La méthode du dr. Tan

La méthode du dr. Tan

La méthode du Dr Richard Teh-Fu Tan est une méthode simple et efficace pour traiter les douleurs (surtout), qu’elles soient musculo-ligamentaires (entorse, lombalgies, cervicalgies…) ou autres (céphalées, digestives…). Mise au point il y a plus d’une vingtaine d’année, elle est appelé en anglais « Balance Method Acupuncture ».

Cette méthode s’appuie sur les méridiens (et non la théorie des Wu Xing 五行 – les 5 Eléments). Le diagnostic et le traitement se feront en fonction des méridiens concernés et de liens systématiques entre les méridiens.

En Médecine Chinoise, un des principes de la douleur est « Zhi Tong Bu Tong, Zhi Tong Bu Tong », ce qui signifie : “Ce qui fait mal ne circule pas et ce qui circule ne fait pas mal“. Donc le principe est de rétablir la bonne circulation dans les méridiens concernés, et ainsi d’arrêter la douleur. Et pour rétablir la bonne circulation, on s’appuie sur les relations entre les méridiens.

Il s’agit d’une méthode simple, pratique, quasiment industrielle (au sens positif du terme) sans aspect philosophique ou dogmatique, permettant de rétablir la libre circulation au sein d’un méridien.

Le livre décrivant cette méthode est « Acupuncture 1 2 3 », écrit par Dr Richard Teh-Fu Tan en 2007, le titre mentionnant clairement que cette méthode doit suivre 3 étapes.

Description de la méthode

La méthode, comme son nom l’indique, se fait en 3 parties :

  1. Diagnostic du méridien touché
  2. Déterminer le méridien à traiter
  3. Choix des points

 

Diagnostic du méridien touché

Comme lors de tout diagnostic en MTC on suit les 4 étapes « classiques » pour établir un diagnostic : Wang, Wen, Wen, Qie : Observation, Auscultation, Anamnèse, Palpation.

Anamnèse : on demande au patient de localiser sa (ou ses) douleur(s) et on repère les méridiens qui pourraient être impactés. Cela demande une bonne connaissance de la topographie des méridiens. On peut consulter à ce sujet les articles sur les méridiens, ou s’appuyer sur les ouvrages tels “La topographie des méridiens” de B. Auteroche.

 

Observation : on observe les changements de couleur, transpiration, les signes de stases de sang, déformations, oedèmes, et on repère les méridiens impliqués.

 

Auscultation : écouter (voix, borborygmes…) et sentir les odeurs du patients permettent d’avoir des renseignements sur l’état du patient (Vide, Plénitude) ainsi que sur les Xie Qi (邪气), les agents pathogènes, qui peuvent affecter le patient, au niveau des méridiens concernés.

 

Palpation : celle-ci permet de reproduire des douleurs, et de sentir si on est dans un état de plénitude ou de vide au niveau du méridien. On peut également palper les méridiens concernés pour y sentir des tensions, nodules ou douleurs.

Suite à ces étapes, on peut déterminer un méridien touché (ou plusieurs).

Déterminer les méridiens à traiter

On a trouvé le ou les méridiens touchés. Pour déterminer les méridiens à traiter, on s’appuie sur 5 systèmes que le Dr Tan a défini ainsi :

