Les fabacées (dicotylédones dialypétales)

H.4 – Les Fabacées (ou légumineuses) comptent 12000 espèces, présentes partout mais n’aimant pas le froid. Il existe des formes herbacées (dans les régions tempérées) jusqu’aux gigantesques arbres tropicaux. Elles intercalent entre leurs racines et la terre minérale des bactéries métabolisant l’azote du sol : leur corps végétal est riche en produits azotés comme ceux des animaux. De plus, ce sont des végétaux à fleurs et fruits (gousses) de symétrie plane (contrairement à la symétrie axiale des autres végétaux). Les feuilles sont alternes et les fleurs à étendard (pétale supérieur) groupées en grappes.

Les légumineuses en contiennent une grande quantité de magnésium. Elles sont aussi une source naturelle de prébiotiques, le carburant des bonnes bactéries de notre flore intestinale. Elles contribuent ainsi à renforcer le système immunitaire, à faciliter l’assimilation des nutriments et à lutter contre les pathologies intestinales.

Les légumineuses sont très riches en vitamines et minéraux : j’ai déjà cité le magnésium mais elles contiennent aussi du fer, du zinc, du potassium et de la provitamine A, de la vitamine B9, et de la vitamine C. Enfin, les fibres, contenues en grande quantité dans les légumineuses (jusqu’à 25 % de leur poids), permettent de :

  • Lutter contre la constipation
  • Réduire le risque d’obésité
  • Limiter les maladies cardiaques
  • Combattre le diabète de type 2
  • Faire baisser la tension artérielle.

Selon une étude de la Harvard School of Public Health portée sur 90 630 femmes âgées de 26 à 46 ans, les femmes qui consomment des haricots ou des lentilles au moins deux fois par semaine ont 25% moins de risque de souffrir du cancer du sein que celles qui n’en prennent qu’une fois par mois.

En plus, les légumineuses ne contiennent pas de gluten et sont idéales pour remplacer les céréales chez les personnes souffrant d’allergies au gluten. Protéinées, elles se substituent efficacement à la viande, en association avec les céréales complètes. Malheureusement, la part des légumineuses dans notre alimentation a progressivement diminué.

Attention cependant, car malgré leurs qualités nutritives exceptionnelles, les légumineuses nécessitent un mode de préparation bien précis pour ne pas devenir toxiques. Car elles contiennent un anti-nutriment, l’acide phytique qu’il faut absolument neutraliser en suivant quelques conseils : vous devez faire tremper vos légumineuses pendant au moins huit heures, dans une eau purifiée légèrement citronnée. Ce trempage déclenche une pré-germination des légumineuses qui vont libérer la phytase, une enzyme capable de détruire les phytates et de libérer les minéraux. L’acidité du citron permet d’accélérer le processus. Ensuite pensez bien à jeter l’eau de trempage et à rincer abondamment, plusieurs fois même. Le rinçage élimine les glucides et les sucres complexes responsables des flatulences. Il favorise aussi la digestion.

 

On distingue, à leur manière de fleurir, trois groupes distincts :

1 – les Mimosées (Acacia, Mimosa, l’arbre de Judée),

2 – les Césalpiniacées, arbres et lianes des pays chauds (Cassia, Ratanhia …),

3 – les Papilionacées (à graines alimentaires qui renferment de l’amidon, des huiles et matières protéiques), nombreuses sous nos régions.

Ces plantes “animalisées” (aspect typique de la fleur, avec “étendard”, “ailes” et “carène”) synthétisent des alcaloïdes, des glucosides et des toxalbumines aux effets irritants et paralysants. Les saponines et les tanins y abondent également, processus médiateurs entre le liquide (aspect mouillant des saponines) et le solide (aspect desséchant des tanins). Les baumes (gommes aromatiques) sont aussi présents dans les légumineuses.

 

Les plantes 29

 

Polarité d’action = Rate -> Rein -> Coeur / Remèdes de stagnation – chaleur

Alfalfa (ka)         la Luzerne (Medicago sativa)

COMPOSITION : vitamines A, B, C, D, E et K, Phos., Fer, Mg, Sélénium, Silice, saponines.

INDICATIONS : Stimulant général. Régulateur de la pression sanguine. Antirhumatismal. Désodorisant (chlorophylle). Dépuratif ++.

 

Balsanum peru (sn)       le Baume du Pérou, extrait de Myroxylon balsamiferum, proche = Balsanum tolutanum (sn).

COMPOSITION : conservateur antimicrobien utilisé en pharmacie et parfumerie = le parahydro-xybenzoate.

INDICATIONS : fébrifuge, balsamique et cica-trisant, anti-parasitaire (gale).

 

Cercis siliquastrum       le Gatinier siliquastre, ou arbre de Judée.

INDICATIONS : vasculaire sédatif (anti-throm-botique = angor, migraines …).

 

Galega officinalis (mg)     l’herbe aux chèvres

COMPOSITION : flavones, saponines, tanins, alcaloïdes

INDICATIONS : diurétique (sudorifique). Galactogène. Hypoglycémiant.

 

Glycyrrhiza glabra (s)                     la Réglisse

COMPOSITION : tanins, amers, résines, amidon/sucre, saponine, flavonoïdes.

INDICATIONS : anti-inflammatoire (cortisone -like) et antispasmodique digestif (ulcus, RCH, Crohn, cirrhose … ). Fluidifiant pulmonaire. Hypertenseur (attention, car Aldostérone-like).

 

Melilotus officinalis (s)         le Mélilot

COMPOSITION : mucilage, coumarine ++

INDICATIONS : anti-inflammatoire, analgésique (conjonctivite, blépharite). Anti-coagulant (remède des épistaxis en dilution). Anti-spasmodique. Diurétique (sudorifique, troubles ménopausiques).

 

Psoralea bituminosa (hg)       Trèfle des jardins

INDICATIONS : ulcérations avec pus fétide, leucorrhées, auto-immunité (exp.: sclérodermie).

 

Robinia pseudo-acacia (s)     l’Acacia, arbre épineux, à présent largement répandu.

COMPOSITION : tanins, flavones, HE, fleurs riches en nectar (cf. le miel d’Acacia).

INDICATIONS : tonique, antispasmodique (épilepsie), cholagogue … pyrosis, aérophagie (sorte de “Nux vomica féminin”). Eczéma.

 

Senna ou Cassia angustifolia (al)   le Séné

INDICATIONS : cholagogue et laxatif. Diurétique. Anti-amibien.

 

SpartiumJunteum

Spartium junceum (mn)       le Genêt d’Espagne

COMPOSITION : flavones, alcaloïde (spar-téine).

INDICATIONS : tonicardiaque et diurétique (angor, HTA, myocardite, néphrite, goutte, calculs rénaux …).

 

Trifolium pratense (hg)   le Trèfle des prés Aliment du bétail, aux fleurs closes, seul le bourdon est assez puissant pour le féconder.

COMPOSITION : glucosides cyanogéniques toxiques.

INDICATIONS : diurétique, anti-rhumatismal, sédatif (épilepsie), lactogène.

 

Autres plantes médicinales du groupe :

Astragalus mollesinus (ag)

Baptisia tinctoria (as) l’Indigo sauvage

Cassia alata (s) l’herbe à dartres

Cytisus laburnum (ba)

Lathyrus sativus (pb) le Pois chiche

Ononis spinosa (al)

Physostigma (mn)

Ratanhia (al)  … remède des gencives et des hémorroïdes

Tamarindus indica (as) .. la fameuse “Tamarine” (confiture laxative)

Trigonella (si)    le Fénugrec.

 

CycleAzote  Le cycle de l’azote

 

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.