Lithiases urinaires

 Cristal urinaire en microscopie

 Lithiases et pathologies des voies urinaires

La lithiase rénale ou calculs rénaux a une prévalence de 6 à 21 % selon les régions du monde. Il existe différents types de calculs rénaux. Ceux composés de sels de calcium et, notamment, d’oxalate de calcium représente environ 80 % des cas. Les calculs d’acide urique sont moins courants et représentent 10 à 15 % des cas. Ils sont fortement associés aux habitudes alimentaires ainsi qu’au syndrome métabolique, au diabète et à l’obésité. Ils affectent plus fréquemment les hommes et ont un fort taux de récidive. Globalement, sans traitement ni modification de l’alimentation, ils réapparaissent dans les cinq ans.

La principale cause de développement de calculs rénaux d’acide urique, qui correspond à la cristallisation de ce dernier, est la sursaturation de l’urine. Mais de nombreux facteurs importants interviennent également. Ainsi, par exemple, un pH urinaire en-dessous de 5,5, diminue la solubilité de l’acide urique. Les patients présentant des calculs rénaux ont effectivement un pH urinaire plus bas que celui de personnes en bonne santé. D’un autre côté, de nombreux individus en bonne santé peuvent avoir également un pH urinaire en dessous de 5,5 et une forte concentration d’acide urique sans pour cela avoir de calculs. Cela veut dire que d’autres facteurs entrent en jeu.

La crise de colique néphrétique : il s’agit d’un syndrome de stase et de sécheresse (en MTC on parle de “vide d’eau du rein “), parfois compliquée d’une inflammation, puis d’une infection des voies urinaires, pour lesquels on pourra utiliser :

Calcarea carbonica 200K 1 dose (convient à tous les types de lithiases)

+ faire en sous-cut. et renouveler éventuellement 2 à 3 fois par jour, dans la zone de projection de la douleur, une ampoule de : “Belladonna + Chelidonium + Oxalis acet. + Papaver som.” aa D4 (lab. Weleda), ou granules de CHU : “Oxalis comp.”.

—> Latéralité droite marquée (remèdes à prescrire par exemple en 9CH ou 200K) :

  • Lycopodium (al) … acide urique
  • Equisetum (si) ou Ocimum canum (ca) … cystite
  • Sarsaparilla (am) … avec eczéma fissuraire

—> Latéralité gauche marquée :

  • Berberis (al) … hématurie
  • Coccus cacti (ca) … cystite
  • Solidago (s) … lithiase phosphatique

—> Sans latéralité marquée :

  • Chamomilla (na) … hypersensibilité à la douleur, grande agitation
  • Colocynthis (mg) … douleur abdominale > plié en deux
  • Pariera brava (al) … oligurie et cauchemars
  • Tabacum (am) … tendance aux défaillances.

Le traitement de la maladie lithiasique :

* Urique dans 30% des cas (calculs radio-transparents) : patients avec une certaine tendance à l’obésité (« maladie des chasseurs et des pêcheurs » : réduire les aliments riches en purines et donnez de la vitamine A) et aux stases par défaut d’oxydation :

Lycopodium (al) surtout et les remèdes de la diathèse goutteuse : Benzoïcum acid., Lithium carb. et Uricum acidum

Mais pensez aussi à :

  • Sulfur et Urtica urens (s),
  • Sepia (mg) et Magnesia boro-citrica
  • Causticum et Sarsaparilla (am) … lithiase urique et oxalique
  • Thuya occ. et Thlaspi bursa pastoris (na) … règles abondantes, leucorrhée

* Phosphatique 40% des cas (« lithiase des alcooliques », donnez de la vit. C):

  • Calcarea phosphorica ou Phosphoricum acid. … urines d’aspect laiteux
  • Pensez aussi à : Saxifraga (al) oligurie, Solidago (s)…

* Oxalique dans 30% des cas (« lithiase des gros mangeurs » donnez de la vit. B2): conseillez à votre patient d’éviter les épinards, oseille, tomate, rhubarbe, haricots verts, cacao, chicorée, bettes, betteraves, cresson, framboises … qui favorisent la précipitation des sels de calcium (lait).

  • Calcarea oxalica ou Oxalicum acidum … soif, douleur en “rayons de roue”, aggravé en y pensant, douleur du cordon spermatique après avoir uriné.
  • pensez aussi à : Aloe (s) ou Sarsaparilla (am) …

La lithotritie extra-corporelle est une méthode de choix dans les calculs urétéraux. Le protocole comprend une à trois séances de 45 minutes pour un résultat de 80% de disparition de tout fragment, la taille du calcul n’influant pas sur le résultat. Les rares complications sont des fistules et des hémorragies de la voie urinaire (utilisez le CHU « Arnica comp. » ou TRAUMEEL).

NB. Une lithiase (radio-opaque) récidivante doit toujours faire évoquer le diagnostic d’hyper-parathyroïdie primaire. Dans ce cas, demander un bilan biologique minimum : hyper-calcémie (> à 2,5 mmol/l.) + phosphorémie basse (< à 1 mmol/l.) + calciurie des 24 heures élevée (> 4 mg/kg/jour).

Une vaste étude (“Nature Genetics” 28 juin 2009, Thoreifsson et coll.) d’association génomique sur plus de 3700 personnes ayant eu des calculs rénaux, a permis d’identifier un gène (CLDN14) qui confère un risque accru de lithiase rénale et de perte osseuse (hypercalciurie idiopathique). Le calcium est le composant clef de la plupart des calculs rénaux (80%) et de l’os. Les autres types de calculs (acide urique, phosphate ammoniaco-magnésien et cystine) sont beaucoup moins fréquents.

Homéopathie complexiste (lab. Heel) :

  1. BERBERIS HOMACCORD … lithiase (Berberis D2/D10/30/200 / Colocynthis D10/30/200 / Veratrum D10/30/200)
  2. POPULUS Compositum … si infectée (Apis D3 / Cantharis D3 / Capsicum D3 / Populus TM / Sabal serulata TM / Orthosiphon D3 / Equisetum / Uva ursi D3 / Terebenthina D6 … )
  3. Avec : ATROPINUM Compositum ou SPASCUPREEL … remèdes des spasmes des voies urinaires.

Controlez la présence de polypes vésicaux :

L’existence de tels polypes est révélée le plus souvent par une hématurie sans douleur ni fièvre. L’urologue doit d’abord éliminer les autres diagnostics possibles : lithiase, tuberculose, néoplasie. Ceux-ci sont récidivants (d’évolution typiquement sycotique) :

  • Thuya occ. + Teucrium scorodonia (si) … les néo-formations uro-génitales (BNS conseillé)
  • Avec, si saignements persistants : Phosphorus + Sanguinaria nitrica (ph).

Phytothérapie : les infusions d’Aubier de Tillieul qui lèvent le spasme et favorisent la diurèse.

Si vous souhaitez réaliser un BNS12 ou 24, cliquez sur ce lien : www.mybiobox.com

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.