  • Le nom de la couche du méridien : le Poumon appartient par exemple à la couche de méridien Tai Yin. La Rate également. Ces 2 méridiens appartiennent à la même couche, qui possède comme toute couche un méridien de main (Poumon), et un méridien de pied (Rate). Si le méridien touché est celui de main, on puncturera éventuellement celui de pied correspondant. Et on le fera de façon controlatérale. Le tout pour augmenter l’effet de levier (plus le point est loin de la zone à traiter, plus on a un effet de levier sur le méridien). Au méridien Du Mai correspond le Dai Mai et réciproquement.
  • Le nom du méridien : au méridien Tai Yin, on associera le méridien Tai Yang. S’appuyant sur l’effet de levier, on traitera pour un méridien du Poumon impacté (donc au Tai Yin de main) le méridien Tai Yang de pied correspondant, celui de la Vessie. Les associations sont présentées dans un tableau ci-après.
  • L’aspect Biao/Li (superficie, profondeur) : au sein d’un pôle, dans le modèle Zang Fu (organes et entrailles), les méridiens sont reliés entre eux par une relation Biao / Li. Ainsi le Poumon est lié au Gros Intestin. On puncturera ici le méridien controlatéral.
  • Les relations midi-minuit : la circulation du Qi dans les méridiens suivent un rythme journalier régulier avec des plages maximales d’environ 2 heures, et des plages minimales de 2 heures également. Par exemple, pour le méridien du Poumon, le Qi est maximal entre 3h et 5h du matin. Il est alors minimal entre 15h et 17h, heure à laquelle le Qi est maximal dans le méridien de la Vessie. Si le méridien du Poumon est concerné, on puncturera donc le méridien de la Vessie.
  • La circulation adjacente des méridiens : dans la description des méridiens classiques, le Qi circule au cours de la journée dans le méridien du Poumon, puis du Gros Intestin, puis de l’Estomac…  A la fin, il circule dans le méridien du Foie avant de revenir dans le méridien du Poumon. On puncture ici le méridien adjacent de même nature (Yin ou Yang). Ainsi le Qi du méridien du Poumon (Tai Yin) alimente celui du méridien du Gros Intestin (Yang Ming), et est alimenté par celui du Foie (Jue Yin). Donc si le méridien du Poumon est concerné, alors on puncturera le méridien du Foie (de nature Yin, comme celui auquel appartient le méridien du Poumon). La puncture se fera ici de façon controlatérale.

 

Les tableaux ci-dessous récapitulent les correspondances par système. On remarquera que parfois plusieurs systèmes peuvent aboutir à une même correspondance.

Dans certains cas, on puncturera en controlatéral, dans d’autres (systèmes 2 et 4) on pourra puncturer en homolatéral, ou en controlatéral, en fonction des zones trouvées ci-après.

 

Système 1 : Grandes couches de méridiens

Méridien touché Méridien correspondant à puncturer (Controlatéral)
P – Tai Yin de Main Rte – Tai Yin de Pied
GI – Yang Ming de Main E – Yang Ming de Pied
E – Yang Ming de Pied GI – Yang Ming de Main
Rte – Tai Yin de Pied P – Tai Yin de Main
C – Shao Yin de Main Rn – Shao Yin de Pied
IG – Tai Yang de Main V – Tai Yang de Pied
V – Tai Yang de Pied IG – Tai Yang de Main
Rn – Shao Yin de Pied C – Shao Yin de Main
MC – Jue Yin de Main F – Jue Yin de Pied
TR – Shao Yang de Main VB – Shao Yang de Pied
VB – Shao Yang de Pied TR – Shao Yang de Main
F – Jue Yin de Pied MC – Jue Yin de Main
Ren Du
Du Ren

 

 

Système 2 : Noms des méridiens

Méridien touché Méridien correspondant à puncturer (homo ou controlatéral)
P – Tai Yin de Main V – Tai Yang de Pied
GI – Yang Ming de Main F – Jue Yin de Pied
E – Yang Ming de Pied MC – Jue Yin de Main
Rte – Tai Yin de Pied IG – Tai Yang de Main
C – Shao Yin de Main VB – Shao Yang de Pied
IG – Tai Yang de Main Rte – Tai Yin de Pied
V – Tai Yang de Pied P – Tai Yin de Main
Rn – Shao Yin de Pied TR – Shao Yang de Main
MC – Jue Yin de Main E – Yang Ming de Pied
TR – Shao Yang de Main Rn – Shao Yin de Pied
VB – Shao Yang de Pied C – Shao Yin de Main
F – Jue Yin de Pied GI – Yang Ming de Main

 

Système 3 : Relation Biao-Li

Il s’agit ici de la relation classique « Zang – Fu », au sein d’un pôle associé (voir la théorie des 5 éléments)

 

Système 4 : Relation Midi-Minuit

Les méridiens suivants sont en relation Midi-Minuit :

