Les hépatites virales

alt   LES HÉPATITES VIRALES

Des progrès considérables ont été faits dans la connaissance des hépatites virales :  

Virus A … entérovirus infectieux, maladie épidémique de l’enfant et de l’adulte jeune (80% des sujets de 30 ans sont HVA+). L’ictère est rare (5 % des cas), l’évolution en est le plus souvent favorable en 3 à 4 semaines, mais la fatigue peut durer.

.

alt   répartition géographique de l’endémie d’hépatite A

 

Virus B … d’inoculation (transfusion / drogue / sexuelle), 1% des sujets de 30 ans sont HBS+.

L’ictère est rare (10 % des cas), l’hépatite aiguë est grave dans 1 % des cas. L’évolution est moins favorable car chez 10 % des patients l’hépatite devient chronique, évoluant vers la cirrhose, avec un risque de carcinome hépato-cellulaire dans les 15 années suivantes.

Virus C … d’inoculation aussi (transfusion / drogue / sexuelle), 70% des toxicomanes sont HCV+, mais jusqu’en 1990, la transfusion en a été le vecteur principal, en l’absence de test fiable = on estime à 1 million de personnes en France les patients contaminés (virus à ARN) ! Si l’ictère est rare (5 % des cas), 50 % des hépatites C deviennent chroniques. La cirrhose se compliquant d’un carcinome hépato-cellulaire dans 15% des cas. Pour B. Kouchner (alors ministre de la santé en 1993) : “L’hépatite C pourrait devenir un problème majeur de santé publique dès l’an 2000” … 9 millions de patients européens en 2015.

Virus D … surinfection stricte des sujets atteints d’hépatite B : la co-infection VHB + VHD est parfois responsable d’une hépatite fulminante, souvent d’un passage à la cirrhose.

Virus E … voisine de l’hépatite A, mais à l’évolution plus fréquente vers des formes cholostatiques.

 

alt

N.B. en 2000, les toxicomanes européens étaient infectés à 17% par le HBV, 55% par le HCV, 13% par le HIV. Chez les porteurs HVC, une hépatite A prend une forme fulminante dans 40% des cas !

Sur le plan des “thérapeutiques classiques”, est proposé :

— la sérothérapie anti-A en cas d’endémie ou anti-B en cas de contamination, assure une protection immédiate, mais brève (4 semaines).

— la vaccination contre l’hépatite A est disponible, contre l’hépatite B (ex. GenHevac B) elle nous parait assez sycosante (comme le vaccin anti-fièvre jaune) et a déconseiller aux sujets hyper-immuns (SEP ?) ou immuno-déprimés (enfants ++).

— depuis 20 ans, l’interféron alpha 2b, à des doses de 3 millions d’unités, 3 fois par semaine, pendant 3 à 6 mois, permettait d’obtenir une disparition de la réplication virale dans 50 % des hépatites B et C, mais une réactivation virale pouvait réapparaître ultérieurement. A présent, l’association Viekirax-Exviera permet d’obtenir 98% de guérison en deux mois de traitement (variant C1b majoritaire) ++

Commercialisé à l’hôpital depuis janvier 2017, ZEPATIER 50 mg/100 mg comprimé pelliculé (elbasvirgrazoprevir) peut désormais être délivré en pharmacie de ville.

ZEPATIER est un antiviral d’action directe (AAD) à visée curative dans le traitement de l’hépatite C chronique chez les patients infectés par un virus de génotypes 1 et 4.
Il associe 2 AAD, l’elbasvir (inhibiteur de la protéine NS5A du VHC) et le grazoprevir (inhibiteur de la protéase NS3A / 4A du VHC).

La posologie recommandée est de 1 comprimé par jour, pour une durée de traitement de 12 semaines. Cette durée peut être étendue à 16 semaines chez certains patients, en association avec de la ribavirine (VHC de génotype 4). Les patients recevant ZEPATIER doivent faire l’objet d’une surveillance hépatique avant et pendant le traitement.

ZEPATIER est remboursable à 100 %, sur prescription hospitalière réservée aux spécialistes en gastro-entérologie et hépatologie, en médecine interne ou en infectiologie. Son prix de vente au public (hors honoraires de dispensation) s’élève à 7277,12 euros (1 boîte de 2 pochettes contenant chacune 2 plaquettes de 7 comprimés, soit 28 comprimés).

