Les affections hivernales

Print Friendly, PDF & Email

Les affections hivernales

« Tout dépend du ciel, à l’exception du froid et du chaud » (le Talmud)

La chronobiologie, comme la bioclimatologie sont des sciences passionnantes. Etudiées et codifiées par les Chinois depuis plus de 5000 ans, observées depuis deux siècles par les praticiens homéopathes du monde entier, en rapport avec une sensibilité particulière à tel ou tel de leurs « remèdes périodiques », elles sont revenues à l’actualité ces dernières années par le biais des médias, à propos du réchauffement de la planète. L’être humain est en effet en contact permanent avec l’air ambiant : 90 m2 d’alvéoles pulmonaires et de muqueuses ORL, ainsi que 2 m2 de surface corporelle. Pour maintenir son homéostasie, il y aura adaptation hormonale (sécrétion cyclique de cortisol, insuline, ADH, LH ou FSH), métabolique et immunitaire permanente.

Durant chacune des quatre saisons, l’énergie du ciel tonifie l’élément correspondant. Quelques modernes thèses se sont attaquées statistiquement au problème observé empiriquement depuis longtemps :

  • Printemps … Foie (bois), qualité : le vent = agitation
  • Eté … Coeur (feu), qualité : la chaleur = congestion
  • Automne … Poumon (métal), qualité : la sécheresse = mélancolie
  • Hiver … Rein (eau), qualité : le froid = dépression
  • Le cinquième élément (terre) est lié à l’humidité et termine (cycles de 18 jours) les quatre éléments saisonniers traditionnels.

Les paramètres météorologiques :

La température … les accidents de travail sont significativement plus nombreux au dessous de 12° et au dessus de 22°). Les oppositions chaleur/fraîcheur sont à présent nettement atténués (air conditionné, voitures climatisées …).

Si la surmortalité de la vague de chaleur de l’été 2003 en France (+ 15 000 morts !) a révélé les lacunes des systèmes d’alerte et de prise en charge, la surmortalité des grands froids passe plus facilement inaperçue (+ 9000 décès en France, un mois l’hiver 85), sauf en ce qui concerne l’hypothermie des sans-abris. Les populations à risque sont sensiblement les mêmes : personnes âgées, hypertendus et insuffisants cardio-respiratoires.

La barométrie va avoir beaucoup d’importance sur l’évolution d’une pathologie, même simple. Les aggravations :

1/ par le froid : Le froid (de nature Yin) peut blesser le Yang. Il cause frilosité (améliorée par la chaleur), puis stagnation, courbatures, toux et dyspnée. “Lorsque l’on refroidit son corps, ou que l’on boit trop froid, les Poumons sont attaqués”. Une « maladie de froid » peut provenir :

– d’une attaque (énergie perverse) de froid,

  • Aconit napelus (s) … le “coup de chaleur” après le “coup de froid” (qui a lésé le pôle rein/surrénales)

– d’un vide de Yang ou de Qi (cause interne) : Yin incontrôlable,

  • Arsenicum album … frileux, mais il craint le confiné chaud !

– d’une transformation de chaleur en froid (évolution chronique) :

  • Kalium carbonicum et Graphites … ralentis, hypo-adaptables : la “chasse aux courants d’air”

2/ par l’humidité :

– Natrum sulfuricum et ses “satellites”:

  • Aranea diadema (na) … doigts “gonflés”, aggravé au contact de l’eau, le froid humide
  • Natrum carbonicum … asthénique dépressif < par le temps froid, mais aussi humide et chaud !
  • Rhododendron (na) … périarthrite ou névralgies < par l’humidité froide, les orages et changements de temps
  • Sabina (na) … congestion du petit bassin et arthralgies < par le temps brumeux, lourd
  • Thuya occ. (na) … infiltré : écoulements chroniques et douleurs arthrosiques < le froid humide

– Les “Carbones” (CO2 : hypoxiques, donc asthéniques) et les Calcium (fragiles) :

  • Calcarea carbonica … spasmophile facilement infecté, aggravé par le froid humide
  • Calcarea fluoricaCalcarea phosphoricaAmmonium carbonicum

– Mercurius … et les “mercures” … tous aggravés si changement important de température.

Rhus toxicodendron (hg) … éruptions et périarthrite (dérouillage ++) < froid humide et brouillard

* par le brouillard : Dulcamara (na) … toux et ganglions cervicaux au brouillard (bords du lac ++)

* par l’orage :

Avant : Phosphorus et Natrum phos. agitation, Rhododendron … douleurs et peur du tonnerre

Avant et pendant : Gelsemium … peurs, tremblements, Natrum carbonicum

et les nosodes : PsorinumTuberculinum K. et Luesinum

* par les chutes de neige :

    • Paris quadrifolia (ve) … migraine ophtalmique
    • Sambucus (cu) … toux
    • Sepia (mg) … aggravé(e) par la forte chaleur
    • Silicea … frileux + + + amélioré par la chaleur radiante et celle du lit.

