Remèdes de la perte de poids

Print Friendly, PDF & Email

Remèdes de la perte de poids

Les remèdes allopathiques «classiques» :

Les amphétamines (Ordinator® …)

Nous ne ferons que rappeler l’usage immodéré des « coupe-faims », apanage des traitements du surpoids d’il y a trente ans : ces dérivés des amphétamines (eux-même proches de la cocaïne), dont l’abus a malheureusement conduit de nombreux patients à l’hôpital psychiatrique pour des états d’hyperexcitation ou de dépression. Pire encore, ceux-ci étaient parfois associés à des extraits thyroïdiens et à des diurétiques qui – s’ils donnaient des effets spectaculaires au niveau du poids (perte de masse musculaire et d’eau) – favorisait des rebonds tout aussi étonnants !

Les Sérotoninergiques (Isoméride® ou Redux®)

Leur effet antidépresseur les a fait utiliser pour réduire le grignotage, les trois premiers mois d’un régime. Nous le déconseillons à cause du risque (rare il est vrai) d’induction d’une HTA pulmonaire.

La Sibutramine (Sibutral®/ Réductil®)

Inhibiteur de la recapture de la noradrénaline et de la sérotonine), classe thérapeutique voisine des précédents mais mieux supportée, elle permet de renforcer la sensation de satiété. Elle a surtout fait ses preuves pour limiter la reprise de poids à la fin d’un régime.

L’Orlistat (Xenical®)

Ce remède (cher) inhibe les lipases intestinales, ce qui réduit de 30% la digestion des graisses. Le résultat escompté est de moins 5% du poids à 3 mois pour plafonner environ 10% à 6 mois. Nous le déconseillons pour les diarrhées huileuses qu’il ne manquera pas de provoquer au premier écart.

La Medformine (Glucophage®)

Cette biguanide présente un intérêt certain chez les patients souffrant d’un diabète gras, en réduisant les hypoglycémies et les épisodes de fringale (attention néanmoins aux effets secondaires !).

La Gastroplastie : il s’agit de la pose d’un anneau ajustable par laparoscopie, afin de créer un “petit estomac” (réduit à 250 cc). Initialement indiquée dans les “obésités morbides” (IMC supérieur à 40), cette “solution chirurgicale” a le vent en poupe : 90% de taux de satisfaction, avec perte moyenne de 30 Kg. en six mois = 20 000 interventions en France en l’an 2000 … mais elle n’est pas sans risques : dans près de 25% des cas, il peut y avoir des complications ou la nécessité d’une ré-intervention ! Elle permet d’éluder – un temps seulement – les problèmes psychologiques et diététiques non résolus … qui ne tarderont pas à réapparaître dès que l’anneau sera enlevé !

3 types d’interventions sont proposées :

  1. L’anneau gastrique est une technique recommandée pour les personnes souffrant d’obésité sévère. La pose d’un anneau modulable permet d’obtenir une perte de poids durable en obligeant le patient à changer radicalement son comportement alimentaire. Cette opération est recommandée aux adultes de 18 à 55 ans ayant consécutivement subi plusieurs tentatives d’amaigrissement et qui souhaite une intervention réversible.
  2. L’intervention de la Sleeve gastrectomie consiste à retirer une grande partie de l’estomac, pour former un tube.La quantité d’aliment et la vitesse d’absorbtion sont réduites drastiquement et de manière définitive. La perte de poid est durable et importante et oblige le patient à modifier son comportement alimentaire.
  3. L’intervention du bypass gastrique consiste à réduire le volume de l’estomac et à modifier le circuit alimentaire.Les aliments ne passent plus par l’estomac et la partie supérieure du tube digestif, ils vont directement dans la partie moyenne de l’intestin grêle. Comme le Sleeve la quantité ainsi que la vitesse d’absorbtion est radicalement changée, la perte de poids est importante et radicale.