— de nouveaux traitements (très chers) sont en train d’arriver sur le marché : ils sont réservés à des cas particuliers.

 les mesures hygiéno-diététiques : la nécessité d’un repos est évidente en cas d’asthénie. L’alimentation devra se faire “à la carte” pour chaque patient en fonction de son appétit. Si l’intérêt des “hépato-protecteurs” classiques n’est pas démontrée, un traitement homéopathique au malade peut avoir un effet remarquable : limiter l’homéopathie au traitement des troubles fonctionnels ou névropathiques, c’est se priver de ses meilleures indications !

 

En phase aiguë, cherchez les signes qui, à coté de l’ictère, permettent le choix des remèdes efficaces :

Début … Nux vomica (s) … si nausées ++ 

Etat …  gros foie sensible (aggravé couché du côté droit) , bouche humide avec soif,  la langue garde l’empreinte des dents.

  • Mercurius vivus (+ enfants)                                                           
  • Mercurius solubilis (+ femmes)                                                     
  • Mercurius corrosivus (+ hommes)                                              
  • Lycopodium … a faim, mais rassasié dès les premières bouchées, urines rouges “comme de la brique pillée”   
  • Phosphorus  … vomissements –> amaigrissement, mais faim et soif persistante.

NB. Phosphorus correspond mieux aux hépatites toxiques et aux états évolués :

  1. – dans un premier temps, le foie rempli d’un “pervers” écrasera la rate-pancréas = Mercurius
  2. – dans un second temps, vide de bonne énergie, c’est le pôle poumon qui le remplira = Phosphorus.

Complications …                   

  • Arsenicum album … anxieux, amaigri, agité (// Chionanthus)
  • Kalium carbonicum … œdème malléolaire (perturbation potassique), météorisme épigastrique
  • Lachesis … importance du réseau capillaire, ecchymoses (éthyl ou ménopause ?)          
  • ou Crotalus (ge) … cirrhose post-hépatitique à tendance hémorragique.

Cas particuliers …     

  • Conium (au) … prurit post ictérique
  • Humulus lupulus (s) … ictère des nouveau-nés
  • Sepia … ictère prolongé du nourrisson.

 Remèdes hépatotropes (basses dilutions) … Avec un BNS de préférence !

  • Berberis (sur Lycopodium) …  sensibilité nette des loges rénales
  • Chelidonium (sur Phosphorus) … haleine fécaloïde, somnolence et asthénie, douleur sous l’omoplate droite
  • Carduus marianus (sur Sepia ou Lachesis) … hépatomégalie gauche avec varices œsophagiennes, pyrosis
  • Solidago (sur Sulfur) … albuminurie et oligurie
  • Taraxacum  (ph) … langue dépapillée, en plaques.

 

 HVC

 

En phase chronique : remèdes de cirrhose post-hépatitique …           

  • Bryonia alba (ph) … constipation, hépatomégalie douloureuse, aggravé aux mouvements
  • Chionanthus (as) … gros foie + rate -> réapparition de l’ictère, coliques soulagées à plat ventre, avec selles jaune pâle.
  • Digitalis (as) … pouls lent, nausées
  • Sepia  … dépression mentale, hémorroïdes, tr. gynécologiques.
  • Natrum mur. ou  Silicea  … syndrome de déminéralisation post-hépatite. 

NB. Dans les cas de greffes hépatiques après hépatite C chronique, la réinfection du greffon est quasi constante : il faudra traiter ces patients en conséquence !

MicronutritionDETOXIUM … est un complément alimentaire à base d’Orthosiphon, de Desmodium et de Chrysantellum. Il contribue :

  • à un métabolisme énergétique normal (Vit B1, B2, B3, B5, B6, B8)
  • au bon fonctionnement hépatique (Orthosiphon, Desmodium)
  • à la synthèse normale des acides aminés (Vit B9).

Anthroposophie (lab. Weleda):

  1. en aigu … Cichorium stanno cult. D3
  2. en chronique … Taraxacum stanno cult. D3 

Oligo-éléments : Soufre + Manganèse + Cuivre-Or-Argent           

Organothérapie : Foie + Rate (les viroses) + Thymus et Placenta (en phase de chronicité)

alt

Quand nous interrogeons la banque de données des BNS au chapitre “hépatite virale”, le portrait-robot biologique est évocateur :

  1. hyper : Gamma + Zincum (les viroses) + Stannum (l’épuisement immunitaire)
  2. hypo : Albumines et Alpha 1  = l’insuffisance hépatique.

Plantes proposées = Arenaria rubra, Equisetum arvense, Ulmus campestris, Stachys palustris …   

Si vous souhaitez réaliser un BNS12 ou 24, cliquez sur ce lien : www.mybiobox.com

 

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.