Les êtres élémentaires

Print Friendly, PDF & Email
Les “êtres élémentaires”

La correspondance entre l’homme et l’univers – le microcosme et le macrocosme – est l’un des grands motifs qui parcourt, tel un fil rouge, toute l’oeuvre de Rudolf Steiner. Tout au long de ce cycle, il montre comment l’homme représente une vivante synthèse des forces universelles.

Autant il est facile de brosser un aperçu succinct des êtres physiques, autant il est malaisé de le faire avec cet univers immense des entités élémentaires, à plus forte raison lorsqu’on se tourne vers les ondines et le monde elfique des éthers de lumière et de feu. S’il est à peu près avéré que le monde elfique des esprits de l’air et du feu n’entretient que peu d’hostilité envers l’homme, il n’en va pas de même des esprits de la terre et de l’eau, des gnomes et des ondines, dont maintes catégories sont loin d’être bienveillantes, ainsi qu’il en est, par exemple, des entités de la mort et de la destruction qui sont paradoxalement les mêmes que celles qui président à la sexualité. D’une manière générale cependant, bénéfiques sont celles qui président aux règnes minéral et végétal, dangereuses et souvent malignes celles qui s’efforcent de s’approcher des règnes animal et humain.

  1. Gnomes (esprits de la terre/physique)
  2. Ondines (esprits de l’eau/liquide)
  3. Sylphes (esprits de l’air/gaz)
  4. Salamandres (esprits du feu/plasma)

Membres à part entière du monde astral, ces “êtres élémentaires” sont donc dépourvus de corps physiques perceptibles aux sens, seul un regard intérieur, au moins ouvert au monde imaginal suprasensible, pouvant, en effet, les percevoir : il n’est besoin pour cela – mais c’est une condition sine qua non – que de franchir le seuil de la conscience physique ordinaire*.

Le gnome est une petite créature humanoïde légendaire du folklore européen. Il est souvent confondu avec les lutins et les gobelins, qui comme lui font partie du « petit peuple ». Paracelse, au xvie siècle, l’inclut à sa liste d’élémentaires, en tant qu’élémentaire de la terre. Il est caractérisé par une très petite taille, une vie souterraine, et une grande connaissance des secrets telluriques. Désormais, le gnome s’est « folklorisé ». En langue anglaise, le nain de jardin est nommé garden gnome.

Steiner s’est efforcé de décrire le caractère spécifique de ces entités particulières que sont les Gnomes : « Ceux-ci s’enfoncent continuellement dans la terre, et toute la masse du globe n’est pour eux qu’un espace vide, pénétrable de part en part : ils y ont partout libre accès. Les roches, les métaux, ne sont pas des objets qui les arrêtent : ils se faufilent sans effort dans ce qui n’est pour eux qu’une sphère creuse, par un mode de locomotion qu’on peut difficilement définir dans notre langage humain. »

Merveilleuses formes et couleurs des diatomées microscopiques !

C’est l’ensemble du monde vivant qui se rattache à l’univers des êtres élémentaires : Ainsi le Gnome fuit-il comme la peste la proximité des amphibiens, grenouilles et autres crapauds dont ils redoutent de prendre la forme. De même l’Ondine craint-elle celle du poisson auquel elle redoute de s’enchaîner un jour. A contrario, c’est avec amour et sympathie que le Sylphe attache son vol à celui des oiseaux, et le Salamandre enflammé à l’univers léger des papillons comme aux courses éblouissantes des abeilles – car c’est ainsi qu’apparaissent les abeilles : petit être affairé, diligent, au centre d’une merveilleuse aura de lumière. L’initié païen des mystères de Diane savait encore pourquoi ses prêtresses portaient le nom d’ “abeilles” et pourquoi elles figuraient sur le corps de l’Artémis d’Ephèse.

alt

Lire Rudolf Steiner, Les Esprits des éléments, ou L’Homme dans ses rapports avec les animaux et les esprits des éléments, Ed. Triades.

http://anthroposophie.doc.pagesperso-orange.fr/pdf/Theosophie_RS_EP_1923.pdf

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.