES Gautier et languereau éditeurs 1920

3. DECAUX (F) ; formulaire de phytothérapie. Legrand et Bertrand éd., Paris (1956)

4. Requena Yves : ACUPUNCTURE ET PHYTOTHERAPIE. 2 volumes Éditions Maloine.

 

HOMEOPATHIE Diathésique : remède du groupe du Magnésium (Kollitsch p. 153) : (pathogénésie de Mezger en 1932) : Anxiété, fatiguabilité, palpitations et insomnie (proche de Iodum)

Soma :

  • Convulsions avec rhinorrhée, leucorrhées et métrorragies
  • Douleurs articulaires et circulatoires, avec sensibilité au froid
  • Hyperthyroïdie, aggravé par la chaleur

PSYCHE (B. Vial) : « Persistance des désirs au-delà de la raison ? » 

ACTION BIOLOGIQUE (BNS):

  • Baisse les tests : Albumines / Alpha 2 précipitines / Arsenicum
  • Augmente les tests : Germanium / Phosphorus / Iodum

Médecine chinoise : CHANG CHUN TENG

Amère et fraiche : Harmonise le Qi, vivifie de sang, chasse l’humidité et le vent, neutralise les toxique (Foie et Rate)

Attention, car c’est une plante toxique : surtout ses fruits ronds, bleu-noir, ressemblant au Cassis. Ils provoquent une excitation semblable à l’ivresse, puis des troubles respiratoires pouvant aboutir à la mort.

 

alt   

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.