La mélatonine

   La mélatonine (C13H16N2O2)

Elle est surtout connue comme étant l’hormone de régulation des rythmes chronobiologiques ou hormone du sommeil, chez l’homme et chez tous les mammifères.

Cette hormone est synthétisée à partir d’un neurotransmetteur, la sérotonine, qui dérive elle-même du tryptophane, un acide aminé essentiel. Elle est sécrétée par l’épiphyse en réponse à l’absence de lumière. La mélatonine semble avoir de multiples fonctions, chez l’homme et les mammifères : effets hormonaux divers, antioxydant (capture des radicaux libres), participant à la détoxification de l’organisme. Elle semble aussi jouer un rôle important dans le système immunitaire. 

On a récemment découvert que divers végétaux produisent aussi de la mélatonine. Selon une étude des chercheurs du Health Science Center de l’Université du Texas, les noix et les noisettes sont une source importante de mélatonine facilement absorbée par l’organisme. Après avoir comparé le taux sanguin de rats nourris de noix à celui de rats nourris normalement, les chercheurs ont noté que la consommation de noix entraînait une multiplication par trois des taux sanguins de mélatonine. Ils pensent que les bienfaits des noix découlent de la synergie entre la mélatonine et les nutriments qu’elles contiennent. La mélatonine se retrouve également dans le vin, le maïs, le riz, les tomates et les pommes de terre, mais en quantités nettement inférieures. 

La mélatonine agit différemment selon son origine :

  • celle produite dans l’épiphyse et à partir du tube digestif agit comme une hormone endocrine car elle diffuse dans le sang,
  • celle produite par la rétine agit localement.

Une étude internationale a montré que la glycémie dépendait aussi de l’expression de quelques gènes dont celui codant un récepteur (MT2) de la mélatonine. Or ce récepteur MT2 est trouvé dans la rétine, dans le nerf optique, dans la région du diencéphale, mais aussi dans les cellules du pancréas sécrétant l’insuline (chargée de contrôler la glycémie).

On pensait déjà que la mélatonine intervenait aussi dans l’appétit (et peut-être dans certains cas d’obésité), car injectée à des rats, elle augmente leur prise de nourriture et leur poids. Par ailleurs, une mutation du gène codant pour le récepteur 2 (MT2) de la mélatonine est associée à une augmentation du risque d’obésité et au diabète de type 2, mais aussi aux troubles du sommeil. 

HORLOGE BIOLOGIQUE

En temps normal, l’hormone du sommeil est sécrétée la nuit uniquement (pic de sécrétion à 5 heures du matin chez l’homme, en moyenne, car sa production est inhibée par la lumière). Dans les régions à hiver très gris comme l’Europe du nord, c’est la baisse de luminosité hivernale (jours courts et gris) qui déclencherait une surproduction de mélatonine engendrant chez un grand nombre de personnes une asthénie, voire une dépression, qui disparaissent au printemps.

 

Système immunitaire

Associée au calcium, la mélatonine peut aider la réponse immunitaire des lymphocytes t. son utilisation médicale pour augmenter cette réponse est cependant soumise à controverse, puisqu’elle favoriserait également les maladies auto-immunes ! 

 

Autres effets  

La mélatonine jouerait aussi un rôle dans la régulation de la pression artérielle, la libido (sur les rats d’expérience !) et la protection des os.

Lorsqu’il y a diminution du taux de mélatonine dans le sang, il y a généralement apparition de cancers ou tumeurs. Certaines études ont démontré qu’en cas de cancer du sein le taux de mélatonine dans les urines des malades est systématiquement faible.

Plus particulièrement en tant qu’agent anti-cancéreux et anti-tumoral, la mélatonine agit positivement sur :

  • la régulation de la sécrétion hormonale,
  • la réduction des dommages causés à l’ADN par les espèces réactives d’oxygène et d’azote (ROS/RNS),
  • le taux d’enzymes antioxydantes dans l’organisme,
  • l’expression des gènes liés à la croissance et à l’inhibition des métastases, via les récepteurs membranaires,
  • l’absorption d’acides gras dans les cellules de l’hépatome, retardant ainsi la conversion de l’acide linoléique en acide 13-hydroxyoctadecadiénoïque,
  • la capacité métastatique des cellules tumorales,
  • l’activité de la télomérase dans les cellules,
  • ainsi que sur certains gènes liés à l’oncogenèse, contrôlant le cycle et la défense cellulaires.

De plus, elle est immunomodulatrice, donc en mesure d’activer les lymphocytes et les monocytes/macrophages.
Ce faisant, elle détecte et élimine les cellules cancéreuses, tout en évitant le développement des tumeurs par le biais d’un processus d’immunosurveillance.