  • Poumon – Vessie
  • Gros Intestin – Reins
  • Estomac – Maître du Coeur
  • Rate – Triple Réchauffeur
  • Coeur – Vésicule Biliaire
  • Intestin Grêle – Foie

 

Système 5 : Circulation du Qi

Le Qi circule au cours de la journée dans les méridiens en suivant le parcours suivant :

Poumon -> GI -> Estomac -> Rate -> Coeur -> Intestin Grêle -> Vessie -> Rein ->MC -> TR -> VB -> Foie -> Poumon

(en italique, méridiens Yin ; normal, méridiens Yang)

 

Déterminer les points à puncturer.

Les points à puncturer appartiendront aux méridiens correspondants identifiés par les 5 systèmes décrits précédemment.

Le Docteur Tan propose  2 méthodes pour déterminer ces points au sein des méridiens :

  • Le miroir : les membres inférieur et supérieur peuvent être vus comme miroirs l’un de l’autre. Ainsi, le bras est le miroir de la jambe.

Les 2 membres sont composés de trois articulations, proximales, médianes et distales. Pour le membre supérieur, il s’agit de l’épaule, le coude et le poignet. Pour le membre inférieur, il s’agit de la hanche, du genou et de la cheville.

Le coude et le genou représentent les milieux de ces miroirs. On les associera donc. On associera ensuite les autres articulations de façon directe (épaule et hanche, poignet et cheville) ou de façon inversée (épaule et cheville, poignet et hanche). Et les zones entre les articulations seront associées de la même manière (bras et cuisse si c’est fait de manière directe, bras et segment jambier si c’est fait de façon inversée).

Le but est de palper les méridiens correspondants déterminés au niveau de l’étape 2, dans les zones miroir correspondantes directes ou inversées, et d’y noter les points Ashi (les points douloureux).

 

  • L’image : on associe ici le membre (supérieur ou inférieur) avec le une région du corps :
    • le tronc : lci, le milieu associé au centre (coude ou genou) est le nombril. Et comme précédemment, on peut faire ces associations de façon directe ou inversée.
    • La tête : le milieu associé au centre (coude ou genou) est la région médiane du visage (yeux).
  • On peut également associer le rachis vertébral et le crâne : le milieu associé à L2 est le point DM20 Bai Hui, le vertex.
  • A chaque fois, dans ces systèmes et associations, on notera les points Ashi trouvés.
  • Les associations miroir et image sont détaillées dans les tableaux ci-dessous

 

Associations Tronc – Membre Supérieur

Direct Inversé
Nombril (L2) – Coude Nombril (L2) – Coude
Bas Ventre et lombaires basses – Avant Bras Bas Ventre et lombaires basses – Bras
Thorax et Diaphragme – Bras Thorax et Diaphragme – Avant Bras
Sacrum, Vessie – Poignet Sacrum, Vessie – Epaule
Coccyx, Organes Génitaux – Main Coccyx, Organes Génitaux – Haut de l’épaule
Cervicales – Epaules Cervicales – Poignet
Mâchoires – Haut de l’épaule Mâchoires – Main

 

 

Associations Tronc – Membre Inférieur

Direct Inversé
Nombril (L2) – Genou Nombril (L2) – Genou
Bas Ventre et lombaires basses – Jambe Bas Ventre et lombaires basses – Cuisse
Thorax et Diaphragme – Cuisse Thorax et Diaphragme – Jambe
Sacrum, Vessie – Cheville Sacrum, Vessie – Hanche
Coccyx, Organes Génitaux – Pied Coccyx, Organes Génitaux – Haut de la hanche
Cervicales – Hanche Cervicales – Cheville
Mâchoires – Haut de la hanche Mâchoires – Pied

 

 

Associations Tête – Membre Supérieur

Direct Inversé
Yeux – Coude Yeux – Coude
Nez – Avant-bras Nez – Bras
Front – Bras Front – Avant-bras et poignet
Bouche – Poignet Bouche – Epaule
Menton – Mains Menton – Haut de l ‘épaule
Sommet du crâne- Epaule Sommet du Crâne – Main

