Toux coqueluchoïdes

Coqueluche et toux coqueluchoïdes

La coqueluche est une maladie infectieuse, due à Bordetella pertussis (isolé en 1906), encore responsable de 500 000 décès par an dans le monde. En Europe, la morbidité coquelucheuse reste faible. La vaccination, qui a 50 ans (1959 – Vaxicoq), a été récemment améliorée (vaccin acellulaire – Repevax). La couverture des nourrissons est de 98%, mais elle pose deux problèmes pratiques :

 –> Les formes graves de la maladie surviennent avant l’âge de 6 mois, alors que la synthèse d’AC vaccinaux par le petit enfant n’est réellement efficace qu’à partir de 4 mois ! On observe actuellement en France 2500 cas par an (surtout chez l’enfant de moins de 3 mois),

–> 30 % des cas (900 cas observés en France) surviennent chez des sujets adultes anciennement vaccinés, la maladie elle-même n’étant immunisante qu’une dizaine d’années (c’est environ 10% des toux chroniques de l’adulte) !

Diagnostic différentiel d’une toux paroxystique : rhinorrhée postérieure, asthme, hypersensibilité médicamenteuse (ex.: certains hypotenseurs), reflux gastro-œsophagien (Asa foetida), une dilatation des bronches, Tuberculose, tumeur ou œdème pulmonaire …

L’encéphalite coquelucheuse est fréquente et grave par ses séquelles neurologiques, une broncho-pneumonie survient dans 12 % des cas. La vaste diffusion de la vaccination a fait évoluer la réalité clinique vers des “toux coqueluchoïdes “…

 

 

 

 

 

 

 

INCUBATION… Pertussinum 9 ch, en période épidémique (avant ou après … jamais pendant !)

INVASION …

  • Aconit (s) … suite de coup de froid sec, les 48 premières heures, après s’abstenir !…
  • ou Dulcamara (na) … suite de coup de froid humide, de brouillard.

1er jour : La pharyngite

Le nez = Sambuccus (cu) … coryza sec, nez obstrué -> quintes, sueurs

La gorge =

  • Belladonna (ca) … congestion céphalique, agitation, toux sèche douloureuse, avec sueurs et soif
  • Mercurius … langue chargée, amygdales douloureuses, expectoration purulente

2 ème jour : La trachéite (quintes avec nausées)

Toux coqueluchoïde : paroxystique et quinteuse, parfois se terminant avec vomissement, peu de fièvre et pas d’autres signes respiratoires.

  • Bromum (io) … toux suffocante, > par les boissons froides
  • Coccus cacti (ca) … mucosités filantes “comme du blanc d’œuf”, en fin de quinte. aggravé à 22 h et au réveil, mais pas la nuit. Nausées en se brossant les dents.
  • Corallium rubrum (ca) … quintes soudaines suffocantes pas de signes auscultat. jour et nuit, aggravé après minuit
  • Cuprum aceticum ou Cuprum arsenicosum … toux, cyanose et hoquet, amélioré en buvant froid et aggravé la nuit
  • Drosera (cu) … le malade tient son ventre pour tousser : toux paroxystique aggravé par la chaleur de la chambre, nocturne (après minuit). Ganglions cervicaux +
  • Rumex (am) … quintes aggravées à l’inspiration d’air frais
  • Spongia (io) … toux sifflante, laryngite striduleuse, > par les boissons chaudes

Les 4 remèdes du spasme glottique (Nash) =

  • Arnica … spasme avant la toux -> “prévoit sa quinte”
  • Moschus … aggravé par le froid, élancements douloureux thoraciques.
  • Mephitis (cu) … toux sèche surtout la nuit, toutes les 2 heures
  • Hydrocyanicum acidum … cyanose )

Toux sèche :

  • Bryonia alb. … douleurs thoraciques, peu de mucus, aspect de pleurite, soif ++, aggravé au mouvement
  • Arum triphyllum (si) … coryza et enrouement (laryngite + +), toux douloureuse, râles bulleux, langue rouge “framboisée”, se “pèle les lèvres”, température à 40 °
  • Ferrum phosph. … température 38°, toux sèche, expectoration rouillée.

ETAT … 5 / 7ème jour

Toux grasse :

  • Ipeca (ph) … “sibilants”, toux suffocante avec langue propre, vomit, saigne, irritation du vague (comme Antimonium)
  • Kalium bichromicum … le plus glaireux, aggravé le soir ou 3 h du matin et après avoir mangé ou bu
  • Hydrastis (ka) … bronchorrhée jaunâtre, aggravé à l’air froid
  • Graphites … “décrocheur de glaires “, toux et enrouement pendant les règles (+ dermite ?).

La toux peut être grasse et le malade ne tousser que rarement : Causticum, Conium (au), Kalium sulf., Phosphorus, Sepia

FORMES GRAVES … grâce au remède similimum nous avons de bonnes chances de guérir une pneumopathie aiguë et d’éviter l’évolution vers une bronchite chronique :

  • Phosphorus 200K … toux épuisante (hémoptisie ?) + enrouement le soir –> hépatisation ?
  • Ammonium carbonicum … hypoxie et nez obstrué + + +
  • Carbo vegetalis … patient épuisé, cyanotique, aggravé à la chaleur

L’EVOLUTION ASTHMATIFORME :

  • Antimonium tartar. (as) … toux suffocante : patient encombré, râles + +, expectoration difficile, amélioré assis bien calé, vomissements avec langue blanche, sueurs froides.
  • Arsenicum album … asthme de l’enfant (et adulte), 1 h du matin.
  • Arsenicum iodatum … toux productive qui revient périodiquement, aggravé par la chaleur.

SI TRAINE …

  • Kalium carbonicum … asthme de l’enfant, pire à 3 h du matin.
  • Lachesis … toux sèche avec constriction de la gorge.
  • Stannum … toux violente avec mucus jaunâtre, aggravé le matin

CONVALESCENCE

  • Pulsatilla 4/5 CH … fin de bronchite : la toux mûrit (attention à l’otite)
  • ou Kalium sulfuricum … température oscillante, toux grasse le jour et sèche la nuit
  • ou Sanguinaria canad. … coqueluche traînante, fond allergique (si Drosera ne donne rien)

Nosodes (chronicité) : doses en 200K

  • Pertussinum … raccourci l’évolution et évite les rechutes
  • Aviaire ou Tub. K deux doses à 15 jours d’intervalle

Pensez aussi à :

  • Influenzinum … toux chroniques suite de vaccin grippal.
  • Morbillinum … toux chroniques suite d’état éruptif (ou vaccin ROR !)

 

De nombreux complexes homéopathiques regroupent ces remèdes :

Dr. Reckeweg® R 9 Jutussin … utilisé en cas de toux, coqueluche, bronchite, asthme bronchique, expectorant des bronchites chroniques (Belladonna D4, Bryonia D3, Ipeca D6, Corallium rubrum D12, Cuprum aceticum D12, Coccus cacti D6, Drosera D4, Spongia D6, Sticta pulmonaria D4, Thymus vulgaris TM)

Et chez le lab. Heel : Husteel, Tartephedreel, Drosera-homaccord 

Sérothérapie (sérum equi 4 CH) : « SRE » et « Pulmo-neural » alternés

 

A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.