Les végétaux les plus riches en mélatonine

Parmi les végétaux renfermant le plus de phytomélatonine, vous trouverez, par exemple :

  • le riz complet ou Oryza sativa,
  • la graine de moutarde blanche,
  • la semence de pavot, ou Papaver somniferum,
  • la graine de luzerne également appelée Alfalfa ou Medicago sativa,
  • le radis blanc,
  • la chlorella,
  • l’ananas,
  • la noix,
  • ou l’huile d’olive

Dans une gélule d’”Herbatonin 1″, pour 100mg de principes actifs, correspondant à 1mg de “mélatonine végétale”, on trouve :

  • de l’extrait de riz complet ou oryza sativa, environ 50 mg,
  • de l’extrait de graine de luzerne ou medicago sativa, environ 40mg,
  • et de l’extrait de chlorella, entre 5 et 10mg.

Disponibilité et sécurité

La mélatonine est à priori non toxique et les effets secondaires rapportés sont peu fréquents, excepté une somnolence, si prise à haute dose. Une étude du département de nutrition de l’université Andrews indique que certains comprimés de mélatonine contiendraient jusqu’à 10 fois la dose nécessaire pour provoquer l’effet physiologique. Selon cette étude, à ces fortes doses, la mélatonine pourrait provoquer des migraines et des sautes d’humeur et déstabiliser l’équilibre hormonal de l’organisme.

 

Aux Usa, au Canada et au Mexique par exemple, la mélatonine est en vente libre. En France et en suisse, sa vente est toujours régulée. Sur un plan pratique, 0,3 mg (=300 μg microgrammes) représente une dose quotidienne suffisante pour recaler un rythme circadien déphasé. Cela implique que la mélatonine, pour ceux qui peuvent se la procurer, est plus abordable qu’on aurait pu le penser. Contrairement à un médicament de type somnifère, la mélatonine ne provoque pas d’effets secondaires comme l’accoutumance. 

 

Analogues pharmaceutiques :

Alors que la mélatonine n’est pas largement recommandée par les autorités médicales, RAMELTEON ((S)-N-(2-(1,6,7,8-TETRAHYDRO-2H-INDENO-(5,4)FURAN-8-YL)ETHYL)PROPIONAMIDE), un médicament vendue sous le nom de Rozerem (propriété de Takeda pharmaceuticals), conçu pour activer les récepteurs de la mélatonine mt1 et mt2, a été approuvée pour le traitement de l’insomnie aux Etats-unis ! Ce médicament sera probablement vendu en Europe sous le nom de VALDOXAN/THYMANAX (Novartis). 

 

Usages en médecine vétérinaire :

La plupart des animaux semblent produire de la mélatonine et/ou y être sensibles. La mélatonine est un produit vétérinaire qui permet des gestations à toute période de l’année chez des mammifères d’élevage (chèvre…). Les poules exposées à la lumière pondent toute l’année, phénomène induit par l’éclairage forcé. 

 

Références scientifiques :

1/ Hardeland R (2012) Melatonin in aging and disease. Multiple consequences of reduced secretion, options and limits of treatment. Aging Dis 3: 194-225.

2/ Pandi-Perumal SR, Trakht I, Srinivasan V, Spence DW, Maestroni GJM, et al. (2008) Physiological effects of melatonin: role of melatonin receptors and signal transduction pathways. Progr Neurobiol 85: 335-353.

3/ Srinivasan V, Pandi-Perumal SR, Maestroni GJM, Esquifino AI, Hardeland R, et al. (2005) Role of melatonin in neurodegenerative diseases. Neurotoxicol Res 7: 293-318.

4/ Wilhelmsen M, Amirian I, Reiter RJ, Rosenberg J, Gögenur I (2011) Analgesic effects of melatonin: a review of current evidence from experimental and clinical studies. J Pineal Res 51: 270-277.

5/ Claustrat B, Brun J, Chazot G (2005) The basic physiology and pathophysiology of melatonin. Sleep Med Rev 9: 11-24.

6/ Poeggeler B (2005) Melatonin, aging, and age-related diseases: perspectives for prevention, intervention, and therapy. Endocrine 27: 201-212.

7/ Hardeland R, Madrid JA, Tan DX, Reiter RJ (2012) Melatonin, the circadian multioscillator system and health: the need for detailed analysis of peripheral melatonin signal. J Pineal Res 52: 139-166.

8/ Reiter RJ (2003) Melatonin: clinical relevance. Best Pract Res Clin Endocrinol Metab 17: 273-285.

9/ Hussein MR, Ahmed OG, Hassan AF, Ahmed MA (2007) Intake of melatonin is associated with amelioration of physiological changes, both metabolic and morphological pathologies with obesity: an animal model. Int J Exp Pathol 88: 19-29.

