Stannum

Print Friendly, PDF & Email

Stannum metallicum

« L’épuisement physique, psychique et immunitaire »

C’est l’étain métallique, métal blanc gris légèrement bleuâtre, insoluble dans l’eau et l’alcool.

En raison de sa densité élevée et de son élasticité pratiquement nulle, le plomb, sous forme de feuilles laminées, constitue un matériau de choix comme écran contre la propagation des ondes sonores. Il offre également une protection efficace contre les rayonnements électromagnétiques, notamment les rayons X et les rayons γ. Parfaitement imperméable à l’eau, il est utilisé comme gaine pour les câbles sous-marins à haute tension électrique.

Ce polycrest « oublié » de la plupart des auteurs est un métal paradoxal. En physiologie humaine, l’étain est l’oligo-élément activateur de la gastrine.

 

Toxicologie aiguë à l’état de traces, son action est assez proche du silicium, mais purement spasmodique et toxique = gastro-entérite, convulsions puis

paralysies motrices et respiratoires. Seule utilisation allopathique de l’étain colloïdal : vermifuge  et anti-staphyloccocique, plus récemment dérivés

organo-métalliques aux propriétés insecticides et fongicides .

 

Problématique :  « Le paradoxe » = immobilisation  (hypoadaptabilité —>  bloqué) + rejet de la nouveauté (Mercurius), surcompensation  (orgueil = Aurum) sur fond d’épuisement progressif (Phosphorus).

 

Psyché : Recalé à l’examen de la vie, ce fanfaron épuisé, désespère de guérir et se résigne à la mort.

Extrême faiblesse avec crampes, douleurs ondulantes, inadaptation et orgueil –> dépression

 

Soma : L’épuisement, une symptomatologie d’intoxiqué chronique 

1/ état hémorragipare vers une anémie progressive : inapte à tout effort, la peau est semblable au cuir, maigre, pâle, les yeux brûlants, sa fatigue est sans équivalent… Frilosité (Arsenicum alb., Plumbum…), avec sensation de « vide interne ». Sueurs nocturnes importantes dans la fièvre (ex. : tuberculose, HIV en réactivation…).

2/ catarrhe irritatif chronique des muqueuses : enrouement / laryngite des chanteurs, acteurs, professeurs… quintes de toux dès qu’ils se mettent à parler. Chaque refroidissement se localise sur les bronches = accumulation de mucus dans la trachée, dyspnée avec toux grasse et expectoration abondante : « Atteinte élective de l’appareil respiratoire  » (P. Kollitsch), cf. cas de DDB ou d’anciens tuberculeux qui se plaignent de refroidissements fréquents, grippes et troubles bronchiques récurrents.

Épisodes de diarrhée sur fond de constipation (Plumbum). Leucorrhées jaunes et sueurs profuses.

C’est le remède de la matière médicale qui se rapproche le plus des états d’immuno-déficience grave (exemple : tuberculose évoluée, le SIDA en particulier !).

3/ parésies du système nerveux périphérique : « Extrême faiblesse avec crampes » (Nash).

Céphalées, névralgie du trijumeau : c’est le « mangeur d’aspirine », dysménorrhées…. « Abondance de douleurs » (Kent).

NB. Tout est jaune dans Stannum,  le teint est jaune cuivré, la langue, les crachats, la leucorrhée… (jaune = couleur de la rate)

Modalités : < tout effort ou émotion

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.