Tremblements

Print Friendly, PDF & Email

Tremblements

Les tremblements (En MTC = “Vent du Foie” sur “vide de QI” ou “Glaires”) ont des causes diverses :

• Le tremblement cérébelleux = tremblement intentionnel (d’action), encore appelé “tremblement essentiel“. C’est une maladie neurologique fréquente qui se traduit par des tremblements incontrôlables lors des mouvements ou du maintien actif d’une posture. Mal connue du grand public, cette maladie invalidante peut provoquer un handicap social et une stigmatisation des personnes touchées. On estime que 300.000 Français souffrent de tremblement essentiel, ce qui en fait la cause de tremblement la plus fréquente. Si la grande majorité de ces personnes ont plus de 50 ans (5 % des plus de 65 ans en souffrent), environ 16.000 personnes de moins de 40 ans en souffrent également.

Les tremblements provoqués par cette maladie se déclenchent lorsque la personne maintient une posture qui n’est pas une posture de repos (tremblement postural). Le tremblement essentiel peut affecter les mains, les mâchoires, le menton, la tête et le cou, plus rarement le tronc. Il touche rarement les jambes. Lorsque le tremblement essentiel affecte les cordes vocales, la voix devient chevrotante. Le tremblement essentiel touche les côtés droit et gauche du corps, mais pas forcément avec la même sévérité.

Les symptômes du tremblement essentiel peuvent apparaître chez les enfants et les adolescents (forme rare). Dans ce cas, ces symptômes se stabilisent à l’âge adulte et recommencent à lentement s’aggraver au-delà de 50 ans. Dans la vaste majorité des cas, le tremblement essentiel apparaît progressivement après l’âge de 55 ans et continue à lentement progresser tout au long de la vieillesse.

Le tremblement essentiel est une maladie familiale, c’est-à-dire une maladie due à certaines modifications du code génétique. Récemment, une mutation directement liée au tremblement essentiel a été identifiée au niveau d’un gène situé sur le chromosome 3. Ce gène est responsable de la fabrication par les cellules nerveuses d’un récepteur membranaire sensible à la dopamine (un messager chimique du cerveau). La mutation identifiée rend ce récepteur (dit D3) hypersensible à la dopamine. Cette découverte est importante pour la mise au point d’un traitement spécifique contre le tremblement essentiel. Parce que chacun d’entre nous possède deux chromosomes 3, cette mutation peut être présente sur l’un ou les deux de ces chromosomes. La sévérité du tremblement essentiel semble plus importante lorsque la mutation est présente sur les deux chromosomes 3.

La mutation du récepteur D3 n’est probablement pas la cause de toutes les formes de tremblement essentiel. D’autres mutations pourraient expliquer d’autres formes de cette maladie. En effet, il semble que la mutation du récepteur D3 ne soit présente que chez environ la moitié des personnes touchées.

D’autres causes ont été évoquées : un traumatisme, une dégénérescence cérébelleuse (SEP, lésions vasculaires), une tumeur du cervelet… 

Il n’existe pas de test spécifique pour diagnostiquer le tremblement essentiel. Pour établir son diagnostic, le neurologue demande à son patient d’effectuer certains tests :

  • des tests destinés à mettre en évidence les tremblements d’action (écrire, dessiner une spirale, se servir un verre d’eau, etc.) ;
  • des tests destinés à mettre en évidence les tremblements posturaux (par exemple, placer ses index face à face à hauteur de la poitrine).

Le médecin doit éliminer d’autres causes de tremblements :

  • la maladie de Parkinson (où les tremblements sont présents au repos) : voir ci-dessous
  • les maladies de la thyroïde (tremblement fin des extrémités) : iodum
  • l’alcoolisme ou l’excès de caféine : Absinthium, Coffea, Nux vomica, Tabacum
  • par les métaux et maladies professionnelles ou iatrogènes : Mercurius, Plumbum
  • les effets indésirables de certains médicaments, etc…
  • Suite de maladies infectieuses : Scutellaria gal. (io) … post grippal, Zincum … après maladie grave (typhoïde …), les pieds en mouvement.
  • après vaccination (stock-nosode) : Tetanotoxinum … 

 

•Le tremblement extra-pyramidal = le tremblement parkinsonien : tremblement de repos (fréquence de 4 à 7 cycles par seconde, touchant souvent la main ou le pied = pédalage + rigidité. Il augmente à l’émotion et au calcul mental. Il faut rechercher les autres signes du parkinson : akinésie et hypertonie (troubles de l’attitude et de la marche).

