Psychologie (Sémiologie chap.14)

Séméiologie psychiatrique

EchelleEmotions

La dynamique de l’adaptation est importante ++

Langage :

  • Logorrhée : excès de parole
  • Mutisme : refus de parler (mélancolique – schysophrène)
  • Bégaiement
  • Palilalie : répétition itérative d’un mot
  • Echolalie : répétition du dernier mot
  • Soliloquie : parle tout seul
  • Délire verbal : contenu anormaux des discours (souvent accompagné d’hallucination)
  • Fabulation : mythomanie (déséquilibre banal chez les petits enfants)

 

Mémoire :

Hypermnésie : déroulement accéléré des souvenirs lors de la prise de « stimulants » (?!)

Amnésie : perte des souvenirs, peut être le premier symptôme d’un état démentiel, exemple : syndrome de Korsakoff (déficit en vitamines B de l’alcoolisme chronique)

 

Perception :

Hallucinations sensitives de type divers (odorat, visuelles, auditives, tactiles …)

 

Alimentation : Anorexie mentale / Boulimie (sujet traité dans le chapitre digestif)

 

Psychomotricité :

  • Ralentissement psychomoteur ou au contraire agitation psychomotrice (THADA ?)
  • Impulsion : actes brusque imprévisible agressif (exemples : cleptomanie = impulsion à voler / exhibitionniste = impulsion à monter ses organes génitaux)
  • Stéréotypies : mouvements répétés indéfiniment (assez typique des psychoses)
  • Dyskinésies : mouvements involontaires de rythme régulier
  • Tics : obsession du mouvement, manifestation d’un conflict intra-psychique
  • Discordance idéomotrice

NB. Quand on ne verbalise pas une contrainte psychologique, le corps parle … et quand il parle, il fait mal !

 

Sexualité :

Rechercher surtout les perversions sexuelles, caractérisées par l’anomalie du choix du partenaire, ou des moyens de satisfaction

Dysfonctionnements :

–       chez l’homme = impuissance, éjaculation précoce,

–       chez la femme = frigidité, dyspareunie (rapports douloureux), le vaginisme (refus de pénétration)

 

Sommeil :

Insomnie :

  • endormissement : mal à “débrancher”, excitation
  • réveil nocturne : premier signe de dépression
  • totale : sécheresse tissulaire (trouble stéroïdien)

 

Troubles sphinctériens :

  • Enurésie : miction involontaire nocturne
  • Encoprésie : défécations semi volontaires, diurne
  • Incontinence (chez les vieux)

 

Névroses troubles commun du contrôle social :

–       N. d’angoisse : anxiété sans cause, perte de contrôle

–       N. phobique : crainte angoissante en confrontation du sujet
agoraphobie – claustrophobie – phobie d’impulsion (crainte de blesser quelqu’un, de se jeter dans le vide …), hypochondrie : personne persuadée d’avoir une maladie

–       N. obsessionnelle : mental envahit par des idées obsédante (handicapant si plus d’1h par jour) rituel de vérification, de conjuration de sort, alimentation …

–       N. hystérique : se mettre en avant, théâtralisme

MaladiePsy

 

Psychoses (trouble grave, car le sujet contrôle mal ses pulsions) :

L’autisme  et ses différents aspects :

Schizophrénie : trouble de la cohérence de la pensée, se coupe du monde extérieur, se retire dans un monde intérieur avec négativisme et ambivalence affective.

Psychose paranoïde : idées de persécution

Syndrome dissociatif : discordance idéo-motrice avec mouvements répétés et anomalies du discours

Psychose maniaco-dépressive (bipolarité)

Délires :

  • Hallucinations : perception sans objet
  • Interprétations : jugement faux à partir d’une perception exacte
  • Intuition : révélation brusque d’une vérité qui envahit le sujet
  • Imagination : production d’une riche fantasmagorie sur des thèmes magique et mythiques
  • Mégalomanie : orgueil démesuré et idées de grandeur
  • Les thèmes passionnels : délire organisé autour d’une idée prévalente (jalousie, érotomanie)

Troubles de l’humeur :

Episode dépressif, tristesse douloureuse, sensation d’échec, culpabilité, désintérêt du monde extérieur et activité social, baisse des performances intellectuelles, anorexie, fatigue matinale, constipation. Deux formes :

–       Dépression réactionnelle : après un épisode quelconque (deuil, licenciement, changement de poste)

–       Dépression d’involution, lié à l’âge ou à une affection évolutive

Episode maniaque : humeur expansive, joie, tristesse, chants, rire, vêtements extravagants ou dénudation, idée de grandeur et de toute-puissance, suppression de censure morale.

Excitation psychomotrice : fuite des idées, avec logorrhée et graphorrhées, jeux de mots, calembours ; hyperactif, le maniaque déborde de projets…

 

Tout ça est compliqué par le fait qu’ils prennent des drogues, de l’alcool… Le trouble à long terme est souvent un déficit mémoriel et dépendance.

NB. 15 à 20 % des patients qui viennent nous consulter sont dans ces catégories !

 

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.