La Rougeole

   La rougeole

Maladie infantile virale (paramyxovirus – comme le Virus respiratoire syncytial), très contagieuse, d’expression très marquée chez le jeune “tuberculinique”. Eruption maculopapuleuse rouge-brun, pétéchiale dans les formes graves (rares). Il peut y avoir des formes :

  1. atypiques (brutales, avec œdème et douleurs abdominales) chez les sujets vaccinés.
  2. compliqués graves et tardives, heureusement rare (1/700 cas environ) : la panencéphalite suraiguë sclérosante mortelle !

Soins classiques : uniquement symptomatiques.

Diagnostic différentiel : Rubéole, scarlatine, éruptions médicamenteuses, roséole infantile, MNI …

INCUBATION (de 7 à 14 jours)

Morbilinum 200K 1 dose … Stimulation immunitaire qui diminuera l’intensité de l’affection dans un contexte contagieux (mais jamais si la maladie est déjà déclarée !)

INVASION (3 à 5 jours – signe de Köplik)

  • Ferrum phosphoricum 9 CH … température 38°5, photophobie
  • Bryonia alba (ph) immobile dans le lit, boit de grands verres d’eau
  • Rhus tox. (hg) remue sans cesse dans le lit, soif d’eau froide

CATARRHE OCULO-NASAL (la fièvre peut dépasser 40°)

Allium cepa (s), Euphrasia (s) … la conjonctivite, Ambrosia (s) … yeux + catarrhe + toux

GORGE ROUGE : Phytolacca, Apis mel., Ailanthus (hg) … congestion

TOUX quinteuse

  • Bryonia (ph) sèche, aggravé par les mouvements
  • Spongia (io) rauque, quinteuse

OTITE : Capsicum (au)

ERUPTION : Sulfur 30K pour faire sortir l’érythème, si celui-ci traîne, mais jamais en pleine éruption !

avec, si nécessaire :

  • Belladonna … température 40 °, sueurs, soif vive, congestion
  • Gelsemium … n’a pas soif, faible, il tremble
  • Pulsatilla … patient congestionné, bouffi
  • Zincum … patient abattu, stuporeux

FORMES GRAVES ou COMPLIQUEES :

* Formes hémorragiques (purpura thrombopénique)

  • Lachesis, Crotalus (ge) … éruption pourpre, pétéchiale
  • Ailanthus (hg) … forte température, mucosités sanglantes

* La réaction méningée (1 cas sur 1000), avec convulsions et coma, qui régresse la plupart du temps au bout d’une semaine. Mais le tableau peut se prolonger et évoluer vers une atteinte neurologique grave ou la mort.

  • Apis mel., Stramonium … le délire
  • Opium … prostration

Il existe une forme ataxo-adynamique : la panencéphalite sclérosante subaiguë qui peut apparaitre des mois ou des années après une rougeole et provoque une détérioration intellectuelle, des crises épileptiques et des troubles moteurs, jusqu’à une issue généralement fatale : Hydrophobinum

Nous avons personnellement suivit les 9 mois d’agonie d’une jeune patiente de 18 ans qui a présenté cette redoutable et tardive complication, induite par réactivation virale suite d’un vaccin hépatite B !

LES SIGNES BRONCHO-PULMONAIRES = Phosphorus, avec :

  • Antimonium tartaricum (as) … râles bulleux, larynx chargé
  • Arum triphyllum (si) … irritation excoriante larynx et pharynx
  • Carbo vegetalis … dyspnée
  • Ipeca (ph) … râles fins, langue propre

DECLIN (biologie : une leucopénie avec lymphocytose est habituelle)

Remède chef du déclin de la Rougeole = Pulsatilla … fin de bronchite, l’éruption pâlit

  • ou Sulfur iodatum … amaigrissement, toux résiduelle
  • ou Corallium rubrum … toux résiduelle, sans signes pulmonaires

NB. : Asthénie après une pathologie infectieuse = V.A.B. ou Tuberculinum 1 dose 200K

Complexes anti-infectieux du laboratoire RECKEWEG : « R62 » + « R1» et « R6 »

(Arum triphyl. D3, Belladonna D4, Ferrum phos. D8, Mercurius sol. D8, Pulsatilla D4)

Phytothérapie (plantes fébrifuges et antiseptiques): Thymus serpyllum, Salvia officinalis, Spinea ulmaria, etc …

Organothérapie : début : Foie + Poumon … après : Rate (les virus) + Surrénale

Oligo-éléments : début : Bornite D8 / Pyrolusite D8 … après : Chalcopyrite aurifère D8 / Trachyte D8

 

Si vous prenez le rapport de l’OMS (disponible en français ici : http://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/276217/WER9348.pdf?ua=1), il titre au contraire sur les : « Progrès accomplis en 2000-2017 vers l’éradication globale de la maladie »
« Le présent rapport décrit les progrès accomplis dans la lutte mondiale contre la rougeole et l’élimination régionale de la maladie au cours de la période 2000-2017 et actualise les informations présentées dans le rapport précédent. »
« Entre 2000 et 2017, l’incidence annuelle rapportée de la rougeole a baissé de 83%, le nombre de cas passant de 145 à 25 pour 1 million d’habitants ; et le nombre estimé de décès dus à la rougeole a chuté de 80%, passant de 545 174 à 109 638. »

Nulle flambée ni explosion de la maladie sur le long terme, bien au contraire, les 109 638 morts ne se situent nullement en Europe. Ils se situent, à 99 %, dans les pays du tiers-monde où le PNB par habitant est inférieur à 3 dollars par jour.

Autrement dit, les pays extrêmement pauvres où tous les virus sont à la fête avec la dénutrition, le mauvais état de santé général, les déficiences immunitaires (en particulier le VIH), les mauvaises conditions d’hygiène surtout chez les enfants.

L’Europe n’est pas touchée. Il faut savoir que l’OMS ne parle pas de l’Europe en tant que telle, mais de la « Région Europe » qui inclut presque un milliard d’habitants y compris la Russie, l’Ukraine, la Turquie, et les pays d’Asie centrale comme le Kirghizstan ou encore Israël.

Dans toute cette région, le nombre de morts total causé par la rougeole est estimé par l’OMS à 100 personnes en 2017, contre 346 en 2000. Ces morts, on le sait, sont dans la quasi-totalité des cas de personnes en très mauvaise santé, ayant en général perdu leurs défenses naturelles, à cause de maladies (Sida principalement) et de traitements médicaux « immunosuppresseurs », comme la chimiothérapie.

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.