En catamaran, rencontres pour un monde meilleur ? (1)

En catamaran, rencontres pour un monde meilleur (1) : réflexions et préparatifs

« La bonne santé, c’est l’adaptation » Proverbe chinois

Je ne suis pas de ceux qui disent « C’était mieux avant », mais je dois avouer mes angoisses et mon sentiment d’impuissance devant l’actuelle évolution mortifère du monde. La cupidité, l’indifférence et l’égoïsme auront eu raison de notre éden ! Je me rappelle, encore enfant aller pêcher les gardons au fond du jardin de mes grands-parents. La rivière grouillait de poissons et d’insectes … à présent, c’est une sorte de bras d’eau mort, tué probablement par les pesticides agricoles et les lessives qui « lavent plus blanc » ! Après avoir pris connaissance avec effarement des prédictions du Club de Rome (années 70), j’ai milité avec conviction aux « Amis de la terre », puis à EELV, jusqu’à me faire élire (à mon corps défendant !) délégué consulaire …

Dans le domaine médical, ce fut un peu pareil : l’allopathie triomphait par la découverte et la large diffusion des antibiotiques, hormones de synthèse et autres neuroleptiques. Les pratiques « douces » furent rapidement mises sur la touche, puis pourchassées. Big pharma avait pris le pouvoir ! Inutile dès lors de s’opposer, il faut attendre que les gens se rende compte de leurs erreurs, pour qu’ils vous demandent s’il existait des solutions alternatives … Ma philosophie fut alors de peaufiner et de présenter simplement ces solutions « autres ». Il semble que c’est encore trop : en effet savoir qu’il existe une autre solution (par exemple bactériophages versus antibiotiques) décrédibilise Big pharma qui aimerait imposer ses lucratives solutions comme les seules existantes.

Nous resterons donc discrets, dans une sorte de « non-résistance et d’équilibre », d’autant plus que les médias, aux mains de quelques milliardaires inféodés au banques et aux publicitaires, ne jouent plus que sur le versant émotionnel, se méfiant à l’extrême de toute réflexion de fond, qui pourrait paraître subversive. Mieux encore, des campagnes savamment orchestrées visent à présent à discréditer systématiquement les lanceurs d’alerte, comme le pr. Joyeux (pour la médecine préventive), les époux Bourgignon (pour l’agriculture), P. Rahbi (pour la politique de décroissance) … Ne croyez pas cependant que je sois devenu pessimiste, seulement, plus on attend, plus le réveil sera rude : nous en voyons d’ailleurs les prémisses.

Dès la fin de mes études universitaires, je rêvais de faire un « tour du monde des médecines douces », emmenant mon bateau et son équipage de confrères choisis d’une contrée sauvage à l’autre, à la rencontre des tradipraticiens de toutes cultures, dans une succession de rencontres où nous aurions tenté de décoder les niveaux de compréhension du monde (et de la maladie) de chaque groupe humain rencontré. J’avais même réussit à y intéresser quelques amis du CNRS.

CREAT

fig.2 : les scientifiques du “Centre de Recherche Ethique Aliment Terre” visitent Peter Pan

Or, j’ai vite découvert que l’avion avait furieusement rétrécit notre monde et que cela avait été déjà fait un peu partout par des gens très compétents, qui ont d’ailleurs publié de merveilleux ouvrages d’anthropologie, de médecine naturelle et d’ethno-psychologie (voir bibliographie plus bas).

Et puis il y a le facteur « temps » : une telle expédition demande un gros investissement personnel et le temps disponible m’est à présent compté, pris par un site qui doit constamment s’améliorer, une méthode biologique (les BNS) qui reste à développer à grande échelle et une centaine d’étudiant(e)s qui tous les ans compte sur moi pour leurs formations (c’est la relève indispensable !)

