Régime cétogène

Régime cétogène : Ce qui se passe quand vous renversez la traditionnelle « pyramide alimentaire » !

Le régime cétogène est un régime riche en graisses (75 % de calories au minimum) et très pauvre en glucides (2 %). Le reste sont des protéines.

Ce régime est bien connu de la médecine. Il est utilisé depuis les années 1920 pour les enfants épileptiques qui ne répondent pas aux traitements classiques. Le but est de mimer les effets du jeûne, dont on avait observé qu’il diminuait la survenue des crises. Et en effet, le régime cétogène est efficace pour diminuer les crises d’épilepsie, de 50 % environ. Dans 15 % des cas, les crises disparaissent [1]. Le régime dure alors seulement quelques jours. Il nécessite toutefois une hospitalisation. Un suivi constant est nécessaire, car le patient développe en général un phénomène de « grippe cétogène ». Il peut souffrir de nausées, d’une soif intense, de céphalées (mal de tête), fatigue, fièvre, déshydratation, hypoglycémie.

On en connaît donc très bien les effets et les dangers. Lorsque ce régime est pratiqué chez soi, sur le long terme (pour maigrir par exemple), il provoque en plus un risque de calculs rénaux (cailloux dans les reins, très douloureux). Mais le plus grave danger est de provoquer une « acidose métabolique », en particulier chez les patients diabétiques de type 1. C’est un problème qui peut entraîner des insuffisances rénales et des œdèmes cérébraux (mortels) [2].

Enfin, la diète cétogène entraînera une dénutrition liée au manque de fibres, vitamines, antioxydants et minéraux, liée à l’absence quasi-totale de légumes, fruits, légumineuses et céréales, même complètes. Une supplémentation nutritionnelle est indispensable : potassium et magnésium, vitamines hydrosolubles (B et C), fibres (sous forme de psyllium par exemple).

Depuis 10 ans environ, le régime cétogène est à la mode aux USA pour d’autres maladies : obésité, cancer, diabète, Alzheimer et maladies inflammatoires comme l’arthrose et le psoriasis, principalement. La mode arrivant en Europe, un point est nécessaire.

Avantages du régime cétogène :

Un régime cétogène bien géré comporte bien des avantages, en particulier celui de n’imposer aucune restriction calorique. Cela veut dire que vous pouvez manger autant que vous voulez, tant que vous respectez les aliments autorisés et interdits. Le régime cétogène est très efficace pour perdre du poids : il fait plus maigrir que le régime sans sucre [3].

Une étude publiée dans la revue scientifique The Lancet montre que ce n’est pas tant le fait de ne pas manger de sucre qui expliquerait le phénomène, mais le fait que le patient, bien souvent, préférera ne rien manger que de suivre son régime !! [4]

Non seulement il est écœuré par la graisse qu’il absorbe. Mais les nausées et vomissements associés au régime cétogène le dissuadent encore plus de manger. La perspective de ne pouvoir manger que des graisses vous détourne de la nourriture car vous n’en attendez plus aucun plaisir. C’est donc un régime qui met à l’épreuve votre force morale et votre détermination !

Ne vous réjouissez pas trop vite quand vous verrez vos kilos disparaître, au début. C’est essentiellement de l’eau que vous perdez pendant les deux premières semaines. Vous commencez par brûler vos réserves de « glycogène », qui sont de grosses molécules de glucides (48 premières heures). Or, chaque gramme de glycogène est lié à 3-4 grammes d’eau dans l’organisme. Vous perdez donc du poids très rapidement, mais l’essentiel provient de la déshydratation. Pour obtenir un effet réel sur la masse grasse, il faudra continuer le régime.

Hausse des performances sportives

Les études montrent que les sportifs peuvent augmenter leurs performances avec un régime cétogène. Le temps de récupération est raccourci.

