Antibiotiques, fongiques, parasitaires et viraux

Les antibiotiques

Les germes ciblés sont des différents types :

  1. Bactéries Gram (+) … pyogènes banaux, assez bien couverts par les AB
  2. Bactéries Gram (-) … plus résistants : coli, salmonelles …
  3. Parasites divers : trichomonas, helminthes, amibes …
  4. Mycoses (champignons et levures)

alt

La résistance aux antibiotiques peut être intrinsèque ou acquise (par sélection ou résistance plasmidique), selon différents mécanismes :

  • Enzyme inactivant … Bêta-lactamases, contre la pénicilline
  • Enzyme éliminant … Cas de la résistance aux tétracyclines
  • Développement de voies métaboliques alternatives … Cas de la résistance aux sulfamides
  • Altération de la liaison aux ribosomes … Cas de la résistance à l’érythromicine

Mais, ceux-ci induisent tous une immunodépression par effet direct (toxicité) ou indirect (par perturbation de la flore de barrière), donc :

  1. jamais d’antibiothérapie à l’aveugle (dite « de couverture ») : l’identification du germe en cause (et l’antibiogramme éventuel) est indispensable !
  2. toujours avec un probiotique (pour restaurer l’indispensable flore de barrière).

Nous sommes au milieu d’une catastrophe sanitaire et personne ne semble s’en inquiéter : l’antibiorésistance tue 700 000 personnes dans le monde chaque année ! 

En médecine naturelle, l’effet anti-infectieux peut être obtenu de façon :

  • Directe par une des 7 HE antiseptiques majeures = Thym, Cannelle, Origan, Sarriette, Girofle, Pin et Cajeput. NB. surtout évitez les mélanges d’HE !
  • Indirecte par stimulation du SRE à divers niveaux = homéo en aigu : Hepar sulf. (ca) / Mercurius / Echinacea (ge) …, oligo-éléments = cuivre, argent … En chronique : BNS + Sérothérapie = « SRE » + « Broncho-poumon » + « Foie »

L’avenir de la lutte anti bactérienne verra probablement le retour des bactériophages

 

Les antibiotiques qui inhibent la synthèse des acides nucléiques

  • Les Sulfamides … Les premiers bactériostatiques utilisés, agissent sur l’acide folique bactérien. Encore prescrits pour les voies urinaires, mais de nombreuses souches de colibacilles sont à présent résistantes.
  • Le Triméthoprime … en association synergique avec le précédent (bactrim) : couverture des patients immunodéprimés (HIV+, greffés) … mais attention : anémies et syndrome de Lyell (nécrolyse épidermique toxique) !
  • Les Quinolones (ciprofloxacine) … bloquent l’ADN bactérien (ciprofloxacine), bonne pénétration tissulaire, efficaces sur de nombreux gram – (mais troubles digestifs, vertiges, maux de tête, risque de convulsions)
  • Les 5-Nitro-imidazoles … bactéries anaérobies et protozoaires (amibes, lamblia, trichomonas)
  • La Rifampicine … Plus spécifiquement anti-tuberculeux

 

Les antibiotiques qui inhibent la synthèse de la paroi cellulaire

  • Pénicillines de première (streptocoques) et de seconde génération (staphylocoques producteurs de bêta-lactamases). NB. Les pénicillines peuvent induire des éruptions et une anaphylaxie fatale !
  • Pénicillines à large spectre (ampicillines et amoxicilline), actives sur les bactéries gram –
  • Céphalosporines … utilisées dans le traitement des méningites, des pneumonies et septicémies. Spectre large et résistance aux bêta-lactamases, mais sensibilité croisée avec la pénicilline.
  • Vancomycine … Actif sur les bactéries gram + (staphylocoques résistants, clostridium difficile). Uniquement IV, risque auditif et rénal.

 

Les antibiotiques qui inhibent la synthèse des protéines

  • Aminoglycosides … injectables, spectre étroit, toxicité rénale et otologique (steptomycine, gentamicine)
  • Macrolides (érythromycine) … actifs surtout sur les bactéries gram +, utilisés chez les patients allergiques à la pénicilline. Activité particulière sur les chlamydiae, mycoplasmes et légionellose, mais ils passent mal la barrière méningée.
  • Tétracyclines … large spectre (chlamydiae, borrelia), mais nombreuses résistances. Effets secondaires : tâches des dents, troubles digestifs et surinfections par le candida albicans
  • Chloramphénicol … risque d’aplasie médullaire : on en limite l’usage à la fièvre typhoïde et aux méningites à hémophilus.

 

Cas pratique :

La British Association of Sexual Health and HIV (BASHH) vient de publier des recommandations de prise en charge de l’infection génitale par Mycoplasma genitalium, une IST souvent méconnue et peu recherchée. Responsable d’écoulements génitaux, d’urétrite et de syndrome pelvien douloureux, cette infection sexuellement transmissible (IST) peut se compliquer d’épididymite et d’infertilité chez la femme. Elle concernerait 1 à 2 % des adultes et jusqu’à 40 % des personnes ayant déjà consulté pour une IST.