3/ par la sécheresse :

Causticum … aggravé le vent froid, et amélioré par l’humidité (sycose sèche)

Medorrhinum … nosode du vieillissement par fibrose. Les douleurs sont < par le froid sec.

Et tous les remèdes “nerfs à fleur de peau” : Chamomilla (na), Hepar sulfur (ca), Nux vomica (s), Spongia (io) …

4/ par le vent et les courants d’air : Le vent (contrainte externe, de nature Yang) aggrave tous les autres syndromes :

  • Vent + froid (cf. Aconit) fièvre et frissons, céphalées, nez bouché + écoulements, laryngite, crachats blancs
  • Vent + chaleur (cf. Bryonia) fièvre et transpiration, soif, gorge enflée et douloureuse, crachats jaunes épais
  • Vent + sécheresse, cause = vide d’eau ou feu (cf. Belladonna) fièvre avec gorge douloureuse (plénitude), toux sèche
  • Vent + humidité, cause = encombrement (cf. Ipeca), toux avec mucosités blanches et collantes, oppression

Les angines :

Le traitement homéopathique permettra d’enrayer (en 48 heures, si les remèdes sont bien choisis) cette affection aiguë, par stimulation spécifique des systèmes de défense et de désintoxication. La prescription d’antibiotiques, pour éliminer le risque d’une affection à streptocoque hémolytique, recule grâce à la généralisation depuis 2002 du” test de diagnostic rapide de l’angine” (TDR ou Strepto-test) et à la campagne d’information grand public des caisses :”Les antibiotiques, c’est pas automatique !”. Essayez de respecter la fièvre, qui est la meilleure défense de l’organisme, surtout chez le petit enfant : suppositoires VIBURCOL (Chamomilla D1, Belladonna D2, Plantago D3, Pulsatilla D2, Calcarea carb. D8).

La phase inflammatoire :

PHYTOLACCA COMPOSITUM comprimés à sucer

(Apis D4, Arnica D4, Belladonna D4, Dulcamara D4, Hepar sulf. D6, Mercurius cyanatus D8, Phytolacca D4)

BELLADONNA-HOMACORD (Belladonna + Echinacea) gouttes et injectables

Belladonna … Forte rougeur locale, ganglions volumineux et douloureux, température à 40°, soif, transpiration, gorge sèche, sensible, aggravée au toucher du cou (diminue le risque convulsif hyperthermique)

Les formes graves :

MERCURIUS-HEEL si phlegmon (Ailanthus D3, Echinacea D3, Hepar sulf. D8, Lachesis D12, Mercurius sol. D10 …)

Les mercures correspondent à un état saburral des voies digestives (surtout Mercurius dulcis). Dans le cas d’une angine d’hiver, il s’agit le plus souvent d’un “feng” climatique qui entraîne un “feu” dans le méridien I.G. (qui passe par la gorge).

Mercurius solubilis … Langue enflée, jaunâtre, qui garde l’empreinte des dents. Adénopathies. Soif intense et salivation + + (désir constant d’avaler leur salive), < la nuit.

ECHINACEA COMPOSITUM complexes des infections microbiennes

(Myosotis D3, Calcarea phos. D12, Nasturtium D4, Ferrum iodat. D12, Pinus sylvestris D4 …)

La chronicité :

BARIUM COMP. (BARIJODEEL en France et Belgique) les ganglions cervicaux (Arnica D4, Baryta carb., Calcarea iodat. Kalium phos. …)

EUPHORBIUM COMP. sinusite et otites associées (Argentum nitric., Mercurius bi-iodat., Pulsatilla …)

MYOSOTIS COMPOSITUM (LYMPHOMYOSOT en France et Belgique) complexe des engorgements lymphoïdes

Les bronchites hivernales

Les problèmes climatiques sont au centre de la pathologie infectieuse du poumon, car c’est l’organe le plus vulnérable. « Le dérèglement qui se produit dans le yang est du au vent, à la pluie, au froid et à la chaleur. Celui qui se produit dans le Yin est d’origine alimentaire, résidentielle, affective ou sexuelle » SUWEN (chap. 68). Le rhume, par exemple, se développe sur une difficulté pour le Poumon de s’adapter aux différents changements de temps (surtout le chaud/froid) et en particulier lorsqu’il est insuffisant : en hiver.