Les opérations de chirurgie bariatrique, la sleeve, le bypass et l’anneau gastrique, peuvent permettre de perdre de 20 à + de 50 kg pendant la première année après l’opération. La perte de poids est progressive et durable sur une période de 12 à 18 mois.

 

L’avenir thérapeutique : La découverte d’une hormone : la Leptine, sécrétée par les adipocytes, aux effets satiétogènes, semblait ouvrir une formidable voie thérapeutique pour le traitement du surpoids. Les souris dépourvues de Leptine sont hyperphagiques, un traitement d’un seul mois leur fait perdre 40% de poids ! Or les résultats du premier essai contrôlé d’administration de Leptine recombinante à des obèses ont été décevants, car seules les fortes doses ont eu un effet (modéré) sur les prises alimentaires.

 

Du côté des “médecines douces“, de nombreuses plantes sont proposées. Malheureusement, presque toutes ont un effet faible, nul ou contraire. Citons parmi celles-ci :

  • le Konjac, mucilagineux, qui en gonflant dans l’estomac peut augmenter la sensation de satiété,
  • les plantes diurétiques (ex.: Piloselle, Solidago …) qui jouant sur le volume d’eau donnent l’impression d’une perte de poids (aussitôt repris !)
  • les plantes à effet hormonal (ex.: le Fucus, riche en iode) qui auront un fugace effet hyperthyroïdien
  • les plantes proposées par le BNS peuvent au contraire se révéler intéressantes, car choisies sur des critères biologiques, elles compensent assez spécifiquement et en micro-dose (10 à 30 gouttes de 1 DH/jour) les phénomènes qui accompagnent la prise de poids. Parmi celles-ci, citons quelques hypoglycémiantes (Arctium lappa, Juniperus communis Nepeta cataria…), quelques hypolipémiantes (Caltha palustris, Lonicera caprifolium …) et des psychosédatives (Melissa off., Passiflora, Valeriana …).

 

Notons aussi l’effet sasiétogène et détoxifiant de la SPIRULINE, cyanobactérie de forme cylindrique et hélicoïdale, longue d’un demi-millimètre. Cette poudre verte, au léger goût de champignon, contient plus de protéines, de fer, de vit. A et d’acide gamma-linoléique que tout autre aliment. Il en existe 1500 espèces, qui vivent dans les eaux saumâtres (pH de 8 à 11) et chaudes (de 25 à 40°). Ce sont des procaryotes (pas de noyau distinct), condiment traditionnel dans plusieurs endroits du monde (lac Tchad, Mexique …). Elle contient :

  • tous les acides aminés essentiels (65% de protéines contre 35% au soja et 22% à la viande maigre) et les bases puriques (ADN et ARN),
  • de nombreuses vitamines, surtout : A, B1, B2, B3 (PP), B12, E et K,
  • de nombreux minéraux : Calcium, Potassium, Phosphore, Fer, Magnésium, et oligo-éléments : Chrome, Cuivre, Manganèse et Zinc, traces de Sélénium,
  • des acides gras, surtout : linoléique et gamma-linoléique (w 6 = pré-prostaglandines PGE2),
  • des pigments : bleu (phytocyanine), vert (chlorophylle) et rouge (béta-carotène),
  • des enzymes (la SOD), quelques glucides (22%) et des fibres (8 gr./100 gr.).

Ses propriétés antioxydantes et de nutriment réparateur l’ont fait utiliser dans :

  • Les pathologies de surcharge = perte de poids (- 1,4 kg/mois), amélioration des pics hyperglycémiques et baisse du cholestérol (-6% de cholestérol LDL) cf. évaluation de la FDA en 1986. Baisse des HTA.
  • Chélateur des métaux lourds (restaure l’épuration rénale du Cadmium, du Plomb et du Mercure) et correcteur de l’anémie (richesse en fer) : fumeurs, femmes sous pilule, sportifs …
  • Stimulant de l’immunité.
A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.