Les experts de la BASHH recommandent une recherche systématique de Mycoplasma genitalium et un antibiogramme chez les hommes présentant une urétrite non gonococcique, ainsi que chez les femmes présentant un syndrome inflammatoire pelvien. En termes de traitement, les recommandations de la BASHH sont de ne traiter que les patients symptomatiques. Dans ce cas, un traitement antibiotique doit être instauré chez ces patients et leurs partenaires sexuels (même en l’absence de symptômes chez ces derniers).

Même si la prévalence de la résistance de Mycoplasma genitalium à la doxycycline ou à l’azithromycine a récemment augmenté en Europe, ces deux antibiotiques restent la base du traitement de cette infection. La BASHH propose également deux protocoles de traitement selon le profil d’antibiorésistance du micro-organisme ou après un éventuel échec de l’azithromycine. La moxifloxacine est l’antibiotique de choix lors d’un échec de l’azithromycine.

 

Cas clinique : Madame Nicole S. est une sympathique divorcée de 82 ans, qui me consulte par téléphone car, bien qu’asymptomatique, elle trouve que ses urines sont « épaisses ». Un passage au laboratoire révèle une infection urinaire à staphylocoques. Comme elle habite à plus de 500 km, je lui conseille de consulter son médecin traitant. Comme elle veut éviter l’antibiothérapie, elle va voir une « homéopathe » local qui lui donne d’abord un mélange de cinq essences (?!), puis devant l’aggravation du nombre de germes au contrôle urinaire quinze jours après, il prescrit de l’extrait de pépins de pamplemousse (antiseptique néphrotoxique (!) que je lui déconseille.

Elle insiste alors pour que je lui prescrive un antibiotique qui ferait disparaitre ces germes qui l’effraient quelque peu. J’ai beaucoup de mal à lui faire comprendre que cela ne traiterait que la manifestation et qu’une rechute est probable si on ne se pose pas la question de la cause de ce déséquilibre. En reprenant son BNS de l’année passée, je découvre que la première plante proposée est Juniperus communis (ch1), à la pathogénésie bien connue de néphrite. Sa prise en 1 DH, 10 gouttes trois fois par jour fait disparaitre le germe et les dépôts urinaires qui avaient inquiété cette gentille grand-mère.

 

Antifongiques (mycoses), trois familles de germes :

  1. Candida albicans (filaments non ramifiés, champignon commensal habituellement présent dans la bouche, les intestins et le vagin),
  2. Dermatophytes et aspergillus (filaments ramifiés, mycélium qui infecte la peau, les ongles et les cheveux),
  3. Cryptococcus (levures = champignons unicellulaires, risque d’infection pulmonaire)

Ce sont des infections le plus souvent superficielles, rarement systémiques qui ne s’observent alors que chez les patients immunodéprimés (HIV+, corticothérapie, chimiothérapie, greffés …).

  • Polyènes… amphotéricine B en IV, nystatine, trop toxique : usage local uniquement
  • Flucytosine … sur candidoses systémiques, mais résistance rapide
  • Imidazoles (Kétaconazole) et thiazoles … larges spectre, mieux tolérée, surtout en usage local
  • Griséofulvine … dermatophytes (teignes du cuir chevelu)
  • Terbinafine … pour les infections des ongles

 

Anti parasitaires … là encore, un diagnostic et un suivi spécialisé est indispensable

Helminthes (vers) :

  • Nématodes (vers ronds : oxyures, ascaris, ankylostome, strongyloïdes, trichocéphale). Sensibles à mébendazole, thiobendazole, lévamisole, pipérazine …
  • Filarioses (filariose lymphatique, onchocercose) … traités par l’ivermectine
  • Trématodes (douves, bilharzioses) … traités par praziquantel
  • Cestodes (ténia) … traités par praziquantel

Protozoaires :

  • Paludisme (4 espèces avec des sensibilités variables) … action lente = prophylaxie (malarone, fansidar) ou rapide = traitement des crises (chloroquine, méfloquine)
  • Amibes … action rapide (métronidazole) ou lente / présence de kystes (diloxanide)
  • Giardia lamblia et trichomonases … (métronidazole)
  • Leischmaniose (cutanée ou viscérales) … (stibogluconate)
  • Trypanosomiase (maladie du sommeil) …(suramine)

  différentes classes de virus

Les antiviraux … Pas de métabolisme indépendant : la voie des vaccins à été privilégiée

  • Amantadine, tamiflu et gamma-globulines inhibent la pénétration cellulaire du virus de la grippe
  • Analogues des nucléosides : acyclovir (herpès et zona), ganciclovir (CMV), zidovudine (HIV)
  • Antirétroviraux … inhibiteurs de protéases (saquinovir, ritonavir) … mais lipodystrophie, diabète

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.