Dès lors, l’âge avançant (passé 70 ans, les nuits de veille à la barre ne peuvent se multiplier trop souvent !) et les finances n’étant pas extensibles, il ne fallut bien redimensionner mon projet de navigation-découverte autour du monde dans le cadre plus réaliste de la menaçante incertitude de notre temps : il va donc évoluer vers un « tour de la Méditerranée », par petites étapes de 3 semaines, avec un équipage d’amis et de parents. Moins couteux, plus sûr et toujours propice à de sympathiques rencontres, nous pourrons apprendre à mieux nous connaître en revisitant les racines de notre civilisation gréco-latine … Chaque année nous essayerons ainsi de programmer :

  • une croisière d’automne en octobre
  • une croisière de printemps en avril
  • une croisière d’été sur juillet et aout

Déclarez-nous votre intérêt et nous vous inclurons dans un des équipages de ce périple de sympathiques rencontres.

Les étés 2015/2016 furent un temps de mise à niveau technique (moteurs, électronique, cockpit, taud, ancres …) et de cabotage, de la Camargue à Menton (ci-dessous aux îles du Frioul, en face de Marseille). Nous avons essuyé deux coups de vent force 7 et le bateau a marché en fuite à 10 noeuds, à sec de toile !

PortFrioul

 

Eté 2017  – Martin et Christian (mon frère qui nous fait de merveilleuses photos et m’a initié aux application d’aérologie et de navigation – moi qui utilisait encore fièrement mon crayon, la carte et le règle de Cras !) constituent l’équipage de base. Quelques amies franco-suisses se relaieront pour compléter l’équipe. Le toit du cockpit a été renforcé et une belle tente bleue découpée sur mesure peut le recouvrir quand nous sommes au mouillage, fournissant une cabine de pont bienvenue pour nous retrouver autour d’une carte ou d’un plat généralement succulent. Nous partons de Port Saint Louis du Rhône dans un coup de vent et atteignons 12 nœuds au large de Marseille, alors que le système de barre nous lâche et que je dois barrer à la barre franche, assis sur le cockpit arrière !

Le tour de la Corse : 1250 km en 26 jours ! Le bateau, comme les différents équipages qui se sont succédés, se sont bien comportés.

BateauContreJour  au large …

 

Pourquoi ?… Se faire plaisir ensemble, en faisant avancer nos connaissances (médicales, botanique, sociologiques …) et peut-être écrire quelques articles sur ces rencontres humaines et professionnelles qui ne manqueront sans doute pas au cours du voyage … Faites-nous part de vos remarques et suggestions. Inscrivez-vous pour les prochaines semaines de navigation (précisez votre expérience nautique – niveau zéro accepté – si pas de “mal de mer”). Comme le disait un bourlingueur : “Le voyage commence là ou finit la zone de confort” !

EthnoBateau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous connaissez des sponsors potentiels (ex.: laboratoires) qui voudraient s’associer au projet, ne manquez pas de leur en parler ++

Pour suivre nos pérégrinations, allez au chapitre suivant

Bibliographie :

BRELET Claudine, “Médecines du monde, histoire et pratique des médecines traditionnelles“, éditions Robert Laffont 2002

– FONTANILLE Bernard et SENDER Elena, “Médecines d’ailleurs, rencontres avec ceux qui soignent autrement“, éditions De la Martinière 2014

– Catherine CLEMENT et Tobie NATHAN, “Le Divan et le Grigri“, éditions Odile Jacob 2005

– Tobie NATHAN et Isabelle STRENGERS, “Médecins et sorciers” (ed. La découverte, 2012)

– DESCOLA Philippe “La composition des mondes” (ed. Flammarion, 2014) et “Par-delà nature et culture” (ed. Gallimard, 2005)

– WATSUJI TETSURO “Fudo, le milieu humain” (CNRS Editions, 2011)

Incontournables sur les mêmes thèmes : Erick KATZ, Arne NAESS, Paul W. TAYLOR, Holmes ROLSTON, J. BAIRD CALLICOTT, Jean DELUMEAU, C . LEVEQUE, Christopher D. STONE, C. LEVEQUE, Antoine FAIVRE et Arnaud BAUDEROT …

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.