Tabernanthe iboga

alt

TABERNANTHE IBOGA 

Arbuste africain de la famille des apocynacées, dont les racines possèdent des effets psychotropes. Son usage est traditionnel dans certaines tribus : pendant le rituel « bwiti » dans les tribus gabonaises, camerounaises et congolaises, le néophyte, invité à mâcher des racines, doit ensuite faire le récit de ses hallucinations qui peuvent affecter les cinq sens.  

NOM FRANCAIS : Iboga 

INDICATIONS : Effet psycho actif proche des IMAO.  

Au Gabon français, entre les année 1940 et 70 à Lambaréné, sous la tutelle et les conseils du Dr Schweitzer, l’ibogaïne était titrée à 8mg par jour et par personne, et utilisée pour soigner :
→ les infections,
→ la fatigue, le stress, la dépression,
→ et soutenir la rémission de toute sorte de maladies.

L’Iboga fait l’objet de plusieurs brevets américains, dont ceux de Howard Lotsof en 1985, 1986 et 1989. Ce médecin affirmait pouvoir sevrer les toxicomanes de leur dépendance grâce à cette plante. Attention : en Europe, l’Iboga est classé comme stupéfiant depuis 1997 !

L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) relevait d’ailleurs à cette époque, non sans parti pris, que l’iboga semblait : « se développer dans le cadre d’activités sectaires au travers de séminaires de « revalorisation de soi » et de « voyage intérieur », tout en insistant sur le fait que que la plante faisait l’objet d’une « promotion active » sur Internet.

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.