Le vaccin contre la Dengue

Le vaccin contre la Dengue

La dengue est une maladie qui progresse partout dans le monde. Le nombre de cas notifiés à l’OMS est passé de 400 000 à 1,3 million entre 1996 et 2005 pour atteindre 2,2 millions en 2010 et 3,2 millions en 2015. L’incidence mondiale a été estimée autour de 50 millions de nouveaux cas annuels, symptomatiques ou pas, principalement en Asie, devant l’Amérique latine et l’Afrique. Les cas cliniques ne représentent qu’environ 25% de l’ensemble des infections. En 2013, la dengue était responsable d’environ 3,2 millions de cas de maladie sévère et 9000 décès, principalement dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure. Le GACVS a reconnu que l’évaluation de l’innocuité des vaccins contre la dengue posait des difficultés, notamment de la durée nécessaire au suivi du risque théorique d’augmentation de la dengue sévère suite à la vaccination. La forme hémorragique apparaît en cas de surinfection chez des immunisés contre l’un des 3 autres virus (4 sérotypes). D’où les risques vaccinaux. Il pourrait aussi survenir en cas d’infection ancienne avec d’autres flavivirus (Zika, fièvre jaune, West Nile). Cette forme grave est en pleine extension.

En 2015, le Comité a pris connaissance des résultats de la troisième année de suivi de l’essai mené en Asie : le risque de dengue nécessitant une hospitalisation était nettement plus élevé dans le groupe vacciné que dans le groupe témoin de sujets âgés de 2 à 5 ans. Ce risque n’est pas apparu plus élevé dans les groupes plus âgés. Le GACVS a souligné l’importance de facteurs potentiels autres que l’âge, qui pourraient être associés à cette augmentation du risque relatif d’hospitalisation et de dengue sévère. Il a notamment été jugé essentiel de déterminer si le sujet avait été exposé au virus de la dengue sauvage avant la vaccination, compte tenu de l’efficacité plus faible du vaccin chez les participants immunologiquement naïfs et du risque potentiel de renforcement de la dengue lié à l’immunité chez les sujets antérieurement infectés.

Le groupe pharmaceutique Sanofi déconseille à présent d’utiliser le Dengvaxia (mise à jour de la notice en fin 2017), car :

–> les personnes vaccinées présentent des cas de dengue plus sévères !

–> elle continue néanmoins à le commercialiser pour les personnes qui on déjà été contaminées par la dengue (70% des habitants en zone endémique).

Refusé par endroit …

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.