10/ Witt-Enderby PA, Radio NM, Doctor JS, Davies VL (2006) Therapeutics treatments potentially mediated by melatonin receptors: potential clinics uses in the prevention of osteoporosis, cancer and as an adjuvant therapy. J Pineal Res 41: 297-305.

11/ Wu YH, Swaab DF (2005) The human pineal gland and melatonin in aging and Alzheimer’s disease. J Pineal Res 38: 145-152.

12/ Agorastos A, Huber CG (2011) The role of melatonin in glaucoma: implications concerning pathophysiological relevance and therapeutic potential. J Pineal Res 50: 1-7.

13/ Maldonado MD, Murillo-Cabezas F, Terrón MP, Flores LJ, Tan DX, et al. (2007) The potential of melatonin in reducing morbidity-mortality after craniocerebral trauma. J Pineal Res 42: 1-11.

14/ Willis GL, Robertson AD (2004) Recovery of experimental Parkinson’s disease with melatonin analogues ML-23 and S-20928 in a chronic, bilateral 6-OHDA model: a new mechanism involving antagonism of the melatonin receptor. Pharmacol Biochem Behav 79: 413-429.

15/ Reiter RJ, Burkhardt S, Cabrera J, Garcia JJ (2002) Beneficial neurobiological effects of melatonin under conditions of increased oxidative stress. Curr Med Chem-Central Nervous System Agents 2: 45-58.

16/ Osier N, McGreevy E, Pham L, Puccio A, Ren D, et al. (2018) Melatonin as a Therapy for Traumatic Brain Injury: A Review of Published Evidence. Int J Mol Sci 19.

17/ Hamilton T (1969) Influence of environmental light and melatonin upon mammary tumour induction. Br J Surg 56: 764-766.

18/ Taylor PJ, Pocock SJ (1972) Mortality of shift and day workers 1956-68. Br J Ind Med 29: 201-207.

19/ Bartsch C, Bartsch H, Jain AK, Laumas KR, Wetterberg L (1981) Urinary melatonin levels in human breast cancer patients. J Neural Transm 52: 281-294.

20/ Tamarkin L, Danforth D, Lichter A, DeMoss E, Cohen M, et al. (1982) Decreased nocturnal plasma melatonin peak in patients with estrogen receptor positive breast cancer. Science 216: 1003-1005.

21/ Hansen J (2001) Increased breast cancer risk among women who work predominantly at night. Epidemiology 12: 74-77.

22/ Davis S, Mirick DK, Stevens RG (2001) Night shift work, light at night, and risk of breast cancer. J Natl Cancer Inst 93: 1557-1562.

23/ Knutsson A (2003) Health disorders of shift workers. Occup Med (Lond) 53: 103-108.

24/ Cos S, Sánchez-Barceló EJ (2000) Melatonin and mammary pathological growth. Front Neuroendocrinol 21: 133-170.

25/ Kamdar BB, Tergas A, Mateen FJ, Bhayani NH, Oh J (2013) Night-shift work and risk of breast cancer: a systematic review and meta-analysis. Breast Cancer Res Treat 138: 291-301.

26/ Blask DE, Sauer LA, Dauchy RT (2002) Melatonin as a chronobiotic/anticancer agent: cellular, biochemical and molecular mechanisms of action and their implications for circadian-based cancer therapy. Curr Top Med Chem 2: 113-132.

27/ Reiter RJ (2004) Mechanisms of cancer inhibition by melatonin. J Pineal Res 37: 213-214.

28/ Di Bella G, Mascia F, Gualano L, Di Bella L (2013) Melatonin anticancer effects: review. Int J Mol Sci 14: 2410-2430.

29/ Anisimov VN, Popovich IG, Zabezhinski MA, Anisimov SV, Vesnushkin GM, et al. (2006) Melatonin as antioxidant, geroprotector and anticarcinogen. Biochim Biophys Acta 1757: 573-589.

30/ Miller SC, Pandi-Perumal SR, Esquifino AI, Cardinali DP, Maestroni GJM (2006) The role of melatonin in inmmuno-enhancement: potential application in cancer. Int J Exp Pathol 87: 81-87.

30/ Rodríguez C, Martin V, Herrera F, García-Santos G, Rodríguez-Blanco J, et al. (2013) Mechanisms involved in the pro-apoptotic effect of melatonin in cancer cells. Int J Mol Sci 14: 6597-6613.

31/ Seely D, Wu P, Fritz H, Kennedy DA, Tsui T, et al. (2012) Melatonin as adjuvant cancer care with and without chemotherapy: A systematic review and meta-analysis of randomized trials. Integr Cancer Ther. 11: 293-303.

