Le régime FODMAP

Le régime FODMAP pour le syndrome de l’intestin irritable

L’alimentation FODMAP préconise des repas sans glucides « fermentescibles ». Ces glucides sont en effet fermentés par les bactéries du côlon et provoquent des symptômes tels que des ballonnements, des gaz et des douleurs abdominales caractéristiques du “syndrome de l’intestin irritable” (SII). Le régime FODMAP a été développé par Sue Shepard, nutritionniste australienne.

Que signifie l’acronyme FODMAP ?
  • F = Fermentescibles
  • O = Oligosaccharides qui comprennent les fructanes et les GOS. Les fructanes sont des chaînes de quelques unités de fructose non digestibles par l’Homme. Ils sont faiblement absorbés dans l’intestin et se retrouvent à 99% dans le côlon. Par la suite, les bactéries du côlon les fragmentent et il y a fermentation, souvent excessive chez les personnes atteintes du SII. Les GOS comprennent le raffinose et le stachyose.
  • D = Disaccharides (lactose). Les personnes atteintes de SII ont souvent une insuffisance en lactase, enzyme qui digère le lactose. Par contre, il est tout à fait possible de tolérer jusqu’à 6g de lactose par jour, ce qui équivaut à 125 ml de lait.
  • M = Monosaccharides (fructose en excès). Le fructose a besoin du glucose pour être absorbé. Son absorption est donc ralentie s’il est en excès par rapport au glucose. Une personne sur trois aurait des difficultés à absorber le fructose. En revanche, certaines personnes seraient plus sensibles à l’excès de fructose, c’est le cas des personnes souffrant de SII.A = And (et)
  • P = Polyols (sorbitol, mannitol, xylitol, maltitol). Les polyols sont des sucres auxquels on a chimiquement ajouté un groupe hydroxyle, ce qui les rend plus difficiles à digérer pour nos enzymes digestives. De plus, l’absorption des polyols est plus lente que celle du glucose. Ils sont utilisés en industries pour remplacer une partie du sucre, car leur pouvoir sucrant est jusqu’à 100% supérieur à celui du sucre et ils sont hypocaloriques.

Principes :

  • Eviter les aliments riches en FODMAP
  • Favoriser les aliments pauvres en FODMAP
  • Réintégrer progressivement les aliments sources de FODMAP pour tester la tolérance digestive
  • Conserver des apports nutritionnels adéquats

Première étape : Elle vise à éviter les principales sources de FODMAP pendant 1 à 2 mois ou jusqu’à ce qu’il y ait une diminution marquée des symptômes intestinaux. Ensuite, il faut attendre quelques jours sans symptômes avant de débuter les tests de tolérance.

Deuxième étape : Cette étape est celle des tests de consommation. Il faudra tester un seul groupe d’aliments à la fois et se limiter à la réintroduction d’un groupe alimentaire par semaine. Idéalement, l’aliment à tester sera à réintroduire en dehors des repas pour identifier les symptômes plus facilement, jamais au cours d’un repas classique pour ne pas risquer de passer à côté. Il est recommandé de tester un même aliment deux à trois fois dans la semaine en intégrant une journée de repos entre chaque test. On conseille également d’augmenter graduellement la quantité de l’aliment consommé au cours de la semaine. S’il y a apparition de symptômes modérés, il est préférable d’arrêter les tests et de passer à un autre aliment. Le but est d’évaluer la tolérance aux aliments sources de FODMAP et la quantité maximale qu’il est possible de consommer sans avoir de symptômes.

Troisième étape : Cette dernière étape consiste à réintroduire progressivement les aliments bien tolérés pendants les tests. Il est important de savoir que cette alimentation ne peut pas guérir le syndrome de l’intestin irritable mais permet d’éviter les symptômes sur de longues périodes. Dans 25% des cas de SII, le régime FODMAP à base de repas sans glucides n’est pas efficace pour soulager les symptômes. En effet, d’autres facteurs peuvent exacerber ces symptômes et empêcher le soulagement. C’est le cas de l’aérophagie qui augmente la quantité d’air avalé et provoque des gaz.

Quels aliments éviter pour des repas sans glucides fermentescibles ?

Durant 2 à 4 semaines, il est recommandé de prendre des repas sans FODMAP. On évitera ces aliments jusqu’à disparition des symptômes désagréables.

Les fructanes sont des oligosaccharides, on les retrouve principalement dans les aliments suivants :

  • Melon
  • Pêche, brugnon, abricot et nectarine
  • Figue, datte, pruneaux
  • Grenade
  • Ail, oignon, échalote, vert du poireau
  • Champignon
  • Salsifis
  • Choux de Bruxelles
  • Produits céréaliers à base de blé, d’orge ou de kamut : pâtes, biscuits, couscous, etc.
  • Barres de céréales et biscuits contenant des agents sucrants

Les galactans font également partie de la famille des oligosaccharides, on les retrouve dans les aliments suivants :

  • Légumes : courge, betterave, pois, choux de Bruxelles
  • Oléagineux : Noix de cajou, pistaches
  • Légumineuses, dont le Soja
  • Cacao consommé en grande quantité
  • Condiments : Houmous, tzatziki, ketchup, pesto, sauces et épices contenant de l’ail et de l’oignon

Les aliments riches en fructose à éviter dans le cadre du régime FODMAP sont les suivants :

  • Fruits : cerise, tomate séchée ou en concentré, coing, figue, goyave, mangue, melon, pomme, poire, nectars de fruits , fruits en conserve et confitures classiques
  • Légumes : Asperge, coeur d’artichaut, pois sucrés
  • Produits sucrés : sirop de maïs, miel, fructose, bonbons
  • Boissons : vins liquoreux et rhum, liqueur et porto

On recommande d’éviter le lactose, les aliments qui contiennent le plus de lactose sont :

  • Laits de vache et de chèvre
  • Fromages frais
  • Crème traditionnelle
  • Yaourts classiques

Les polyols peuvent causer de nombreux troubles digestifs chez les personnes atteintes de SII, pour cette raison on les évitera. Les polyols sont contenus dans les aliments suivants :

  • Fruits : Abricot, avocat, cassis, cerise, melon, mûre, prune, pruneaux, pêche, pomme, poire
  • Noix de coco
  • Légumes : Champignon, chou-fleur, pois, maïs sucré, choux de Bruxelles
  • Produits sucrés : chewing gum, bonbons et chocolat sucré
  • Produits contenant du sorbitol, mannitol, xylitol, isomalt, lactilol, érythritol et polydextrose

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.