 

Associations Tête – Membre Inférieur

Direct  Inversé
Yeux – Genou Yeux – Genou
Nez – Jambe Nez – Cuisse
Front – Cuisse Front – Jambe
Bouche – Cheville et pieds Bouche – Hanche
Menton – Orteils Menton – haut de la hanche
Sommet du crâne- Hanche Sommet du Crâne – cheville et pieds

 

 

Associations Crâne – Rachis

Il s’agit du crâne qui reprend l’image de la colonne : la ligne des cheveux au niveau du front reproduisant les premières vertèbres cervicales, jusqu’à la bas du crâne qui correspond au coccyx.

On trouve ainsi les correspondances suivantes

Crâne Niveaux de rachis correspondants
Ligne des Cheveux (DM23-DM24) C1-C2
DM22 à DM23 C3 à C5
DM20 à DM22 Vertèbres Thoraciques
DM20 L2 (au niveau du nombril)
DM18 à DM20 L2-L5
DM16 à DM18 Sacrum
DM15 et DM16 Coccyx

 

Traitement

On puncturera les points Ashi trouvés (qu’ils soient sur un point « répertorié » classique ou non). Si on en a trouvé beaucoup, on se concentrera sur les plus douloureux.

L’effet doit être rapide : la douleur doit cesser dans les 30 secondes environ. Si ce n’est pas le cas, vérifiez si vos autres points Ashi restent douloureux (ce qui ne devrait pas être le cas), et le cas échéant, puncturez-les. Si malgré cela la douleur ne cède pas, revoyez les étapes précédente, l’identification des méridiens affectés ou des zones concernées est peut être à revoir.

Les douleurs peuvent revenir, plus ou moins rapidement. Dans ce cas, n’hésitez pas à faire revenir votre patient, pour re “balancer” les méridiens, et ce, plusieurs fois si nécessaire. C’est ce que le Dr Tan appelle “Chase the pain” (“Traquer la douleur”), de manière à ce que les traitements finissent par être plus forts que la douleur.

Cette manière offre l’avantage d’être efficace et de traiter les Bi, les blocages sur les méridiens. En revanche, il faut bien être conscient qu’on traite ici la Branche et non la Racine. On ne cherche pas les causes de ce blocage.  Pour ce faire, les BNS devront être utilisés.

 

Un exemple

Chez un patient qui présente une douleur à l’épaule droite, lors de mouvements. Cette douleur est située le long du méridien GI (couche Yang Ming).

En appliquant les systèmes ci-dessus on a donc comme possibilités de ponctuer :

  • Estomac à Gauche (Couches Yang Ming)
  • Foie à Gauche ou à Droite (Balance Yang Ming – Jue Yin)
  • Poumon à Gauche (Biao Li Poumon/Gros Intestin)
  • Rein à Gauche ou à Droite (midi-minuit Gros Intestin/Reins)
  • Estomac à Gauche (le Yang le plus contigu du Yang Ming du GI)

On cherche alors sur ces méridiens-cibles les points douloureux en appliquant les différents miroirs.

Dans ce cas sont trouvés et punctums :

  • 41E à Gauche
  • 4 F à Droite
  • 9P à Gauche
  • 3Rn à Droite

On remarque que la cheville (et le poignet) sont en miroir inversé avec l’épaule, le coude et respectivement le genou représentant le centre du miroir.

Le thérapeute peut également ajouter le point d’origine du GI le 1GI, pour relancer la circulation du Qi dans le méridien.

Bibliographie

Toutes les informations décrites ci-dessus sont extraites du livre du dr. Richard Teh-Fu Tan, OMD, Lac, appelé « Acupuncture 1, 2, 3 ».

A propos de l'auteur
Jean-Laurent Barbier
Ingénieur de l'Ecole Nationale Supérieure de l’Aéronautique et de l’Espace (Toulouse, France). Acupuncteur de l'Institut Shao Yang à Lausanne (Suisse). Ostéopathe de l'Ecole de Lausanne-Belmont.