Ces bronchites se répétant peuvent évoluer en des affections pulmonaires chroniques avec toux et expectoration muqueuse durant parfois plus de trois mois par an. Elles évoluent tant que dure l’intoxication tabagique et les expositions polluantes (Silice, O3, SO2, NO2), vers une atteinte progressive de la fonction respiratoire, avec apparition d’une dyspnée exacerbée lors des phases de surinfection. Ce syndrome s’associe fréquemment à un emphysème par distension (patients plus dyspnéïques) ou à des bronchectasies, dilatation irréversible du calibre de plusieurs bronches moyennes (patients crachant abondamment toute l’année).

Remèdes de congestion muqueuse :

MUCOSA suis Compositum (Kalium bich., Lachesis, Hydrastis, Pulsatilla, Ipeca …)

ou TONSILLA suis Compositum (Coccus cacti, Dulcamara, Echinacea, Ferrum phos. …)

BRONCHIALIS-Heel (Antimonium tart., Belladonna, Bryonia, Ipeca, Lobelia …)

Remèdes d’infection aiguë :

ENGYSTOL … remèdes des viroses en aigu

ECHINACEA Compositum … complexe des infections bactériennes

Remèdes symptomatiques :

HUSTEEL (gouttes) … toux spasmodique, sèche

(Arsenicum iodatum D6, Belladonna D4, Causticum D6, Cuprum aceticum D6, Scilla D4)

EPHEDRA Compositum (gouttes) … glaires et dyspnée

(Antimonium tartar. D4, Arsenicum iod. D6, Belladonna D4, Hepatica triloba D3, Quebracho D5, Lobelia inflata D4, Ipeca D4 …)

Les Nosodes auront, au stade de la chronicité, un rôle important …. PSORINUM Compositum

La grippe :

Pandémie hivernale prévisible : le réservoir de virus est chinois (infection chronique du porc et du canard) et l’épidémie se développait en quelques mois, toujours d’Ouest en Est, c’est à dire de Hong-Kong à San Francisco, puis New-York, Genève et enfin Moscou. L’intensité de la pandémie dépend de l’existence d’une mutation virale importante. La pandémie de “Grippe espagnole” qui a fait 10 millions de morts en 1917 et 18 a été provoquée par une souche de type A/H1/N1. Affection la plupart du temps bénigne, provoquant frissons, forte fièvre et courbatures, la Grippe risque de vous immobiliser au lit durant plusieurs jours. Vingt millions d’européens sont vaccinés chaque année, surtout parmi les sujets considérés comme “à risques”, c’est à dire les personnes âgées (plus de 70 ans) ou atteinte de maladies chroniques (le vaccin est alors remboursé, car une méta-analyse de 20 études cliniques a montré que le vaccin contre la grippe diminue de plus de 50% les problèmes respiratoires, les hospitalisations et la mortalité des personnes âgées). Cette vaccination est par contre reconnue inutile chez les sujets adultes en bonne santé, où seule la réduction de l’absentéisme dû à la grippe a pu être mis en évidence.

Le traitement homéopathique donne des résultats rapides dans la grippe et tous les syndromes para-grippaux (Mycoplasma pneumoniae) :

GRIPP-HEEL (Aconitum D4, Bryonia D3, Eupatorium D2, Phosphorus D4, Lachesis D11)

Avec, si besoin :

ENGYSTOL … remèdes des viroses en aigu (vu plus haut)

EUPHORBIUM COMP. … sinusite et otites associées (vu plus haut)

VIBURCOL … en cas de forte fièvre (vu plus haut)

UBICHINON Compositum … la détoxication et la fatigue séquellaire.

Bibliographie :

“Climat, santé et homéopathie” Elie Botbol (collection Résurgence, Belgique)

“La santé qui dépend du ciel” Le quotidien du médecin, jeudi 8 janvier 2004

“Répertoire homéopathique du praticien” H. Voisin

“Thérapeutique ORL homéopathique” Paul Chavanon (ed. Similia)

“Thérapie de routine” lab. Heel D-76532 Baden-Baden tel. 00 (49) 72 21 501 00

“Homotoxicologie, cours par correspondance” Richard Clément (lab. Heel – BHI)

“Matière médicale thérapeutique” Paul Kollitsch (1955, réedition Hélios 1989)

“Vade-mecum d’homéopathie diathésique” Françoise et J. Yves HENRY (éditions IMH, Tome 3, 2008)

 

Souhaitez vous une solution pour prendre en charge votre santé ?

Découvrez notre clinique en ligne de médecine fonctionnelle. Un conseil, une consultation en ligne ? Cela est désormais possible et accessible en quelques clics

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.