32/ Rodriguez C1, Mayo JC, Sainz RM, Antolín I, Herrera F, et al. (2004) Regulation of antioxidant enzymes: a significant role for melatonin. J Pineal Res 36: 1-9.

33/ Tomás-Zapico C, Coto-Montes A (2005) A proposed mechanism to explain the stimulatory effect of melatonin on antioxidative enzymes. J Pineal Res 39: 99-104.

34/ Carrillo-Vico A, Guerrero JM, Lardone PJ, Reiter RJ (2005) A review of the multiple actions of melatonin on the immune system. Endocrine 27: 189-200.

35/ Jung-Hynes B, Reiter RJ, Ahmad N (2010) Sirtuins, melatonin and circadian rhythms: building a bridge between aging and cancer. J Pineal Res 48: 9-19.

36/ Rodriguez C, Martín V, Herrera F, García-Santos G, Rodriguez-Blanco J, et al. (2013) Mechanisms involved in the pro-apoptotic effect of melatonin in cancer cells. Int J Mol Sci 14: 6597-6613.

37/ Reiter RJ, Rosales-Corral SA, Tan DX, Acuna-Castroviejo D, Qin L, et al. (2017) Melatonin, a Full Service Anti-Cancer Agent: Inhibition of Initiation, Progression and Metastasis. Int J Mol Sci: 18.

38/ Tan DX, Reiter RJ, Manchester LC (2005) Melatonin in walnuts: influence on levels of melatonin and total antioxidant capacity of blood. Nutrition 21: 920-924.

39/ Reiter RJ, Tan DX, Manchester LC, Simopoulos AP, Maldonado MD, et al. (2007) Melatonin in edible plants (phytomelatonin): identification, concentrations, bioavailability and proposed functions. World Rev Nutr Diet 97: 211-230.

40/ Aguilera Y, Rebollo-Hernanz M, Herrera T, Cayuelas LT, Rodriguez-Rodriguez P, et al. (2016) Intake of bean sprouts influences melatonin and antioxidant capacity biomarker levels in rats. Food Funct 7: 1438-1445.

41/ Gonzalez-Flores D, Gamero E, Garrido M, Ramirez R, Moreno D, et al. (2012) Urinary 6-sulfatoxymelatonin and total antioxidant capacity increase after the intake of a grape juice cv. Tempranillo stabilized with HHP. Food Funct 3: 34-39.

 42/ Gonzalez-Flores D, Velardo B, Garrido M, González-Gómez D, Lozano M, et al. (2011) Ingestion of Japanese plums (Prunus salicina Lindl. cv. Crimson Globe) increases the urinary 6-sulfatoxymelatonin and total antioxidant capacity levels in young, middle-aged and elderly humans: nutritional and functional characterization of their content. J Food Nutr Res 50: 229-236.

43/ Garrido M, Paredes SD, Cubero J, Lozano M, Toribio-Delgado AF, et al. (2010) Jerte valley cherry-enriched diets improve nocturnal rest and increase 6-sulfatoxymelatonin and total antioxidant capacity in the urine of middle-aged and elderly humans. J Gerontol A: Biol Sci Med Sci 65: 909-914.

44/ Sae-Teaw M, Johns J, Johns NP, Subongkot S (2013) Serum melatonin levels and antioxidant capacities after consumption of pineapple, orange, or banana by healthy male volunteers. J Pineal Res 55: 58-64.

45/ Johns NP, Johns J, Porasupthana S, Plaimee P, Sae-Teaw M (2016) Dietary intake of melatonin from tropical fruit altered urinary excretion of 6-sulfatoxymelatonin in healthy volunteers. J Agr Food Chem 61: 913-919.

46/ Garrido M, Espino J, González-Gómez D, Lozano M, Cubero J, et al. (2009) A nutraceutical product based on Jerte Valley cherries improves sleep and augments the antioxidant status in humans. Eur eJ Clin Nutr Metab 4: e321-323.

47/ Maldonado MD, Calvo JR (2010) The perception that beer improves sleep onset might be a motivation for some to drink heavily. Is it only melatonin that matters? Reply to Dr. Molfino Clin Nutr 29: 273-274.

48/ Maldonado MD, Moreno H, Calvo JR (2009) Melatonin present in beer contributes to increase the levels of melatonin and antioxidant capacity of the human serum. Clin Nutr 28: 188-191.

49/ Williamson BL, Tomlinson AJ, Naylor S, Gleich GJ (1997) Contaminants in commercial preparations of melatonin. Mayo Clin Proc 72: 1094-1095.

50/ Naylor S, Johnson KL, Williamson BL, Klarskov K, Gleich GJ (1999) Structural characterization of contaminants in commercial preparations of melatonin by on-line HPLC-electrospray ionization-tandem mass spectrometry. Adv Exp Med Biol 467: 769-777.

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.