Effet sur le diabète de type 2

Le régime cétogène permettrait d’activer les gènes régulant la croissance des cellules bêtas des îlots de Langerhans, responsables de la production d’insuline dans le pancréas. On observe, après 4 mois, une diminution du taux d’hémoglobine glyquée (HbA1c), une mesure essentielle des effets néfastes du diabète, et un meilleur contrôle de la glycémie chez les patients diabétiques [5].

Pour ces raisons, le régime cétogène est parfois préconisé contre le diabète, bien que des études montrent que les effets positifs disparaissent sur le long terme (1 à 2 ans) [6].

Cancer, Alzheimer et Parkinson

Enfin, la diète cétogène est parfois recommandée contre le cancer (surtout pour diminuer les effets secondaires de la chimiothérapie), contre l’Alzheimer et la maladie de Parkinson. Dans les trois cas, la logique est la suivante : la diminution du glucose, et la présence de corps cétoniques, serait bénéfique contre ces maladies, comme dans le jeûne.

En effet, les corps cétoniques seraient particulièrement appréciés par le cerveau. Ils seraient, en revanche, inutilisables par les cellules cancéreuses, qui sont très gloutonnes en glucose, mais incapables de métaboliser (consommer) les cétones [7]. Le régime cétogène affamerait donc les tumeurs cancéreuses. Il s’agit toutefois d’une hypothèse, non d’un remède miracle, évidemment.

Les défis du régime cétogène

Le défi principal du régime cétogène est le même que celui de tous les régimes très restrictifs :

  1. Difficulté à tenir sur le long terme : l’extrême monotonie de ne manger quasiment que des graisses augmente progressivement le désir de manger des choses « normales ». Votre volonté, votre force morale, sont mises à l’épreuve. Seules les personnes très solides, qui parviennent à se passer presque totalement des plaisirs de la table, supportent sur le long terme un tel régime
  2. Difficultés d’une vie sociale épanouie : avec le régime cétogène, il devient difficile d’accepter une invitation à dîner chez des amis ou au restaurant. Les repas de fête sont exclus. À moins de ne vivre qu’avec des personnes qui suivent ce régime également, on mangera seul la plupart du temps.

La liste des aliments interdits est impressionnante :

  • Le sucre et tous les produits sucrés
  • Les céréales, pain, pâtes, pommes de terre, légumineuses et tous les féculents
  • Les gâteaux, pâtisseries, viennoiseries, biscuits
  • Tous les fruits, sauf les baies
  • Tous les légumes « sucrés » : betterave, maïs, carotte, etc.
  • Les fromages à pâte molle et fromages frais
  • Le chocolat, le miel, confitures, sirop
  • Les jus de fruits, jus de légumes et boissons gazeuses
  • Les sauces sucrées, ketchup en particulier
  • Le lait et les yaourts, y compris à base de laits végétaux (soja, amande, etc.)
  • Yaourts aromatisés, compotes de fruits sucrées et autres desserts.

Le régime cétogène est sur le podium des approches nutritionnelles alternatives qui génèrent le plus d’histoires « miraculeuses ». On parle de personnes ayant guéri de maladies inguérissables. De gens qui ont vu tous leurs symptômes disparaître, sans prendre aucun médicament.

Avec un bon suivi, il est possible de vivre correctement avec le régime cétogène. Même si c’est un régime plutôt réservé aux caractères bien trempés, c’est une solution à essayer quand vous êtes dans une impasse thérapeutique. Mais, dans la mesure où une personne avertie en vaut deux, vous avez d’autant plus de chances de réussir votre régime cétogène, si vous souhaitez tenter l’aventure.

Sources :

[1] François, 2003 ; Bodenant, 2008.
[2] https://www.chuv.ch/fileadmin/sites/cms/documents/le_re__769_gime_ce__769_toge__768_ne_final.pdf
[3] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5048014/
[4] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15351198
[5] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5048014/
[6] https://www.revmed.ch/RMS/2017/RMS-N-565/Dietes-cetogenes-la-solution-miracle
[7] Abdelwahab, 2012
A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.