La cause peut être aussi iatrogène : neuroleptiques, maladie de Wilson ou intoxication au CO.

  • Plumbum … atrophie musculaire et délire mélancolique (35 % des parkinsoniens, après une dizaine d’années d’évolution ou traitement mal réglé).
  • Physostigma (mn) … avec palpitations
  • Rhus tox. (hg) … selon les raideurs
  • Pensez aussi à : Agaricus (pb), Gelsemium (mn), Manganum phos., Zincum picricum
  • Nosode : Luesinum

Le traitement classique fait appel à la L-DOPA et à ses différents métabolites. De nouvelles molécules sont en évaluation, comme l’Azilect. 

Association qui propose une gymnastique adaptée pour ralentir la progression de la maladie = http://parkinson-in-motion.qumucloud.com/view/NsU7f7wbAwZ?e=RzoTlLRafKR4IkR1GtiBrWnuozPco5RDCzda4g1qQXqpZFeGu1xJbA%3D%3D&ri=NmwZBF7MwTT

 

Tremblement cortical essentiel = tremblement d’attitude qui touche 5 à 10% des gens âgés. Souvent héréditaire, il est lié à un gène du chromosome 3 et peut s’associer à une épilepsie. Contrairement au tremblement Parkinsonien, il est d’emblée bilatéral, se calme au repos et par la prise d’alcool. Cycles rapides, 6 à 12/seconde, bilatéral d’emblée, localisés surtout aux membres supérieurs, il disparaît au cours du mouvement. Il peut toucher la tête (mouvement d’affirmation ou de négation) ou les cordes vocales (voie chevrotante). Il s’améliore au repos et après l’ingestion d’un verre d’alcool.

La cause peut en être la sénilité (après 60 ans), une hyperthyroïdie ou une hypoglycémie. Utilisez les « Anti-oxydants » et « AGPI Oméga 3 » au stade précoce de la sclérose nerveuse :

ANTIOXYDIUM … Vit C, E, sélénium et zinc

OMEGA-3 SYNERGIUM …  riche en acides gras poly-insaturés

  • Argentum nitricum … paralysie agitante, incoordination
  • Bovista (mg) … diabète et mouvements maladroits
  • Causticum … tendance parétique (tremble en marchant)
  • Gelsemium ou Manganum … les plus tremblants (tremblement statique).
  • Heloderma (ge) … paralysie agitante avec grande sensation de froid interne.
  • Kalium carbonica … tremble pour des riens,
  • Mercurius … tremblement statique, désorientation temporo-spatiale, dysrythmie
  • Phosphorus … excitabilité neurosensorielle sur fond de fatigabilité
  • Pensez aussi à : Arsenicum album, Baryta carbonica, Conium (au), Secale cornutum (pb)

 

• Le tremblement psychogène (hystérique ou dépressif réactionnel), qui peut mimer tous les tremblements organiques ! La symptomatologie est changeante avec des périodes de rémission.

Tremblements “choréiformes” :

  • Cicuta virosa (cu) ou Cuprum … très spasmodiques.
  • Kalium bromatum … remue constamment les mains
  • Phosphoricum acidum … suite de surmenage intellectuel, tremblement en écrivant.
  • Tarentula hisp. (ge) … contractures et tremblements, ne veut pas être approché ou touché.

Complexes homéopathiques du lab. Heel :

  1. Toujours = Ubichinon comp. + Cerebrum compositum + Glyoxal et Barijodeel (si âgé)
  2. Eventuellement : Gelsemium-Homaccord, Hypothalamus suis injeel + Manganum aceticum-Injeel
A propos de l'auteur
Jean Yves Henry
Médecin généraliste, homéopathe et acupuncteur. Auteur d'une dizaine d'ouvrages, il coordonne l'enseignement de confrères de toutes spécialités pour promouvoir l'aspect intégré de ce télé-enseignement médical et para-médical.